Juraglöggli

Jodlerclub Juraglöggli en liesse à Orbe

Juraglöggli

Juraglöggli

Les amateurs de jodel s’étaient donné rendez-vous vendredi et samedi derniers au Casino pour vivre deux soirées épatantes.

Deux soirées qui ont charmé un public averti, lequel est venu en nombre et de toute la région applaudir chanteurs et acteurs.

Vendredi, ouverture rythmée par le groupe de «Schwitzoises Tavannes» suivie de la prestation attendue du Jodlerclub Juraglöggli local. Au cœur du divertissement, dans un discours plein d’humour, le chaleureux président Gottfried Frauchiger «Godi» a exprimé ses remerciements de circonstance et avoué une dérive quelque peu francophone de leur registre. A relever une particularité du jodel, après avoir donné le ton à l’aide de son diapason, la directrice, Annelise Cavin, réalise un vrai tour de passe-passe, en dirigeant l’ensemble vocal les mains dans les poches!

En intermède, la très belle performance du «Jodlerquartett Wandflue» de Soleure qui a fait passer dans le public des frissons de plaisir en accompagnant notamment le Juraglöggli dans une magnifique interprétation finale.

Samedi, ouverture par le trio folklorique «La Bidouille» et en intermède du tour de chant du Juraglöggli, le trio d’harmonicas «Schmittebuebe» (les garçons Schmitt) qui a imprimé un tempo revigorant propre à ravir les spectateurs. Dans la partie officielle, «Godi» a prétendu avec malice, que dans la vie urbigène, il y avait trois dates incontournables, Noël, la soirée du jodlerclub et Pâques… Trois jubilaires ont été honorés et ont reçu un beau cadeau : le président Gottfried Frauchiger pour 25 ans de sociétariat, ainsi que Reto Läuchli et Ruedi Kaenel pour 10 ans. Le bis du public «Steimanndli jutz» reporté après minuit et chanté par plus de quarante exécutants présents, a enthousiasmé la salle.

En deuxième partie du spectacle des deux soirées, on a vu une pièce de théâtre humoristique très animée, «Les murs ont des oreilles» de Sylvain Clot et mise en scène par Jean-Paul Ducret. Calquée sur la vie campagnarde d’un ménage trop masculin, en recherche d’acceptation d’une présence féminine compétitive, n’a pas été une sinécure. Les comédiens amateurs bien dans leur personnage ont ravi le parterre, avec des jeux scéniques ironiques et pleins d’esprit, une prestation très applaudie.

Deux soirées qui font toujours recette, ont permis de vivre des instants empreints d’émotion et de plaisir.

Photo Alain Michaud