De gche à drte. Jérémie Schütz, Francesco Biamonte, Katya Cuozzo et Christian Baur.

«Les Trois Baisers du Diable»

De gche à drte. Jérémie Schütz, Francesco Biamonte,  Katya Cuozzo et Christian  Baur.

De gche à drte. Jérémie Schütz, Francesco Biamonte, Katya Cuozzo et Christian Baur.

Sous l’égide de la Commission Culturelle d’Orbe, ce premier dimanche de mai, «AD’OPERA comédie lyrique», nous a présenté un opéra fantastique de Jacques Offenbach. Le temple gothique d’Orbe se prêtait à merveille à l’exercice. Imaginez, le Diable au temple, avec apparition de la Madone à la fin, qui plus est lorsque la pièce est écrite par un auteur de confession juive!

La pièce, une oeuvre de jeunesse, peu connue, voire oubliée d’Offenbach

Quatre acteurs-chanteurs et un pianiste, tous de formation classique nous entraînent dans un petit village de bûcherons. Là, vivent Jacques (Christian Baur, ténor), sa femme Jeanne (Katya Cuozzo, soprano) et leur enfant. Il y a aussi Georget, un jeune cornemuseux bienveillant (Jérémie Schutz, ténor) et surtout, l’étrange Gaspard (Francesco Biamone, baryton-basse).

Celui-ci, pour sauver son âme a conclu un pacte avec le diable. Il s’agit de se faire dire 3 fois «je t’aime» par une femme, Jeanne en l’occurrence. Gaspard séduit la jeune femme mais celle-ci réagit et se refuse à prononcer le 3e «je t’aime». Gaspard va se venger, arrivent alors Georget et sa cornemuse magique. La Madone paraît et Gaspard tombe en enfer. On soulignera le caractère moralisateur de ce petit opéra, loin des bouffonneries à succès d’Offenbach.

La compagnie AD’OPERA

A noter, l’excellente qualité des interprètes tant au point de vue vocal, musical que théâtral. Jeanne est charmante comme un oiseau, l’imposant et barbu Francesco Biamonte ne peut être que le diable, dans cette pièce, s’entend bien! Charles Baur, initiateur du projet et directeur de cette compagnie de comédie lyrique est un passionné d’Offenbach; il aime à faire découvrir les oeuvres les moins connues du compositeur, désireux avant tout de promouvoir la francophonie. www.adopera.ch

Photo Catherine Fiaux