Fogg (2e à gauche) au Reform Club.

Baulmes: le Tour du monde en 80 jours

Fogg (2e à gauche)  au Reform Club.

Fogg (2e à gauche) au Reform Club.

Le Daily Telegraph nous annonce en avant-première que le Tour du monde en 80 jours fait halte à Baulmes jusqu’au 12 mai!

Drapeau anglais flottant à l’entrée de l’Hôtel de ville, l’immersion est immédiatement totale! Lors de l’apéritif offert à l’ouverture des portes, tous les participants à cette aventure théâtrale sont revêtus de somptueux costumes d’époque.

Le pari insensé d’un riche britannique, Phileas Fogg, d’effectuer le tour du monde en 80 jours accompagné de son valet, Passepartout, a inspiré la metteuse en scène Nadine Perusset qui a entraîné la troupe théâtrale de Baulmes dans cette folle aventure.

Pas moins de 20 acteurs et figurants, 47 tableaux et décors, 40 costumes, 8 mois de travail et de mise en place furent nécessaires pour mener à bien cette complexe entreprise (Omnibus du 13 avril 2012). Saviez-vous par exemple que le même comédien endosse jusqu’à 7 rôles, tous sexes confondus? Si, Sir Phileas Fogg, remporte son pari, la troupe de Baulmes remporte très largement le sien au vu de la deuxième représentation.

Un spectacle peaufiné jusque dans les moindres détails

Les quelque 40 costumes, illustrant les diverses étapes de nos héros britanniques, ont été conçus et cousus par Martine Morel et son équipe; c’est une merveille de perfection et de finitions ! Quant aux décors, ils représentaient un défi. Le tour du monde de Jules Verne implique une succession rapide de villes, de pays. Ceux-ci ne pouvait être mieux restitués que par un décor tournant imaginé et créé par Marc-Antoine Morel ! Ainsi, nous suivons de manière fluide nos héros partis d’est en ouest en train, en bateau. Phileas Fogg quant à lui, paraît plus british que baulméran, guindé et mécanique, il semble réellement avoir avalé son parapluie !

Humour et surprises

La gaieté est au rendez-vous, les clins d’oeil contemporains, le choix décalé de certaines musiques comme « Il était une fois dans l’Ouest» ou «New York New York» suscitent le rire. Le public souvent pris à partie, participe avec grand plaisir! Si pour Phileas Fogg, «l’imprévu n’existe pas», les surprises quant à elles sont bien au rendez-vous pour le spectateur ! Du music-hall, des claquettes, des éléphants, une collation avec les artistes et bien d’autres choses encore à venir sont absolument à découvrir à Baulmes jusqu’au 12 mai.

Photo Catherine Fiaux