Baulmes: pas de neige mais beaucoup de convivialité

Quelques sociétés villageoises, les écoles, la paroisse, des familles, des voisins ont tenu à préparer la fête de la Nativité en organisant soir après soir dès le 1er décembre les «fenêtres de l’Avent» grâce au programme mis sur pied par Marie-Noëlle Delessert.

Les intentions étaient diverses: volonté de prendre du temps pour accueillir les amis autour d’un bon verre de vin chaud et de diverses pâtisseries, animer la discussion dans un cadre décontracté et convivial, présenter par des chansons bien interprétées ce qui a été préparé en classe, donner aux enfants et aux parents la possibilité d’écouter un conte de Noël venu d’ailleurs, faire savoir qu’on est de retour après une carrière professionnelle loin du village et que l’on veut faire revivre l’ex-bâtiment de la poste, ou tout simplement partager quelques instants privilégiés.

Marie-Noëlle Delessert précise avec un grand sourire que le millésime 2014 a été bon et qu’il a permis à des Baulmérans de découvrir (grâce à leur GPS!!!) l’emplacement de la rue du Pontet et du chemin Henri Giroud.

Montcherand, Orbe et Sergey: fusion, fusion, quand tu nous tiens

Les habitants de Sergey, Montcherand et Orbe ont été informés par leur Municipalité respective du projet de fusion des trois communes. Les exécutifs ont développé le résultat d’études de trois groupes de travail, dans lesquels les autorités de chaque localité étaient représentées et qui se sont préoccupées des finances et taxes (groupe 1), des services techniques, règlements, domaines et bâtiments (gr. 2), de l’administration, des autorités et des sociétés locales (gr. 3).

Des inquiétudes naturelles

La participation a été nombreuse dans les villages, un peu moins en ville d’Orbe, mais les intérêts et les craintes n’étaient pas les mêmes. Suite aux présentations sur écran, riches en enseignements, les questions ont été multiples et foncièrement intéressées. Les interrogations ont concerné, pour l’essentiel, le sentiment d’absorption des petits par Orbe, la perte décisionnelle et la représentativité dans les autorités futures comme les incidences financières concrètes en regard du porte-monnaie du citoyen! On a appris ainsi que les deux villages n’auront ensemble que 6 représentants au Conseil communal (de quoi former un groupe qui pourra participer aux commissions), non pas par un choix délibéré, mais en fonction de la loi qui tient compte des populations des localités. A la Municipalité, Montcherand et Sergey compteront chacune un représentant et Orbe cinq.

L’endettement d’Orbe

Dans le domaine des tarifs et des taxes, des différences existaient inévitablement. L’évaluation d’un prix moyen a fait l’objet d’analyses sérieuses. Les réponses des responsables ont permis aux auditoires de mieux comprendre le fonctionnement de la future entité. Notamment en matière d’endettement, puisqu’Orbe possède un passif important, car cette commune a dû investir pour des objets intercommunaux comme les écoles et les pompiers ou acheter des terrains pour permettre le développement de certaines industries sur son territoire.

Évaluation difficile

A première vue, on a observé un certain scepticisme en début de séance à Sergey et à Montcherand, et on a eu le sentiment que les personnes étaient un peu plus convaincues du bienfait de cette éventuelle fusion, après les précisions fournies. Mais rien n’est pour autant acquis même si, à Orbe, ce regroupement semble ne pas poser de problèmes. Désormais, le processus est lancé et les communes signeront une convention qui sera encore présentée aux populations, le 3 février prochain à Montcherand (20 h.), en présence de la Conseillère d’Etat Béatrice Métraux.

En route pour la première décennie

Le 2 septembre 2005, le premier numéro de L’Omnibus faisait son entrée dans les boîtes aux lettres et les kiosques. Au moment d’adresser à nos fidèles lecteurs nos meilleurs vœux à l’issue de cette année 2014, nous ajoutons le plaisir d’évoquer avec vous les débuts du journal et l’agréable perspective d’en fêter les dix ans dans le courant de l’automne à venir.

Votre équipe reste motivée et enthousiaste, même si l’idéalisme des débuts a progressivement fait place à une vision plus pragmatique, condition indispensable pour s’inscrire dans la durée. Nous sommes heureux dans notre rôle de relayeurs, de passeurs d’informations. Ces dernières tombent dans de bonnes mains ou plutôt sous de bons yeux, les vôtres, fidèles lecteurs de L’Omnibus, sans lesquels rien ne serait possible.

Merci pour votre fidélité et excellente année 2015.

Pour le conseil d’administration de L’Omnibus, Denis Maillefer