Construction nouvelle juste terminée et grues sur les chantiers suivants.

Ballaigues: taux d’impôt stable

Au début du mois de septembre, l’exécutif ballaigui a proposé en préavis la reconduction pour un an du taux d’impôt communal fixé à 66 % du taux cantonal de base. Une retenue dictée par les incertitudes dues à l’avenir de la RIE III, dans sa version cantonale vaudoise uniquement. Le Canton n’avait encore juste pas annoncé qu’il verserait 50 millions de francs aux communes – pour l’instant durant une année – afin de compenser partiellement les effets négatifs du dispositif. Ceci se traduira pour Ballaigues par un retour cantonal de près de Fr. 500 000.– – calculé selon le revenu fiscal des personnes physiques et morales. L’Exécutif avait même prévu de demander un relèvement du taux d’impôt de 5 à 10 points à terme, si le délibérant voulait que l’on maintienne en 2019 et plus tard les investissements et le bien-être communal au niveau de celui des années antérieures. Réuni lundi soir sous la présidence de Jean-Luc Leresche, le Conseil communal a pu prendre connaissance du rapport de la commission des finances sur ce point, qui allait parfaitement dans la ligne de l’Exécutif. Son président, Nathanaël Bourgeois, a précisé qu’aux yeux de la commission « il était urgent d’attendre pour voir ». C’est finalement sans discussion que l’avis de la commission a recueilli une grande majorité des suffrages. Le taux sera donc maintenu à 66% pour un an, comme prévu. À noter que le principe de sa révision une fois par année a été expressément salué, en ces temps d’incertitudes en matière de finances publiques.

Retour de Carpostal

La commune recevra en 2019 une partie du retour de 2,1 millions de francs prévus pour le canton de Vaud dans le cadre de l’affaire Carpostal.

ORPC

Le rapport de la commission intercommunale de gestion dans l’affaire Claude Rütishauser a provoqué la colère froide du syndic Raphaël Darbellay. Il a déploré l’attitude des membres du CODIR qui osent rester en place sans envisager de démissionner, la seule décision qui serait concevable à ses yeux, en présence d’un rapport de gestion aussi critique à leur égard.

Pas d’achat de terrain en vue

Un postulat de Nathanaël Bourgeois proposait à l’exécutif d’acquérir les 15 000 mètres carrés et la halle industrielle de Bourgeois Vins Uvavins en vente à l’entrée ouest du village. Le syndic a expliqué pour quelles raisons – rentabilité financière de l’opération – la Municipalité a proposé de renoncer à l’acquisition du bien-fonds, qui est en vente depuis plusieurs années sans rencontrer d’amateurs intéressés. Une position soutenue par l’ADNV, consultée pour ce cas.

Mathod: une relève sérieuse et impliquée

Lors des élections complémentaires du dimanche 7 octobre, les Mathoulons ont choisi de faire confiance au plus jeune candidat du Nord vaudois, Théophile Schenker, 22 ans. Le successeur de la municipale Janique Tissot-Dit-Sanfin, dont le mandat a pris fin au 31 août, prendra ses fonctions lundi 15 octobre prochain. Il sera assermenté par le bureau, deux scrutateurs et les municipaux. N’ayant pas obtenu la majorité absolue au premier tour pour trois voix (68 contre 31 pour Nicolas Hernan), le deuxième a été déterminant à la majorité relative: 55 voix pour le jeune élu et 30 pour son concurrent. Même si la participation des villageois a été faible (18,9%), cette élection a mobilisé la nouvelle génération qui est en âge d’éprouver de l’intérêt pour la vie du village, comme l’a souligné Théophile Schenker. Le jeune homme fait une entrée en trombe en politique non seulement au sein de la Municipalité, mais également au sein des Verts Vaud, qui correspond à ses convictions et à sa philosophie de vie. Et il saura jongler avec ses implications sociales, comme il l’a fait dimanche. Après la verrée devant le bâtiment communal, il a enfourché son vélo direction Yverdon-les-Bains, au jardin des cultures partagées. En ce qui concerne Nicolas Hernan, il fera preuve d’un peu de patience pour se représenter en fin de législature.