La nouvelle équipe 2012 du VCB Orbe. Debout de gauche à droite : Stéphane Gasse (nouveau), Fabrice Hiertzeler, Jonathan Neuffer (nouveau), Benjamin Paquier, Laurent Gaillard, Jonathan Marendaz (nouveau). Accroupis : Samuel Collet, Maxime Deslile (nouveau), Cédric Gaillard, Johnny De Oliveira (nouveau). Manquent sur la photo : Guillaume Nicole, Daniel Bahon et Luc Michaud (nouveau joueur).

Orbe: un pas vers le sauvetage

La nouvelle équipe 2012 du VCB Orbe.  Debout de gauche à droite : Stéphane Gasse (nouveau),  Fabrice Hiertzeler, Jonathan Neuffer (nouveau), Benjamin Paquier, Laurent Gaillard, Jonathan Marendaz (nouveau). Accroupis : Samuel Collet, Maxime Deslile (nouveau), Cédric Gaillard, Johnny De Oliveira (nouveau). Manquent sur la photo : Guillaume Nicole, Daniel Bahon  et Luc Michaud (nouveau joueur).

La nouvelle équipe 2012 du VCB Orbe. Debout de gauche à droite : Stéphane Gasse (nouveau), Fabrice Hiertzeler, Jonathan Neuffer (nouveau), Benjamin Paquier, Laurent Gaillard, Jonathan Marendaz (nouveau). Accroupis : Samuel Collet, Maxime Deslile (nouveau), Cédric Gaillard, Johnny De Oliveira (nouveau). Manquent sur la photo : Guillaume Nicole, Daniel Bahon et Luc Michaud (nouveau joueur).

L’équipe masculine du VBC Orbe jouait un match décisif en recevant La Tour de Peilz. Non seulement il fallait s’imposer mais il ne fallait pas concéder plus qu’un set à l’adversaire pour obtenir les trois points qui récompensent le vainqueur.

En prenant la mesure des Boëlands par 3-1 (15-25 25-19 25-23 et 25-21), les Urbigènes possèdent deux points d’avance sur le perdant à deux journées de la fin du championnat de 3e ligue. Une victoire qui a soulagé leur entraîneur Cédric Gaillard. «Ce ne fut pas simple car il était indispensable de l’emporter sans quoi la relégation aurait frappé à notre porte. Certes, il nous faut encore engranger un point pour se mettre à l’abri.

J’ose imaginer que nous aurons le moyen de le faire contre Montreux. Même une défaite par 3-2 nous suffirait. J’ai le sentiment que l’équipe termine mieux la saison qu’elle ne l’avait commencée. C’est pourquoi je suis optimiste même si nous ne sommes pas sûrs de notre maintien car cela dépendra aussi des relégations en 1re ligue. Je me méfie aussi qu’en fin de saison certaines formations terminent en roue libre, ce qui pourrait provoquer des surprises.
3 départs, 6 arrivées
Nous avons entamé la compétition dans des conditions particulières dans la mesure où trois joueurs d’expérience nous ont quittés. Six néophytes sont arrivés et il a fallu qu’ils s’acclimatent. L’alchimie s’est faite petit à petit et c’est à la fin du premier tour que nous avons récolté les fruits de notre travail. C’est au niveau de l’état d’esprit que nous avons mûri. Même si nous restons fébriles dans les moments chauds.

Toutefois contre La Tour, malgré des débuts de sets hésitants, nous sommes parvenus à retourner le score. Les jeunes, qui viennent de la région pour l’essentiel (Mathod, L’Abergement, Orny ou Orbe), insufflent une certaine énergie au groupe et c’est tant mieux.
Il n’est pas toujours facile de trouver de jeunes joueurs
«Malgré tout, je dois avouer que nous avons de la peine à trouver de la relève. Orbe est une ville de football et il est difficile de détourner la jeunesse vers des sports comme le basket ou le volley. On considère que notre sport est l’affaire de filles plus que de garçons. Le fait qu’il n’y ait plus eu d’équipe nationale masculine, pendant plusieurs saisons, est sans doute péjorant. Le beach-volley n’a pas eu de conséquences pour le sport en salle, malheureusement.

Cela dit, nous ne sommes pas les seuls à éprouver des problèmes de recrutement. Plusieurs de nos adversaires alignent des équipes dont la moyenne d’âge est supérieure à la trentaine». En dépit de cet intérêt relatif pour le volleyball, Cédric Gaillard demeurera à la tête de son équipe malgré un prochain mariage. Cet aiguilleur du ciel de Sergey de 37 ans, qui a également joué à Yverdon et à Grandson, veut maintenir la flamme dans la ville aux deux poissons, dans l’espoir que les jeunes s’adonnent toujours plus à son sport de prédilection.

Photo VC Orbe