Baulmes: les Municipaux pas bien rémunérés



Mercredi soir s’est tenue à Baulmes la deuxième séance du Conseil communal de la législature, sous la présidence de Luc Pillevuit. Au chapitre des communications municipales, le syndic Julien Cuérel est revenu sur la conduite d’eau du Stand qui a connu fuite sur fuite et obstructions. Une entreprise est venue l’inspecter au moyen d’une caméra, avec un verdict sans appel: il faudra la changer, probablement durant les vacances d’octobre.

A part la prise de fonction annoncée d’un nouvel employé communal, le syndic a informé les conseillers que le chalet d’alpage de la Jougnenaz avait mis à l’enquête la création de deux chambres d’hôtes. Cette enquête se termine sous peu et normalement la création de ces deux chambres devrait pouvoir se faire sans opposition. Quant à l’expérience réussie menée en collaboration avec l’EVAM, elle sera reconduite pour une durée de trois semaines à partir du 10 octobre, à condition que la météo permette de continuer les travaux forestiers entrepris avec l’aide des requérants.

Pas très cher à l’heure

Après avoir décidé à l’unanimité de diverses délégations de compétences formelles à la Municipalité en matière de défense des droits de la commune et d’acquisitions-aliénations d’actifs de moindre importance, le Conseil a pris connaissance du rapport de la commission chargée de l’étude des rémunérations du syndic et des municipaux pour la législature 2011-2016. Elle a constaté que le syndic n’était pas trop mal loti en comparaison avec d’autres communes, mais que tel n’était pas le cas des municipaux, qui sont nettement moins bien traités que leurs homologues d’autres communes comparables.

Surtout dans une période où les qualités pour exercer la fonction deviennent plus élevées et multidisciplinaires. Alors que l’on s’attendait à une proposition d’amendement du préavis municipal sur ce point, la commission a finalement décidé de suivre simplement la proposition de son exécutif, non sans relever que la rémunération horaire d’un municipal baulméran était de Fr. 34.–, soit «une rémunération d’un jeune débutant dans la vie professionnelle sans qualifications très particulières».

Le Conseil a encore entendu la première lecture du rapport de la commission de gestion sur sa tournée de montagnes. La commission de gestion a émis un certain nombre de remarques visant à accélérer le processus de réfection de différentes installations vétustes ou endommagées dans les chalets d’alpage de la commune.

Photo Olivier Gfeller