Francine Roth, secrétaire, Patrick Chezeaux, président et Chantal Cripe, municipale.

Bretonnières: one-man-show du président du Conseil général

Francine Roth, secrétaire, Patrick Chezeaux,  président et Chantal Cripe, municipale.

Francine Roth, secrétaire, Patrick Chezeaux, président et Chantal Cripe, municipale.

D’entrée de cause, une demande de changement de l’ordre du jour a été refusée par le président du Conseil, qui a précisé qu’il s’agissait d’une directive de la préfecture. Selon cette dernière, «une commission ou le Conseil ne peut statuer que sur préavis de la Municipalité. Il n’est donc pas question de prendre une décision ce soir pour un futur parc d’aquaculture».

Comptes 2011

La présentation des comptes 2011 et le préavis de la Municipalité étaient suivis par la lecture du rapport de la commission de gestion, selon lequel «le filon financier de la gravière arrivait proche de son terme. Il faudrait donc trouver d’autres rentrées d’argent». Sans autres commentaires, les comptes ont été acceptés. Ils présentent un léger excédent de recettes.

Présentation d’un projet sur une demande citoyenne

Au point 4 de l’ordre du jour, «Projet d’implantation d’un parc d’aquaculture sur le site de la gravière», le président du Conseil, Patrick Chezeaux, réaffirmait, en référence à la directive de la préfecture, l’impossibilité pour le Conseil de prendre position sur ce sujet sans un préavis, et donc, à ses yeux, l’absence de débat possible sur le projet.

Suspension de séance et présentation du projet

Invitée à exposer le projet autonome d’aquaculture sur le site de la gravière, à la demande de plusieurs citoyens de Bretonnières soucieux d’un futur pour leur commune, la société Nodules & Pebbles SA, représentée par Ludovic Suarez, actionnaire principal et William Trolliet, administrateur, ainsi que leur architecte Reto Ehrat ont exposé le pourquoi d’un intérêt pour ce lieu.

Il ressortait de cette présentation une approche économique et écologique, énergie solaire, transports (voies des CFF au bas de cette parcelle no 145), paysagère en recréant les courbes initiales du terrain pour l’implantation des bassins, enfouis, ainsi que le stockage des aliments et la préparation des poissons. De même que la création de 25 postes de travail, uniquement pour l’exploitation de la ferme aquacole. L. Suarez confirmait en outre que la commune de Vallorbe serait éventuellement intéressée par le projet.

Plusieurs questions émanèrent du Conseil, puis Patrick Chezeaux, Président, visiblement hostile au projet, exposa avec insistance les raisons poussant à discréditer les projections de l’architecte sur le site.

Un débat sans les concepteurs et non prévu à l’ordre du jour

Après leur sortie de la salle, et reprenant la direction du Conseil, Patrick Chezeaux ouvrit un débat, long et assez surprenant, durant lequel deux Municipaux, traitant le sujet de la gravière, mettaient en doute les actions à l’échelle du Canton de William Trolliet et les chiffres donnés sur les futurs emplois.*

Malgré la demande d’une partie du législatif, une municipale refusait de préparer un préavis sur ce sujet.
Après avoir donné les directives pour la tenue des votations du 17 juin, le président du Conseil levait la séance.

*Contact a été pris avec la Municipalité de Vallorbe, qui a confirmé le chiffre de 25 emplois pour le parc, et que si un hôtel venait à se créer, il y aurait 15 postes de plus.

Photo Marlène Rézenne