Les orateurs du jour: André Corthay, Alexandre Traber, Narcisse Niclass, Jean-Philippe Petitpierre, Olivier Honsperger.

Orbe: les inventeurs se retrouvent au TecOrbe

Pas facile d’être un inventeur aujourd’hui... Il ne suffit pas de trouver un truc ou une idée de génie et de s’en glorifier. Le projet doit être mûri, réalisé, fabriqué puis, idéalement, commercialisé. Mais tout cela est un long chemin à parcourir, semé d’embûches.

C’est pour cela qu’il existe le Iro-Mentor Club Invention romande dont la mission est de regrouper les inventeurs en leur proposant un centre de compétences en commun. Et tout naturellement aussi, ce club avait choisi le TecOrbe, situé dans la zone industrielle des Ducats pour tenir son séminaire, mercredi 8 novembre en fin d’après-midi.

Connaître

En préambule, le président Narcisse Niclass a passé la parole à Jean-Philippe Petitpierre, responsable du TecOrbe, qui a présenté ce technopôle orienté sur les techniques de l’environnement et le rôle joué par cet espace incubateur avec plus de 7000 m2 de locaux, laboratoires, halles, ateliers et bureaux mis à disposition d’une quinzaine d’entreprises actives dans des développements de projets.

Entreprendre

Les inventeurs ont parlé de leurs expériences. Ainsi, André Corthay de Bavois qui, retraité, a fondé avec son fils Sébastien l’entreprise Avalgo par l’invention d’un dispositif pour éliminer et revaloriser les algues et plantes aquatiques qui encombrent les ports lacustres sous forme de granulés. L’entreprise a d’abord mis au point des installations mobiles sur remorques, puis un petit canot de 4 m de long couplé à un big-bag flottant pour la récolte des algues. Il s’agit d’une extraction innovante avec traitement direct des déchets. Le développement se poursuit et l’invention sera opérationnelle en 2018.

Apprendre

E-crush est un compacteur de déchets mécanique et tout simple qui réduit 60 litres de déchets de toutes sortes mis dans un sac de 17 litres! Alexandre Traber et Jean-Christophe Jaques, ingénieur EPFL, ont conduit ce projet qui a donné naissance à une géniale presse actionnée simplement par deux leviers. Financé grâce à un crowdfunding (financement participatif), ce projet de 2015 est maintenant en phase de commercialisation.

Imaginer

Enfin, Olivier Honsperger, thérapeute, a parlé du coaching quantique: «Faites aujourd’hui la journée la plus importante de votre vie grâce aux 52 lois magiques», dont il est l’auteur. Il a ainsi prouvé à l’assemblée que «Impossible, ce n’est pas possible!». Un apéritif final a encore permis de philosopher dans un bon moment de convivialité.

L’hôtel de Ville d’Orbe.

Orbe: petit survol du budget 2018

Juste en dessous du seuil des 40 millions de charges, avec un excédent de charges de 1 million, le budget 2018 de la Cité aux Deux Poissons constitue un sujet de satisfaction pour l’exécutif, ainsi que l’a rappelé le syndic Henri Germond lors de la dernière séance du conseil communal. Sujet de satisfaction non pas en raison du déficit escompté lui-même, mais de sa hauteur qui se réduit. Charges et produits sont sous un contrôle permanent.

Baisse globale des charges

Le budget reflète une baisse des charges de 1% par rapport à celui de l’année 2017. Le mouvement à la baisse se remarque aussi par rapport à la hausse de 5% sur ce poste général qui avait caractérisé les budgets des années 2015 et 2016. Il faut se souvenir que l’exécutif avait décidé de geler les engagements pour toute l’année civile 2017, ce qui est passé des intentions aux actes effectifs. Certains services auront en revanche besoin en 2018 d’un effectif un peu plus important pour pouvoir faire face aux tâches toujours plus nombreuses et complexes qui leur sont confiées. On pense en particulier à l’administration générale et au greffe municipal qui sera doté d’un temps partiel supplémentaire qui s’avère indispensable.

Des produits évalués prudemment

Du côté des produits, on nage dans les incertitudes résultant de la mise en œuvre de la RIE III cantonale prévue dès 2019. Mais comme le projet de RIE II fédérale n’a pas passé le couperet du vote populaire, les incidences cantonales de sa non-entrée en application qui elles aussi ne devraient se manifester qu’en 2019, l’exécutif urbigène a décidé d’être prudent pour le budget 2018 en anticipant le choc à venir de la baisse de revenus de l’impôt sur les sociétés. Pour ce faire, il a donc diminué volontairement ces recettes.

Travaux routiers en vue

Du côté des bâtiments et domaines, l’engagement d’une nouvelle personne est prévu pour venir en appui au service du cadastre et de l’urbanisme. Des mesures de réorganisation sont aussi à venir au niveau de la conciergerie.

Concernant les travaux, la charge qui augmente le plus concerne les routes, pour lesquelles plusieurs préavis vont se réaliser, soit qu’ils soient déjà approuvés ou encore à présenter. On pense en particulier aux zones 30 km/h, au carrefour de la route du Signal et de la route de Valeyres, ou au réaménagement de la route de Granges Saint-Martin.

Charge scolaire en légère diminution

Du côté des écoles, que ce soit au primaire ou au secondaire, la part aux frais des établissements scolaires diminue globalement d’environ Fr. 130 000.–, en raison entre autres de l’abandon de locations à la commune des Clées, à celle de l’Abergement ou encore à une réadaptation des charges relatives aux Portakabins de Montchoisi.