Ballaigues: l’école vient au Conseil

Pour sa séance d’octobre, sous la présidence de Daniel Bourgeois, le Conseil communal de Ballaigues avait invité Dominique Valet, directeur de l ‘Etablissement scolaire de Vallorbe, Ballaigues, Vallon du Nozon. Il exposa dans les grandes lignes les incidences sur l’organisation de son établissement de l’introduction de la LEO et d’HarmoS. 800 élèves en provenance de dix communes parfois très éloignées les unes des autres, des transports qui actuellement représentent un coût annuel de l’ordre de Fr. 500 000.–, dix communes concernées et une centaine d’enseignants environ, tel est le portait rapide de l’établissement.

Qu’il s’agisse de l’introduction de l’anglais dès 2014 ou de l’allemand dès 2015 pour les petits, pour lequel les enseignants sont difficiles à trouver. Que l’on soit mis en face d’autres aménagements des programmes, telle l’augmentation des heures de cours à 32 ou 33 périodes, chaque retouche ou presque entraînera des coûts supplémentaires. On ne connaît pas encore les détails de la future grille horaire dès 2013. On n’a pas non plus d’information sur le nouveau cadre d’évaluation, dont le directeur craint qu’il soit un peu trop bas en termes d’exigences.

Les classes porteront de nouvelles appellations conformes à HarmoS, 1H, 2H, 3H, etc. alors que deux voies, VP et VG pour voie pré-gymnasiale et voie générale remplaceront la nomenclature actuelle. Des cycles primaires au cours desquels il sera en principe, et sauf dérogations, impossible de redoubler seront aussi créés. Sans doute pour diminuer les coûts importants, de l’ordre de 20 millions, causés par les redoublements, mais sans que le système convainque vraiment. Même si la LEO devra être appliquée et le sera, elle engendrera sans doute des retouches après quelques années d’expérience pratique. Le directeur se dit confiant dans les enseignants et ses élèves face aux adaptations requises, qui verront sans doute, à partir de 2015, l’introduction de l’horaire continu avec une diminution du temps libre à midi à environ 45 minutes contre 90 actuellement.

Taux d’impôt communal

Dans la seconde partie de la soirée, le Conseil a suivi les recommandations de la commission des finances qui estime justifié le maintien proposé par la Municipalité du taux d’impôt communal fixé à 66% du taux cantonal de base. Ce taux, parmi les plus bas du district, n’échappera pas à une augmentation dans les années qui viennent, aux yeux du syndic Raphaël Darbellay. L’image de la taxe communale pour la gestion des déchets qui devra s’adapter aux exigences de la nouvelle législation cantonale dès 2013. La question des «petits impôts» personnels, sur les chiens, sur la distribution de boissons alcoolisées ou sur les tombolas prévus dans l’arrêté d’imposition et qui n’ont pas fait l’objet d’un toilettage depuis longtemps mériteraient que l’on s’y arrête, a fait remarquer Nathanaël Bourgeois, approuvé par le syndic.

Photo Olivier Gfeller