La vue depuis Grange-Neuve vendredi soir.

Baulmes: Raiffeisen fustigée au Conseil

La vue depuis Grange-Neuve vendredi soir.

La vue depuis Grange-Neuve vendredi soir.

C’est au chalet d’alpage de Grange-Neuve que le Conseil communal de Baulmes a tenu séance vendredi sous la présidence de Luc Pillevuit. C’est un cadre magnifique et plus récréatif que l’habituelle salle, au point d’ailleurs qu’en réponse à l’appel de début de séance, les membres étaient invités à préciser leur choix de menu pour la suite de la soirée. Ce qui donnait lieu à un dialogue particulier dans lequel le terme «royale» évoquant la grandeur de la croûte au fromage attendue précédait souvent le traditionnel «présent».

Comptes 2011 dans le rouge

Après l’assermentation de Carole Beati remplaçant un collègue démissionnaire, les conseillers se sont penchés sur la santé financière de la commune et plus particulièrement sur son exercice 2011. Les recettes et dépenses de l’an passé ont atteint la somme de 4.9 millions de francs, avec un excédent de dépenses de Fr. 165 000.–. Ce résultat est à mettre au compte de l’absence des militaires, qui en plus n’avaient pas prévenu qu’ils ne viendraient pas au moment de l’établissement du budget.

On y ajoutera différentes dépenses budgétisables, comme par exemple le vol des cartes CFF, survenu en 2012, mais comptabilisé sur l’exercice 2011 pour un total de Fr. 11 000.–. Ces différences n’ont pas empêché le Conseil d’approuver sans réserve les comptes 2011. Ils ont fait de même avec la gestion administrative de la commune, votée après la deuxième lecture du rapport de la commission et la prise de position de l’exécutif sur les remarques formulées.

Une fermeture qui choque la population

Selon Nadine Pérusset, l’agence de la banque Raiffeisen de Baulmes fermera ses portes définitivement à la fin de l’année 2012. «Cette fermeture est contraire aux promesses faites par l’établissement lors du processus de fusion, au cours duquel on nous avait assuré qu’une telle issue ne surviendrait pas» a précisé encore la conseillère, qui a déposé une interpellation soutenue par le Conseil unanime pour qu’une lettre circulaire de protestation soit adressée à la banque concernée, lui demandant de revenir sur sa décision.

«La fermeture de la banque est le début de la gangrène», a encore affirmé la pétitionnaire. «Nous perdons tout pouvoir de décision au village et cette fermeture pourrait être suivie par d’autres, à commencer par la poste. Un véritable problème pour les clients locaux à mobilité réduite, mais aussi une question de principe par rapport à l’histoire de l’établissement».

En fin de séance, le Conseil s’est encore doté d’un nouveau président, en la personne de Marc von Ow, par ailleurs abbé-président de la Société militaire de Baulmes, élu très facilement à cette charge par 37 voix sur 38 bulletins rentrés.

Photo Olivier Gfeller