L’Ensemble Bis avec, en premier plan, les solistes: Catherine Rouard, Christine Crépon-Piguet, le ténor Marius Marcu et la basse Matthias Seidl-Stollberg.

Orbe: l’Ensemble Vocal Bis au Temple

L’Ensemble Bis avec, en premier plan, les solistes: Catherine Rouard, Christine Crépon-Piguet, le ténor Marius Marcu et la basse Matthias Seidl-Stollberg.

L’Ensemble Bis avec, en premier plan, les solistes: Catherine Rouard, Christine Crépon-Piguet, le ténor Marius Marcu et la basse Matthias Seidl-Stollberg.

En clôture de la Foire aux Saveurs et Senteurs, la Commission Culturelle d’Orbe a proposé la petite messe solennelle de Rossini par l’Ensemble Bis dimanche en fin d’après-midi.

Le Temple d’Orbe est parfait pour ce genre de répertoire, il y a un public relativement fidèle qui est venu nombreux. Certes la visibilité n’est pas très bonne si on n’est pas venu tôt, mais la sonorité est agréable partout. Cette petite messe fut composée en 1885, soit trois ans avant la mort de Rossini, une sorte de chant du cygne qu’il dédicaça au Créateur.

L’Ensemble Bis vient de Lausanne et est composé d’une cinquantaine de choristes, dirigé par Olivier Piguet. Pour ce morceau, ils se sont associés à quatre solistes, un pianiste et un organiste. A noter que la soliste soprano, Catherine Rouard a habité longtemps à Valeyres-sous-Rances (et est toujours abonnée à l’Omnibus...), les quatre solistes et les musiciens sont des professionnels.

Autant le choeur que les solistes ont impressionné par la qualité de la prestation. Une cinquantaine de chanteurs qui exécutent avec justesse et précision leur partition, donnent un effet d’ensemble remarquable. Ils ont été longtemps applaudis, et malgré leur nom n’ont pas fait de bis...

Photo Natacha Mahaim