Arnex investit 1.7 million de francs pour des appartements

Séance de reprise de la nouvelle législature jeudi soir passé pour le Conseil général d’Arnex, qui reste placé sous l’experte direction de Christian Baur.

Après avoir procédé à l’assermentation de cinq nouveaux membres qui n’avaient pu participer à la cérémonie officielle, les élus arnésiens se sont penchés sur les traditionnelles délégations de compétences votées à la Municipalité en début de législature.

Et c’est ainsi sans opposition, mais avec quelques abstentions, que la question de l’autorisation générale de statuer a été résolue en faveur de la Municipalité, de même que l’autorisation de plaider ou encore d’engager des dépenses à concurrence de Fr 20’000.- sans préavis préalable du Conseil. Il s’est aussi agi de nommer quelques membres de la commission de recours en matière de contributions communales.

Si les candidats ne se pressaient pas spontanément au portillon, on doit relever l’adresse du président qui a réussi en un seul vote de liste à main levée à former cette commission qui, il est vrai ne siège en général qu’une ou deux fois par législature. Pour participer en qualité de délégué à l’ORPC, c’est le Municipal Jean-Yves Brechbühl qui a été plébiscité.

Une police cantonale qui va coûter très cher

Au moment de s’exprimer sur l’arrêté d’imposition communal pour 2012, plusieurs conseillers ont souhaité entendre quelques explications complémentaires du syndic Max Débieux. Lequel a confirmé que la fameuse bascule de deux points d’impôt en faveur des communes ne serait très probablement pas suffisante pour compenser les charges futures d’une police cantonale qui va à ses yeux coûter plutôt 50 millions que les 40 sur lesquels les calculs ont été faits par le canton.

Une très grosse différence pour Arnex, de l’ordre provisoire de Fr. 43’000.– à mettre en relation avec le coût minime des quelques interventions qui étaient jusqu’alors facturées annuellement à la commune par la gendarmerie. En plus, la péréquation et la facture sociale ne s’annoncent pas réjouissantes. Malgré ces dépenses supplémentaires prévisibles, la Municipalité a tenu à maintenir un taux global au niveau de celui de 2011, ne rajoutant que les 2 points de la bascule cantonale à son taux communal et donc sans effet sur la facture du contribuable. Le taux d’impôt d’Arnex pour 2012 sera donc fixé à 73 % de l’impôt de base cantonal. Lequel impôt cantonal de base n’est pas de 155.5 % comme on a pu l’entendre durant la séance mais de 100 %.

La commune investit dans des appartements

La commune est propriétaire à l’entrée du village en venant d’Orbe sur la droite d’un bâtiment volumineux dans lequel ont été aménagées les installations de cave qui sont louées à la Cave Coopérative d’Orbe et environs. Dans le volume qui surplombe ces installations, la commune souhaite construire quatre grands appartements qu’elle destine à la location. En façade au rez, elle veut également compléter le bâtiment par la construction d’un local commercial destiné lui aussi à la location. «Je n’ai aucun souci sur la possibilité de location de cet espace commercial», a déclaré le syndic, qui souhaiterait voir s’implanter ici un petit magasin de première nécessité, pourquoi pas complété d’un service postal. «C’est l’occasion de redonner un peu de vie au centre du village» a-t-il ajouté, en invitant le Conseil a donner rapidement la possibilité à la Municipalité d’avancer sur ce projet. Le crédit demandé s’élève à un peu plus de 1.7 million de francs. D’après un plan financier encore assez sommaire, la Municipalité escompte un rendement brut légèrement inférieur à 5 %. Un projet et un rendement qui ont paru acceptables à la commission chargée de rapporter sur cet objet, même si elle a émis quelques doutes sur la possibilité de louer la surface commerciale. Au vote, le crédit a été accepté à une très large majorité, avec quelques abstentions néanmoins.

Le serpent de mer de la discothèque

Rien de très neuf à ce sujet. Le dossier est entre les mains du Tribunal fédéral. Le Tribunal administratif cantonal vaudois a quant à lui donné raison à la commune et la Municipalité attend donc la décision fédérale qui devrait en principe tomber avant la fin de l’année. Pour mémoire, la commune veut une mise à l’enquête en bonne et due forme ainsi que la création de 64 places de parc.

Photo Olivier Gfeller