La chorale d’Orbe-Montcherand au rythme de l’Afrique.

Orbe: des chansons à emporter avec soi

La chorale d’Orbe-Montcherand au rythme de l’Afrique.

La chorale d’Orbe-Montcherand au rythme de l’Afrique.

Un concert de Noël est surtout fait de convivialité et de cadeaux musicaux que l’on fredonnera en sortant et qui nous accompagneront pendant les fêtes: voilà la philosophie de la chorale Orbe-Montcherand qui a ravi un nombreux public au Temple la semaine dernière. Des mélodies que l’on reconnaît et que l’on apprécie, comme Le Roi Arthur et le Chœur des Chasseurs de Carl Maria Von Weber, dont la difficulté et la vélocité n’ont pas démonté le chœur d’hommes, sous la direction énergique et précise de Frank Urfer.

Un moment d’émotion avec A toi mon père de Charly Torche, hommage à tous ces paysans qui ont travaillé la terre pour la rendre belle et nous la transmettre, avec une dédicace particulière à Jacques Porchet: membre du chœur, il avait dû le quitter suite à un accident, et il était présent ce soir-là dans l’église. Le concert a poursuivi avec quelques perles, comme la Berceuse tchèque mise en valeur par la basse formidable de Jean-Luc Bouverat, et la désopilante Sérénade brouillée sur un air de Mozart, remarquablement décortiquée par ces messieurs qui, décidément, ne manquent pas d’allant.

Le vin chaud servi au Casino marqua un point d’orgue bienvenu à cette soirée bon enfant.

Photo Sébastien Krauer