Un fragment d’une façade à Baulmes.

Baulmes: un premier conseil très peu chargé

Un fragment d’une façade à Baulmes.

Un fragment d’une façade à Baulmes.

Mardi soir passé, la législature 2011-2016 a débuté par une séance plutôt calme et peu chargée pour le Conseil communal de Baulmes. Placé sous l’autorité de son nouveau président Luc Pillevuit, le législatif baulméran n’a en effet pas eu à voter ou à prendre des décisions de nature financière.

Il faut dire que la Municipalité n’a déposé ses trois premiers préavis de la législature que le soir même : des préavis qui seront traités en commissions et qui concernent notamment des aspects formels de répartition des tâches ente Municipalité et Conseil. En revanche, après avoir procédé à l’assermentation de trois membres qui n’étaient pas présents en juin lors de la séance officielle, le Conseil a pu entendre et suivre sur un écran une présentation par le syndic Julien Cuérel de l’étude de réorganisation du territoire communal qui a débuté il y a maintenant quelques années.

Aménagement du territoire

Cette étude, qui est la pierre angulaire obligatoire de tout nouveau plan général d’affectation (PGA) a été menée par la Municipalité au travers de nombreuses consultations et à l’aide du soutien de plusieurs bureaux de professionnels de l’aménagement. Cette réorganisation ne concerne pas les pâturages ou les forêts, mais exclusivement la zone agricole entourant le village et la zone du village proprement dite. Il s’agit en fait de prévoir quelle est la capacité d’absorption de nouvelles constructions et de nouveaux habitants dans le village, et, s’agissant de la zone agricole, quelle modification ou amélioration (remaniement?) pourrait le cas échéant être apportée.

Il ne semble pas que l’on s’achemine vers un remaniement parcellaire agricole, les exploitants actuels semblant se débrouiller seuls pour des échanges ou des locations de terre qui permettent d’optimiser le travail. Au niveau du village, il ne faut pas s’attendre à un afflux massif de nouveaux habitants. Le plan et l’étude ont un horizon de visibilité à une quinzaine d’années. Et dans ce délai, il est imaginé que la population de Baulmes augmentera de 150 à 200 habitants. Au niveau des zones constructibles, le canton exige une densification de la population: ceci notamment en raison de la mobilité restreinte de certains habitants, qui doivent en principe pouvoir atteindre la gare ou le centre du village en dix minutes à pied.

C’est dire que la seule zone appelée à se développer dans ce cadre semble être celle qui se situe un peu derrière la gare. Le rapport final de cette étude devrait être déposé d’ici fin 2011 ou début 2012. C’est ensuite que le Conseil pourra décider s’il entre en matière sur la conception d’un nouveau PGA.

Photo Olivier Gfeller