Christophe Mégroz est prêt à s’engager.

Bofflens: Il succède à son épouse !

Le jeu de hasard des élections communales peut parfois jouer des tours et des coïncidences ! Cela a été le cas à Bofflens où c’est le mari qui succède à son épouse au sein de la Municipalité. En effet, Christophe Mégroz accède au collège municipal en occupant le siège laissé vacant par Laurence.

Le nouveau municipal bocani est âgé de 45 ans, père de deux garçons ados. Cantonnier de son état professionnel, il travaille au Service cantonal des routes. Arrivée de Valeyres-sous-Rances il y a dix ans, la famille a acheté à Bofflens une ancienne maison qu’elle ne cesse de rénover. «Depuis notre arrivée au village, nous avons toujours eu le désir de nous intégrer et de participer aux activités communautaires. C’est pourquoi je suis entré au corps des sapeurs-pompiers puis au Conseil général où j’ai siègé dans toutes les commissions importantes. Par contre, c’est une grande première, pour moi, d’entrer à la Municipalité et ce fut bien inattendu ! Mon épouse voulait arrêter après une législature. Elle ne désirait pas travailler avec une nouvelle élue et a préféré quitter l’exécutif. Personne d’autre n’a accepté le poste... Alors je me suis lancé!», nous a-t-il expliqué.

Quoi qu’il en soit, le nouvel élu a un avantage: il sait déjà comment ça se passe et aura une «formatrice» à disposition en permanence. Il reprend le dicastère laissé libre, mais on lui a encore adjoint les routes, rien de plus normal pour un cantonnier ! D’autant plus que la nouvelle Muni qui démarre cette législature est composée de quatre nouveaux, dont le syndic Pierre-Alain Fiechter, à l’exception de Renaud Besson, seul ancien resté en place.

Il y aura du pain sur la planche vu que de grands projets sont en cours. Notamment celui de la réfection de la traversée du village ainsi que la construction d’un nouveau réservoir d’eau, d’où de gros budgets à gérer. «Je ne réalise pas encore que je suis municipal. Je sais que ce ne sera pas facile, car on ne peut pas plaire à tout le monde. Je veux juste faire preuve d’un solide engagement pour ma commune et souhaite ardemment que d’autres citoyens suivront mes traces pour faire bouger ce village!»