Les regains et le fourrage d’automne sont très maigres.

Agriculture: la canicule, et ensuite…

Lorsqu’il fait chaud, votre habitation prend cette chaleur et la garde. Le sol de votre balcon devient très chaud. Lors d’une averse, l’eau mouille ce sol qui va l’évaporer aussitôt. En agriculture, c’est le même phénomène qui se passe sur les champs. Le sol absorbe une partie de cette humidité qui va s’évaporer presque aussitôt par la chaleur du sol. Cette année, après les averses, il y a beaucoup de vent, ce qui assèche d’autant plus. Les plantes n’ont pas l’humidité nécessaire, elles n’ont que la chaleur et n’arrivent plus à prospérer correctement. Les prairies ne sont plus que misère.

L’inquiétude monte chez les agriculteurs

Sur les alpages, il n’y a plus assez d’eau, le Canton aide l’agriculture actuellement pour en amener. Les pâturages sont maigres et n’apportent pas partout suffisamment d’aliment et des amodiataires doivent donner du foin aux bêtes, amené depuis la plaine. Ce qui veut dire que les vaches vont certainement descendre plus tôt de l’alpe pour retrouver leurs fermes. Des éleveurs parlent d’une désalpe pour les vaches laitières à fin août déjà, mais avec quoi vont-ils les nourrir ? En plaine, des agriculteurs donnent déjà du foin de la récolte de ce printemps. Ils tentent de trouver du fourrage à acheter à l’étranger. Mais il semble que la frontière française, après celle de l’Allemagne, s’est fermée à l’exportation de foin et que des agriculteurs en commandent en Italie. Autre solution envisageable, les conduire à l’abattoir...

Il faut de l’eau

C’est le seul espoir des agriculteurs: que la pluie vienne arroser suffisamment (au moins 50 l./m2) avant la mi-août pour faire pousser les semis de cultures dérobées (culture implantée entre deux cultures principales) ou les prairies. C’est le souhait de Bertrand Gaillard à Montcherand. S’il est vrai qu’il a été “déçu en bien” sur ses récoltes de blé, orge et colza, son maïs est maigre. Il est resté petit, la plante forme plusieurs rafles qui donneront de maigres épis. La récolte, mise en silo, donnera un peu de fourrage, mais pas assez. Si l’herbe ne pousse pas il faudra compléter les rations par de la paille avec des concentrés. Bertrand se veut optimiste, il attend de voir ce qu’il va se passer ces prochaines semaines, car en 2003, par exemple, l’agriculture a profité d’un superbe automne.