La très belle salle boisée et peinte du Conseil communal de Baulmes.

Baulmes va compacter ses déchets

La très belle salle boisée et peinte du Conseil communal de Baulmes.

La très belle salle boisée et peinte du Conseil communal de Baulmes.

Marc von Ow présidait la semaine passée la première séance 2013 du Conseil communal de Baulmes. Une séance qui promettait d’être animée, l’objet principal porté à l’ordre du jour concernant la réorganisation de la collecte des déchets et de la déchetterie. Depuis près de 20 ans, les Baulmérans font office de pionniers puisque chez eux, le sac taxé existe depuis longtemps.

Munis d’une vignette payante, les sacs d’ordures ménagères sont actuellement déposés une fois par semaine devant la maison et dûment collectés. Pour le reste, la déchetterie reçoit les habitants pour qu’ils puissent y déposer ce que l’on ne peut mettre dans les sacs, et tout le reste des déchets, encombrants, spéciaux ou spécifiques. Le projet municipal a consisté à introduire une benne compactante située près de la grande salle, à un endroit où le passage sera aménagé pour permettre la dépose des sacs.

Attenant à la benne, un système de pesage avec carte magnétique individuelle doit permettre une répartition équitable de la charge d’ordures, chaque ménage disposant d’une carte rechargeable à un automate ressemblant à un distributeur de billets. En plus de ce nouveau système de collecte, la Municipalité a prévu de revoir l’organisation de la déchetterie pour la rendre plus performante, ainsi que le prélèvement d’une taxe forfaitaire avec des rabais pour les familles avec enfants en dessous de 4 ans. Le total des déchets urbains de Baulmes atteint environ 120 tonnes par an. Même avec une baisse de tonnage due à un meilleur tri, compter avec une centaine de tonnes par année semble raisonnable. Il est prévu de relever la benne une fois par mois, par camion pour Chavornay, puis par train jusqu’à l’usine Tridel.

Un débat nourri

La commission ad hoc présidée par Patrick Tharin a effectué un important travail sur cette question, unanimement salué par les membres du Conseil. Parmi ces derniers toutefois, une frange s’est élevée contre «cette régression sociale qui consiste à ne plus ramasser les ordures à domicile, ceci dans une commune qui se veut attrayante et qui de fait voit arriver de nouveaux habitants. Il s’agirait d’un service minimum à la population, parmi les tâches essentielles de la commune» au regard des opposants au préavis municipal au nombre desquels figurent entre autres Nadine Pérusset et Antoine Buvelot. Pour eux, on a, de fait, oublié de nombreuses questions dans le débat, notamment le ramassage des ordures des personnes âgées ou à mobilité réduite, la question des couches-culottes ou encore les odeurs prévisibles que la benne compactante dégagera en été.

Tant du côté de la commission que de la Municipalité par la voix de la responsable de la question Cendrine Cachemaille, on assure que ces questions ont été traitées et que des solutions seront trouvées. La benne contient un gaz spécial précisément destiné à empêcher les odeurs de se former. Après un débat courtois, mais nourri et salué comme tel par plusieurs conseillers, le projet municipal a passé largement la rampe avec 21 oui contre 11 non et 3 abstentions. Reste donc à le mettre en pratique, après avoir obtenu l’aval cantonal sur le nouveau règlement communal sur les déchets accepté dans la foulée.

Photo Olivier Gfeller