A droite l’abbé-président Laurent Gaillard met de l’ordre dans les rangs.

Sergey: les Volontaires en grande forme

Même si Sergey n’est pas un très grand bourg, son Abbaye se déroule sur 5 jours calendaires. C’est donc dire si la noble Confrérie des Volontaires y est une institution importante. Dès le jeudi soir en effet, le caveau ouvre sur la place du village. Il refera de même le vendredi pour laisser la place au tir le samedi.

«Cette année est une bonne année pour la société, explique le nouvel abbé-président Laurent Gaillard, puisque pour une société qui compte environ 60 membres, nous avons recensé plus de quarante tireurs». Pour fixer le couronnement des rois, les Volontaires visent aussi très bien, afin que la cérémonie puisse encore avoir lieu avant les gouttes. Mais par un vent froid et désagréable qui a même fait dire à un membre d’une Abbaye voisine venu en ami, «ils ont bien fait à Sergey de fixer l’Abbaye en hiver cette année.»

Une affaire de famille

Pour changer, les porteurs du patronyme Gaillard ont trusté honneurs et prix. En effet, le 1er roi de la cible Abbaye est Romain Gaillard, qui fut roi des jeunes lors de l’édition 2010. Une affaire de famille puisque son grand-père Robert a reçu la distinction suprême avant que son père Rémy ne la reçoive aussi. À relever d’ailleurs que la série est loin d’être finie puisque le roi des jeunes est aussi un Gaillard de la même lignée, Mathieu de son prénom. Au 2e rang de la cible Abbaye, on trouve Damien Guyot. Le 1er roi de la cible Progrès est René Vona, un autre habitué des honneurs, le 2e roi de cette cible étant l’ancien abbé-président Alexandre Martinis qui conserve donc un guidon très sûr.

À noter encore que la fête s’est déroulée sous la musique de la fanfare l’Écho des Forêts, du Pont, qui a aussi assuré le concert du dimanche soir à la grande salle avant la traditionnelle soupe à l’oignon. Le lundi a été réservé aux enfants et aux œufs, avant l’omelette géante et le bal avec Brice.

Gil Pidoux et Pierre-André Vuitel remttent le prix à Johanna Troyon, meilleur poème des moins de 18 ans

Orbe: concours de poésie 2014

Vendredi 22 août, aux anciens moulins Rod, a eu lieu le vernissage de l’exposition de tableaux de Gil Pidoux. Présentée dans les silos, cette exposition de miniatures et de tableaux est à voir jusqu’au 21 septembre. La visite dans ce dédale est une promenade au gré de l’esprit. L’interprétation des images est toute personnelle et l’on ne peut que recommander d’aller les voir et de laisser son esprit voyager.

Poésie

Il est vrai que c’est un poète qui les a peints et dans cet art, il excelle. Gil Pidoux a fait rêver l’auditoire lors de la remise des prix du concours qu’il a organisé en collaboration avec la Libraire Le Cerf-Livres et le festival Moulin mouline.

Introduit par l’orgue de Barbarie d’Irma la Glousse, le poète a donné lecture de quelques œuvres et le public s’est surpris à glisser sur le fil des mots…
Les poètes sont des enfants… mémoire au fil de l’eau, au fil du temps… se mêlent à la farine, à l’eau… jusqu’au vertige du silence… «longtemps, longtemps après que les poètes ont disparu, leurs chansons courent encore dans les rues…»

Les mots ont chanté dans le petit théâtre avec des interventions musicales de Gil et Ayuta, le temps s’est presque arrêté…

Concours

Le jury, composé de Gil Pidoux, Patrice Lefrançois et de Etienne Reichel, a choisi le meilleur poème des moins de 18 ans et un pour les moins de 108 ans. Le prix des jeunes est revenu à Johanna Troyon qui habite à Orbe. Ce qui a ravi l’organisateur de voir que parmi les Urbigènes, on trouve encore des poètes de talent. Le prix des moins jeunes est revenu à Catherine Gaillard-Sarron de Chamblon. Après lecture de leur poème, Gil Pidoux les a félicités. Chacune a reçu un prix de Fr. 300.– et une roue qui mouline en souvenir.