Jodie Jaccaud-Lobsiger a emmené ses camarades sur la bonne voie.

TC Orbe: sauvés grâce aux barrages

Jodie Jaccaud-Lobsiger a emmené ses camarades  sur la bonne voie.

Jodie Jaccaud-Lobsiger a emmené ses camarades
sur la bonne voie.

L’essentiel est fait, toutes les équipes urbigènes engagées dans les championnats interclubs ont pu se maintenir dans leur division respective. A tout seigneur tout honneur, les dames qui évoluent en 1ère ligue, ont pu garder leur place en venant à bout des Genevoises de Veyrier/Grand Donzelle sur le score serré de 4-3. Un coup de chapeau aux trois sœurs Lobsiger ainsi qu’à Pauline Daenzer et Namé Martinez pour leur maintien.

Les messieurs, eux, évoluent en 2ème ligue et ont terminé la compétition au 3ème rang, comme les dames. Une place synonyme de barrages qui n’ont pas posé trop de problèmes. D’abord, les anciens, emmenés par leur capitaine Diego Contalbrigo, n’ont pas eu de peine à vaincre Bussigny par 7-2 puisqu’il y avait déjà 6-0 au terme des parties de simples. La tâche a encore été plus aisée pour les plus jeunes du capitaine Manuel Gremion qui se sont débarrassés de Leysin sur le score sans appel de 9-0. Enfin, les jeunes seniors comme l’ancienne garde féminine ont joué pour le plaisir en 3ème ligue.

Cette saison a été particulièrement perturbée par la météo. Pour preuve, les cinq formations du club ont dû jouer leur dernier tour sur le même week-end à Orbe tant les renvois ont été nombreux auparavant. Une pluie qui n’a pas fini de perturber la saison sportive puisque le tournoi masculin n’est pas encore fini alors qu’il aurait dû se terminer, il y a 15 jours.

Photo Pierre Mercier

Fiona Curty

Fiona Curty: balle jaune et majorette

 

Fiona Curty

Fiona Curty

La joueuse de tennis d’Orbe a obtenu un titre supplémentaire en devenant championne vaudoise indoor des moins de 16 ans. Certes, l’adversité se résumait à une petite dizaine d’adversaires. N’empêche que la gymnasienne maintient le cap et entend conserver son bien, lors de la belle saison.

Pourtant, Fiona ne sacrifie pas tout à ce sport. Il y a quelques années, elle avait passé les tests pour suivre les cours de Swiss Tennis à Bienne. Alors qu’elle avait été retenue par la Fédération nationale, elle a renoncé car on lui demandait de laisser tomber son activité dans le twirling-bâton! «J’ai de très bonnes copines dans cette société et je ne voulais pas les perdre car je trouve que l’ambiance dans ce sport est bien plus cool qu’en tennis même s’il y a aussi de la compétition entre nous».

Finir en R 1

Elle admet que sa saison 2010 ne lui a pas apporté beaucoup de satisfactions. «J’ai souvent mal joué en tournoi. Au point que je me suis dit qu’il valait mieux m’entraîner sérieusement plutôt que de m’énerver sur les courts. Si bien que j’ai été rétrogradée en R 3 (Régional 3) alors que j’étais R 2 au début de l’année. Je me suis concentrée sur mon service, notamment la deuxième balle, et j’ai amélioré mon revers.

J’espère que le travail que j’ai concédé me permettra de remonter dans le classement et d’accéder à la catégorie R 1 en allant grappiller des points dans les tournois nationaux, deux ou trois mois par mois, le week-end».

Les devoirs à l’emporte-pièce

Sous la houlette de son entraîneur Edouard Michel, de Cossonay, elle fréquente en tant qu’externe le centre sports-études de Lausanne où elle dort toutefois deux fois par semaine lorsque le programme scolaire (gymnase de Beaulieu) et d’entraînement est très chargé. Elle joue aussi pour le compte du Lausanne-Sports (1ère ligue interclubs). En conclusion, elle espère connaître une saison estivale plus enivrante que la dernière car elle est persuadée que c’est en jouant qu’elle progressera.

Mais pas question d’abandonner ses copines du club de twirling-bâton de Chavornay pour lesquelles elle trouvera toujours une petite place dans son horaire chargé qui l’oblige à faire ses leçons entre deux cours ou pendant une petite pause!

Photo Pierre Mercier