Denitsa Kazakova soliste violon.

4e édition des Classiques de Mathod

Denitsa Kazakova soliste violon.

Denitsa Kazakova soliste violon.

En ce dimanche de mi-avril, c’est un très nombreux public attentif qui est venu au premier concert 2012 proposé par l’Association des «Amis du Duo Nova» dont la renommée n’est plus à faire. Comme de coutume, une présentation musicale désinvolte et didactique fort bien menée, ce dimanche-là, par Massimo Lunghi.

Le Jeune Quatuor du Conservatoire de Lausanne en pré-concert

2 violons, un violoncelle et un violon alto nous proposèrent une pièce de musique de chambre de Haydn. Comme le souligna le présentateur, il s’agit là d’une musique difficile à jouer, prévue comme un dialogue entre «adultes civilisés». Ces jeunes, voire très jeunes musiciens offrirent au public une conversation musicale de haut niveau. Ils furent chaudement applaudis.

Denitsa Kazakova au violon,joue 2 partita de Bach et une sonate de Ysayë

Bach écrivit ses «partita» pour violon solo en 1720, à une époque où cet instrument était encore relativement récent. Ysaÿe, compositeur et virtuose belge, compose 200 ans plus tard ses sonates pour violon. Le lien entre les deux compositeurs, c’est le thème obsessionnel de la mort.

Denitsa Kazakova, seule avec son violon, sobre et gracieuse, nous offrit un très beau moment de musique. Les yeux fermés, vibrant et vivant avec son instrument, la violoniste virtuose faisait jaillir les notes avec une aisance aérienne.

Ces morceaux extrêmement exigeants semblaient couler de ses doigts, de son archet, le son clair et parfait s’élevait dans le temple, un silence concentré entourait sa prestation. Après les dernières notes de la «Chaconne» de la Partita no 2 de Bach, la violoniste lentement détache son instrument de son épaule, le temps se suspend, puis les ovations fusent.

Rendez-vous pour les prochains concerts des Classiques de Mathod au temple : les 29 avril et 6 mai 2012, à 17 h., toujours, entre autres, avec Denitsa Kazakova.

Photo Catherine Fiaux