Le chalet des Maisons-Doubles et sa vache géante.

Vaulion – mi-été: accueil aux Maisons-Doubles

Le Syndicat agricole et d’élevage de Vaulion a institué une belle tradition conviviale. Depuis 2013, chaque année, un des nombreux chalets d’alpage de la commune s’ouvre et accueille le public l’espace d’une journée.

Pour cette déjà sixième édition, c’est le chalet des Maisons-Doubles qui était le but de cette nouvelle découverte.

Les familles de Christian et Stéphane Messeiller, les amodiateurs des lieux, avaient bien fait les choses. Elles n’ont pas hésité à adapter la vaste écurie en salle de restaurant où de nombreuses fondues et autres grillades ont été servies. Autre originalité, le bar avait été aménagé dans une grande bétaillère placée devant le chalet. Vu la configuration des lieux, il n’était pas possible d’organiser un parking à proximité immédiate. C’est donc plus bas, vers la route de la Breguettaz, qu’il fallait laisser son véhicule puis monter à pied durant une dizaine de minutes environ. Une voiture navette gratuite était cependant organisée.

Apéritif original

Mais les courageux marcheurs étaient récompensés. Le long du trajet, on pouvait apercevoir un écriteau blanc simplement marqué «Apéro». Alors, il fallait redescendre un peu pour accéder à un lieu pentu où arrive une petite source. Et c’est dans ce coin un peu secret que Stéphane troublait cette eau pure et fraîche avec une délicieuse absinthe accompagnée de quelques «grignotages». Ensuite, une petite montée permettait de retrouver le chalet.
Les enfants n’étaient pas oubliés. Une énorme vache «grand format» avait pris place sur le pâturage et les accueillait volontiers pour se défouler. Un peu plus loin, un trio d’ânes observait, imperturbable, toute cette animation agrémentée par la musique d’accordéon.

Jean-Marc Ducotter devant les nouvelles halles.

Chavornay: Centre national des tortues, jusqu’à 4’500 animaux

Jean-Marc Ducotterd ne cache pas sa joie de faire visiter ce qui sera le plus grand centre de Suisse de la tortue. Au début de ce mois d’août, il a permis à 2’200 animaux d’une cinquantaine d’espèces sur 350 recensées dans le monde, d’être transférés dans leur nouveau complexe dont la construction n’est pas encore terminée.

On se souvient que ce CNT permet de recueillir les reptiles dont les familles veulent se séparer après avoir amusé leurs enfants pendant quelques années. Cependant, la durée de vie de ces animaux oscille entre 30 et 150 ans ! Passionné de reptiles dès son plus jeune âge, Jean-Marc a jugé inhumain de relâcher ces bêtes dans nos contrées.

C’est la raison pour laquelle il a décidé de les recueillir. Ce sera le cas pour un demi-millier d’entre elles cette année puisque plusieurs centres alémaniques ferment leurs portes et son centre pourra en contenir jusqu’à 4500 qu’elles soient aquatiques (provenance américaine) ou terrestres (Suisse).

Un lapin à l’origine

La concrétisation de ce centre est l’aboutissement d’une vie, selon l’intéressé lui-même. Il a fallu se battre pour réunir les deux millions nécessaires à la construction de deux halles, de bassins et parcs extérieurs. Du reste, il faudra encore trouver Fr. 400’000.– pour réunir le budget. Les bénévoles ont passé de très nombreuses heures à mettre en place le centre qui devient réalité car plusieurs investisseurs doutaient de la réussite de l’entreprise.

De manière curieuse, la passion de M. Ducotterd est née grâce à un lapin que ses parents lui avaient offert alors qu’il espérait un reptile. Déçu, il s’était promis de se venger en achetant par la suite des tortues pour lesquelles il s’est évidemment passionné. Comme quoi le hasard fait souvent bien les choses. Il faudra toutefois attendre le printemps pour l’inauguration de ce centre unique (CNT).