François Bierlaire est classé actuellement premier au circuit national jeunesse en cadets ; au tournoi d’Orbe, il s’est classé troisième suite à la «mort subite» où il a perdu 14-15 en demi-finale.

Escrime : étape nationale à Orbe

François Bierlaire est classé actuellement premier au circuit national jeunesse en cadets ; au tournoi d’Orbe, il s’est classé troisième suite à la «mort subite» où il a perdu 14-15 en demi-finale.

François Bierlaire est classé actuellement premier au circuit national jeunesse en cadets ; au tournoi d’Orbe, il s’est classé troisième suite à la «mort subite» où il a perdu 14-15 en demi-finale.

Une centaine d’escrimeurs de toute la Suisse et même de France s’étaient donné rendez-vous à la salle omnisports du Puisoir.

Organisée par le cercle d’escrime d’Yverdon, cette étape du circuit national réunissait d’abord les jeunes dans le cadre de «Graines d’escrime» et offrait la possibilité de participer à des tournois au sabre ou au fleuret.

Les classes de juniors jusqu’à 20 ans étaient aussi de la partie avec une septantaine de participants. Enfin, chez les seniors, ils étaient 25 à se disputer la victoire au sabre.

Du côté des régionaux, on citera la médaille de bronze de François Bierlaire (Orbe) chez les 14-16 ans et les cinquièmes places de l’Urbigène Nour Paris chez les benjamines et de Keoran Ringer (Chavornay) chez les minimes. Des récompenses obtenues au sabre, puisque le club yverdonnois s’est spécialisé dans cette arme.

Photo Anne Folens

Du sabre au fleuret

Le week-end dernier avait lieu au Puisoir le désormais traditionnel tournoi Graines d’escrime (fleuret et sabre) doublé d’une manche du circuit national, le tout organisé par le Cercle d’Escrime d’Yverdon-les-Bains de la présidente multifonctionnelle Anne Folens et sous l’égide de la Fédération Vaudoise d’Escrime.

Dès 9 heures poussins, pupilles filles et garçons se sont retrouvés sur une dizaine de pistes équipées tantôt pour le sabre tantôt pour le fleuret. La compétition se déroule en poules qualificatives, puis les gagnants des poules s’affrontent en quarts de finales, demi-finales et finales.

La participation était relevée, et la provenance des participants plus que variée si l’on en juge par les langues parlées en salle et par la diversité des plaques de voitures garées dans le parking.

Ambiance feutrée

On a apprécié l’ambiance retenue de cercle d’armes qui régnait au Puisoir, très rarement troublée par des applaudissements ou des encouragements venus de la tribune du public. Si certains sports ne sauraient être pratiqués sans un bon esprit d’équipe, on a l’impression que l’escrime en général additionne plutôt les individualités pour les mettre en présence en face à face lors des différentes passes, qui elles-mêmes varient dans le temps en fonction de la catégorie dans laquelle les tireurs sont classés.

De vraies graines

Chez les plus jeunes, et tant qu’on ne concourt pas, les jeux ou rires sont conformes à ceux de cet âge. En revanche, dès que la connexion avec le système de comptage est vérifiée et que le traditionnel «En garde» est prononcé, on se retrouve avec des graines de champions dont l’attitude, le calme et le style n’ont pas grand-chose à envier aux plus grands.

Photo Olivier Gfeller