Valeyres-sous-Rances, un beau village qui tient à garder son collège et ses classes.

Valeyres-sous-Rances: une UAPE au village?

Les outils démocratiques ont été à l’ordre du jour lors de ce Conseil général de fin octobre, ce qui n’a pas toujours rendu aisée la tâche du président, Dominique Streckeisen. Le point de distinguer la motion de l’interpellation, et de débusquer un éventuel vice de forme animera quelques débats.

On restera à 65% de taux d’imposition

Les deux préavis à l’ordre du jour, soit l’adoption du règlement communal concernant le subventionnement des études musicales et de son annexe et l’arrêté d’imposition pour 2018, seront avalisés, mais chacun agrémenté d’un amendement. Concernant les impôts, le préavis propose de passer de 65% à 67%. La Municipalité motive cette augmentation en estimant que les dépenses du ménage communal doivent être couvertes par les recettes courantes, mais, certes, à ce moment de l’année, elle ne peut se baser que sur des estimations. La commission des finances, arguant que les résultats ont toujours été meilleurs qu’escomptés et que la trésorerie courante est suffisante, propose l’amendement de maintenir le taux d’imposition à 65% pour 2018. Le délibérant avalisera le préavis et son amendement.
Concernant le règlement sur le subventionnement des études musicales, la Municipalité prévoit une participation financière communale de Fr. 100.–. par semestre et par enfant suivant une école de musique reconnue par la FEM (Fondation pour l’enseignement de la musique). La commission «ad hoc» propose l’amendement remplaçant les Fr. 100.– par une participation de 20% par semestre avec un maximum à Fr. 100.–. Le vote ne départageant pas le conseil, le Président tranchera en faveur de l’amendement.

Quand il s’agit d’école

En réponse à la motion (qui s’avère être une interpellation!) d’Anne Baumann s’inquiétant de l’avenir des classes à Valeyres, la Municipalité rappelle que les décisions sont prises par les organes de l’association scolaire intercommunale, l’ASIOR. Par contre, elle s’engage à tout entreprendre pour conserver un collège avec des classes au village. Le scolaire suscite des réactions, quel est le taux d’occupation des classes? Pourquoi ne pas ouvrir une UAPE à Valeyres?

Anne Baumann, déléguée à l’ASIOR, relate le regret des délégués que l’association gère un budget de 5 millions, apparemment en l’absence de stratégie écrite et communiquée. Une meilleure visibilité et compréhension est demandée afin d’offrir une meilleure prévisibilité aux communes.

Finalement, on accueille la nouvelle boursière communale, Evelyne Vagnières qui remplacera Nicole Conrad après de longues années d’excellents services. Il est 22 h. 30, le président lève la séance.

Courbe de l’Orbe et Quai des Anglais en direction de la maison de commune.

Vallorbe: Rond-point expérimental en vue

Séance très courte pour la présidente Véronique Teuscher lundi soir au Conseil communal, lequel a tout d’abord pris connaissance de la démission avec effet immédiat de la conseillère PLR Monique Tzaut, pour des raisons liées à sa situation professionnelle. Quelques courriers de citoyens au sujet de différents passages pour piétons ont été lus et ont permis au municipal responsable Luigi Fiorito de s’exprimer sur la politique générale de l’exécutif en matière de traçage de telles protections: strict respect des réglementations en la matière et utilité.

Budget 2018 positif

S’exprimant en fin de séance sur le budget 2018 déposé le soir même à l’examen de la commission des finances, le syndic Stéphane Costantini a relevé ce qui suit: «le budget pour l’année 2018 prévoit des charges, avant amortissements, provisions et imputations internes, pour un montant de 16 909 440 francs et des revenus pour un montant de 18 061 595 francs engendrant dès lors une marge d’autofinancement de 1 152 155 francs, en légère augmentation par rapport à celle du budget de 2017. Comme à l’accoutumée, ce budget est prudent et ne devrait pas nous réserver de mauvaise surprise».

«Easyvote» se transforme en «Vallvote»

Le postulat «Easyvote» des conseillers Luc-Olivier Stramke et Gaëtan Uldry relatif à la mise en place d’un système d’information aux jeunes en matière politique, plébiscité par la commission chargée de l’étude de la réponse municipale, a été admis à l’unanimité. Nuance de taille, selon le vœu de la commission, le modèle vallorbier portera le nom définitif de «Vallvote», avec son groupe interactif mêlant jeunes citoyens intéressés de 18 à 25 ans et membres de toutes les couleurs politiques, en vue d’approfondir les sujets d’actualité. Une grande satisfaction pour les postulants qui sont persuadés que des échanges dans le monde réel sont encore attractifs pour des jeunes constamment branchés virtuellement.

Rond-point expérimental

Dans les communications de l’exécutif, le syndic Stéphane Costantini a annoncé que « dans le cadre de la réfection du carrefour au bas de la Grand-Rue et de la rue de Pontarlier, la Municipalité va mettre à l’essai durant quelques mois un giratoire provisoire entre ces deux rues à la sortie du Pont de Ville. Des aménagements temporaires seront donc installés d’ici mi-décembre. Ceux-ci permettront de déterminer si la solution envisagée pour ce carrefour est la bonne et si la fluidité du trafic sera améliorée. Cet essai aura volontairement lieu durant la période hivernale afin d’également tenir compte des aléas météorologiques de la saison. Une fois ce test terminé, le projet d’aménagement pourra être finalisé et un préavis relatif à la demande de crédit en vue de sa réalisation sera déposé au Conseil courant 2018».