La famille Agassiz, Sylvain, sa maman et son père Jean-jacques

Champvent: d’une pierre, deux coups

La famille Agassiz, Sylvain, sa maman et son père Jean-jacques

La famille Agassiz, Sylvain, sa maman et son père Jean-jacques

Les autorités chanvannaises avaient invité leur population à venir fêter des citoyens particulièrement méritants à commencer par Alice Glauser, leur députée, qui a retrouvé les bancs du Grand Conseil, après avoir passé une législature sous la coupole fédérale. Cette Valaisanne d’origine, qui est arrivée au village à 20 ans, a la politique dans le sang. En 2002, elle faisait son entrée à la Municipalité et elle obtenait le droit de siéger au Grand Conseil sous l’étiquette PAI, non sans avoir participé à la Constituante vaudoise auparavant. Elle restera jusqu’en 2011 au sein de l’exécutif communal, tout en siégeant à Lausanne puis à Berne. Elle défend désormais les couleurs de l’UDC dans le cadre du législatif cantonal qu’elle retrouve pour la deuxième fois, non sans bonheur, car, dans l’aquarium de la ville fédérale, comme elle le dit, la cohabitation avec des prédateurs de la politique n’était pas simple. Alice Glauser entend toujours défendre la cause paysanne. Elle est aussi attachée à l’évolution de l’école dont son parti n’a pas toujours compris l’importance. Membre du comité cantonal UDC et présidente de la section féminine, elle demeure très motivée et n’exclut pas de prolonger son mandat, si le peuple le veut bien.

Une entreprise dynamique

L’autre récipiendaire des félicitations était l’entreprise Prodague SA. Installée à Essert, qui a fusionné depuis peu avec Champvent, la société de la famille Agassiz a été récompensée par le troisième prix du concours romand des entreprises. Une compétition qui réunissait une centaine de firmes. Après une sélection sévère, le jury, formé de plusieurs patrons d’entreprises nationales, a souhaité récompenser ces spécialistes de la culture maraîchère qui ont su s’adapter au marché au fil des années, en faisant preuve de créativité et d’imagination, tout en étant demeurés une affaire familiale. Créée par le grand-père René en 1950, l’entreprise a transité par son fils Jean-Jacques de 1980 à 1999, années au cours desquelles on a passé de la livraison du produit brut à la mise en valeur commerciale des fruits et légumes pour la restauration et les commerces de détail.

Sous l’égide du petit-fils Sylvain, Prodague SA, a développé encore son marché, fournissant notamment la Coop, ainsi que le catering des aéroports suisses (cuisines pour l’aviation), comme les grands hôpitaux (CHUV ou HUG à Genève). Son chiffre d’affaires annuel se monte à 40 millions de francs. La firme emploie 160 personnes (essentiellement des dames et pour moitié portugaises) pour fournir 600 articles pour la restauration et une soixantaine pour les supermarchés.

Il était dès lors bien normal de récompenser ces personnalités comme l’ont souligné le syndic Olivier Poncet et le député Jean-Pierre Grin, tout cela autour d’un apéritif dinatoire et aux sons de la fanfare l’Alliance de Champvent-Baulmes.

Photo Pierre Mercier