Quartier du Verneret

Chavornay : baston au Verneret

Quartier du Verneret

Quartier du Verneret

La presse quotidienne a relaté les incidents qui se sont produits à proximité de la grande salle de Chavornay, le week-end dernier. Pour rappel, un adulte a été agressé par trois jeunes de 17 ans alors qu’il était venu rappeler à l’ordre ce petit groupe bruyant.

La victime a reçu plusieurs coups de cutter et a dû être transportée à l’hôpital, sans que sa vie soit en danger. Le lendemain après-midi, ses trois frères ont voulu venger la victime mais ont frappé des jeunes qui n’étaient pas impliqués dans la bagarre du soir précédent.

Concierge contre voyous

Selon nos informations, l’incident du premier soir a impliqué le concierge d’un nouvel immeuble, à proximité du collège, qui a voulu intervenir au nom de ses locataires. Mal lui en a pris car le trio était connu pour avoir déjà eu maille à partir avec la justice.

Pire, puisque l’un des protagonistes est actuellement en séjour dans une maison de redressement en Valais bien qu’habitant de Chavornay. Ces jeunes sont connus pour consommer de la drogue et de l’alcool, comme c’était le cas ce soir-là.

Par bonheur, la victime, qui avait perdu beaucoup de sang après avoir été frappée à divers endroits, n’a passé que quelques jours à l’hôpital.

Vendetta aveugle

Le fait que les personnes impliquées soient d’origine albanaise, bien que certaines possèdent aussi le passeport suisse, peut éventuellement expliquer la scène du lendemain.

Pour une véritable vendetta puisque les trois frères du concierge se sont vengés le samedi, en se rendant sur l’emplacement du drame. Y trouvant quelques ados, ils se sont mis à frapper sans connaître l’identité des personnes présentes, laissant un blessé, sérieusement tuméfié, qui a déposé plainte face à cette agression gratuite.

Inadmissible

Il est entendu que personne à Chavornay ne s’attendait à un tel déploiement de violence. Sauf peut-être dans les milieux proches de la jeunesse puisque certains comportements laissaient à désirer.

La commune a engagé récemment une éducatrice de rue et on espère que son action va pouvoir désamorcer la tension qui règne occasionnellement du côté du terrain de football ou au Petit Parc, proche du magasin Denner. Afin que Chavornay ne s’accommode jamais de cette violence gratuite.

Photo Pierre Mercier


0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire