Temple de Ballaigues

Des votes soviétiques au Conseil de Ballaigues

Temple de Ballaigues

Temple de Ballaigues

«Mais les votes de ce soir sont soviétiques!» s’est exclamé le président Nathanaël Bourgeois, qui occupait cette charge pour la dernière fois et qui a noté une unanimité totale dans tous les votes des objets soumis à l’ordre du jour.

Parmi ceux-ci, le vote des comptes et de la gestion communale pour l’année 2010. Ballaigues a fonctionné l’an passé avec un total de charges et produits de l’ordre de Fr. 8.4 millions, dégageant au passage une léger excédent de charges de Fr. 42 000.—Le syndic Raphaël Darbellay a tenu à relever l’incidence de la crise sur la baisse des revenus d’impôts des personnes morales.

La commission de gestion de son côté, par la voix de son rapporteur Raymond Durussel, a souligné l’excellence de la gestion menée par l’exécutif. Dans la foulée, le Conseil a voté un crédit de Fr. 493’000.—pour la construction d’une conduite maîtresse d’amenée d’eau potable qui reliera le nouveau réservoir des Communs à la zone industrielle de la Fin. Cette conduite est devenue une nécessité pour faire face au développement du village et pour satisfaire les besoins de l’entreprise Dentsply, en particulier en matière de défense contre l’incendie.

Une motion en faveur des énergies douces

Frédéric Santschi a déposé et développé une motion visant à charger la Municipalité d’étudier et de proposer une série de mesures concrètes pour produire localement de l’énergie de façon douce et durable. Que ce soit par le photovoltaïque, par le turbinage miniature des eaux usées ou par tous autres moyens appropriés.

Cette motion a reçu un appui immédiat unanime du Conseil, si bien que la Municipalité devra se pencher sur ces sujets dans les mois à venir. «Une motion dont le traitement demandera sans doute plus de temps que les autres, vu la complexité des problèmes» a tenu à souligner le syndic Raphaël Darbellay.

Mesures de contrôle de vitesse

Récemment, et comme elle l’avait fait il y a un an, la Municipalité a programmé la pose d’un radar de contrôle. Les résultats des mesures effectuées un peu partout sur le territoire communal ne montrent aucun changement par rapport à ceux de 2010. A relever que seule la zone de chez Barrat, au sortir du village en direction de Vallorbe, se révèle une zone à problème en matière d’excès de vitesse. Cette zone fera l’objet de l’installation de dispositifs ralentisseurs dans un proche avenir.

Photo Olivier Gfeller