A Champvent, on n’offre pas que de l’eau à boire.

Champvent: budget et eau potable

A Champvent, on n’offre pas que de l’eau à boire.

A Champvent, on n’offre pas que de l’eau à boire.

Le Conseil général de la commune de Champvent s’est rassemblé mardi, réunissant 53 membres, dont une nouvelle assermentée, sous la présidence d’Anja Skrivervik.

Premier point au programme, le budget 2013 de la commune. Présenté par le syndic, Olivier Poncet, il a été établi à environ Fr. 1 800 000.– avec un excédent de recettes de Fr. 3 000.–, ce malgré le fait que les comptes de l’année 2012 n’étaient pas encore disponibles. La majorité des dépenses prévues ont pour cause la mise en place des réformes votées par le peuple et entrées en vigueur en 2012, notamment celles de la police, des sapeurs-pompiers et de la protection civile. Le budget a été accepté à l’unanimité sans grande discussion.

Nouvelle source d’eau potable

Le deuxième point important du Conseil concernait une demande de crédit de Fr. 180 000.– pour une étude de conception d’un nouveau puits de captage de la nappe phréatique se trouvant sous la commune.
Ce projet, en cours depuis 2008, a pour but de fournir de l’eau de meilleure qualité aux habitants. Il a été mis en œuvre à cause de problèmes de turbidité et de la possible présence de germes dans l’eau. La Municipalité avait d’ailleurs été contrainte d’interrompre l’approvisionnement en eau entre le 13 et le 23 novembre derniers. Le Conseil a approuvé la demande de crédit à l’unanimité moins une abstention.

La Municipalité a en outre informé le Conseil que le Canton menait une étude pour déterminer de nouveaux emplacements pour des décharges et que deux sites potentiels se trouvaient sur le territoire de la commune. Les propriétaires des terrains concernés qui ont été contactés par le Canton ont déjà déclaré être opposés au projet.