Claude Recordon, président du Conseil

VO Energies: une AG politiquement très correcte

Claude Recordon, président du Conseil

Claude Recordon, président du Conseil

Vendredi passé avait lieu au Centre villageois de Ballaigues la traditionnelle assemblée générale annuelle des actionnaires de VO Énergies Holding SA. Mécanique bien huilée s’il en est, puisque généralement les propositions du Conseil d’administration sont suivies sans qu’une voix ne s’élève ou discute un seul point.

On a assisté lors de cette séance à une situation inattendue : le dividende prévu de l’ordre de Fr. 108 000.– a été remis en cause par un actionnaire, qui ne comprenait pas pourquoi la direction proposait un montant «aussi bas» (6%) alors qu’il y avait largement de quoi verser un dividende au moins égal au double. Au vote final, le dividende de 6% a été accepté à une très large majorité, mais avec quelques abstentions soutenant le point de vue du motionnaire.

Comptes consolidés et différences de consolidation

La multiplication des entités légales en fonction de leur usage semblant être depuis quelques années une tendance presque dogmatique dans le groupe, il propose à ses actionnaires, afin qu’ils s’y retrouvent, des comptes consolidés. Ces derniers sont en fait des comptes établis aux valeurs vénales actuelles et excluent de leur présentation les dettes et avoirs entre sociétés du groupe.

Les différences notables entre les résultats de ces comptes «économiques» et des comptes statutaires de la holding semblent laisser encore quelques actionnaires dans l’embarras, puisqu’une question a été posée sur la différence entre bénéfice statutaire de la holding et bénéfice consolidé. A voir certains airs sur les visages, malgré les efforts louables de la fiduciaire pour expliquer cette différence, il n’est pas sûr que les arcanes de la consolidation soient apparus au grand jour pour chaque actionnaire présent.

Un marché de plus en plus tendu dans une économie régulée

Au niveau de la fourniture d’électricité, le commerce devient paradoxalement de plus en plus régulé par ELCOM et SWISSGRID, alors que la libération partielle de ce marché est entrée en vigueur. Le chiffre d’affaires, sous pression extérieure, est donc en baisse dans ce domaine. A l’inverse, le gaz, le multimédia et internet enregistrent tous des hausses du chiffre d’affaires. La marge brute globale du groupe a augmenté de 4 % environ, soit d’un million de francs.

Simultanément, les dépenses de personnel ont également crû d’un million de francs. Les perspectives sont aux investissements lourds: on pense en particulier à la rénovation de la Centrale du Moulinet qui vient de débuter et qui durera environ deux ans. Dans le domaine de la fibre optique aussi, des sommes importantes devront être engagées pour maintenir un réseau concurrentiel en termes de performances.

A son niveau très régional, VO Energies semble vouloir rivaliser avec les plus grands de ses homologues électriciens en toute indépendance. Cette politique coûtera sans doute relativement cher dans les années à venir.

Photo Olivier Gfeller