Pamela Giulizia

Pamela Giulizia : 52 médailles à accrocher

Pamela Giulizia

Pamela Giulizia

52 médailles à accrocher aux murs de la chambre de Pamela Gulizia !

«D’ailleurs nous cherchons un moyen pour les suspendre» commente mi-sérieuse, mi-amusée, la maman de Pamela. Si fière de sa fille ! Il y a de quoi! La jeune habitante de Chavornay n’en finit pas de glaner des lauriers dans la discipline où elle excelle : la natation synchronisée.

En décembre dernier, elle est sacrée première vaudoise  en figures imposées. Première également en chorégraphie à deux. A la mi-février, elle participe au championnat romand espoirs à Grône en Valais. Elle fait ample moisson des  meilleurs résultats. «Les autres filles peuvent faire aussi bien.

Elles n’ont qu’à travailler!» Le mot est lâché. Sans une volonté sculptée par des années de travail, Pamela n’aurait jamais atteint son niveau à l’âge de 15 ans! Ce ne sont pas moins de dix-sept heures d’entraînement par semaine qu’elle consacre à son art, douce alchimie de grâce, de précision et de maîtrise de soi.

Trois heures de dispense hebdomadaires

Dont deux heures de gymnastique. Pamela est bonne élève. C’est souvent durant les trajets en voiture qu’elle étudie. Car les entraînements se succèdent - semaine après semaine - à Morges, à Bassins et au Sentier. «Je suis heureuse d’appartenir au club de Morges. On a une excellente professeur.

Mais entendre quinze fois la même musique ! Répéter cent fois le même geste! Parfois on en a marre! Sur le podium, avec notre joli bouquet de fleurs, on oublie les entraînements ! Et puis je suis amie avec des filles de toute la Suisse!» Pamela se dit de plus en plus motivée. D’ailleurs, elle a été choisie pour nager avec les filles de la section «élites» de Morges.

En mars, elle part pour la Suède et nagera avec les grandes. Puis il y aura la Grèce avec ses championnats du monde Jeunesse de natation synchronisée. Pamela est sélectionnée dans le groupe des 13-15 ans.

Pas d’enjeu financier

«Les filles ne rentrent à la maison qu’avec leur médaille. Elles nagent pour le seul plaisir. Elles ne repartent pas avec un chèque dans une enveloppe comme la plupart des sportifs de haut niveau» précise la maman. Cependant, il est question d’argent, pour les parents notamment.

Il y a les entraînements, les déplacements, les séjours à l’étranger; tous les frais engendrés par cette discipline nettement moins médiatisée que certains sports sont à la charge des parents. Aussi ces derniers frappent-ils à la porte de la parenté, des amis afin d’apporter leur soutien financier à Pamela.

Pour assurer la pérennité d’une «carrière» brillante, les parents de la jeune championne ont besoin d’une aide tangible. Si certaines personnes ou entrepreneurs de la région qui lisent cet article souhaitent encourager financièrement la sympathique jeune fille, ils sont les bienvenus !