L’exécutif de Vallorbe avec au centre en rouge le garde-forestier Dominique Favre, puis de gauche à droite: C. Maradan, C. Schwerzmann, L. Fiorito et le syndic Stéphane Costantini.(Photo Olivier Gfeller)

Vallorbe: le «Sentier des planètes» restauré

Plus de vingt élèves des classes de 9 VSG 2012-2013 ont conçu et construit à l’époque le premier Sentier des Planètes qui a été érigé près du départ de la piste Vita, dans une petite combe en contrebas. Une idée de leur professeur de mathématiques Pierre-Henri Jost, qui voulait ainsi permettre à ses élèves et aux visiteurs de mesurer concrètement l’échelle des distances qui séparent les planètes du système solaire. Chaque planète était alors représentée par un piquet en bois sur lequel une légende fournissait force détails à son sujet. La mise en place sur le terrain avait été plébiscitée par l’exécutif et largement aidée par les services forestiers communaux. La météo pas toujours favorable dans la Cité du fer au fil des saisons et des années a eu raison des installations du Premier Sentier. Ce

qui a conduit la Municipalité, son responsable des forêts le Municipal Christophe Schwerzmann ainsi que le garde-forestier Dominique Favre, aidé de ses équipes, à trouver et préparer le matériel nécessaire pour faire naître une version 2 du Sentier des Planètes. Cette dernière version a été formellement inaugurée la semaine passée en présence de l’exécutif vallorbier presque au complet, du garde forestier Dominique Favre et de l’inspecteur forestier Pascal Croisier. Le concepteur du projet initial Pierre-Henri Jost était lui aussi présent et ravi de voir que son idée allait perdurer sous une nouvelle forme.

Nouvelle version plus robuste

Les points représentant les planètes sont comme à l’origine placés proportionnellement aux distances qui les séparent. Un pas de 60 centimètres sur le sentier représente un voyage de 2,76 millions de kilomètres. L’installation est idéalement située en bordure de forêt et a bénéficié une nouvelle fois des soins du service forestier, qui a choisi les bois tant pour les poteaux-supports que pour le visuel artistique marquant l’une des extrémités du Sentier. Les détails de chacune des planètes ont été imprimés par l’Imprimerie de Vallorbe sur un matériau spécial résistant aux intempéries.

A relever un détail piquant: le report des indications sur les panneaux a été préparé par Sacha Pino-Bardet, qui est actuellement en formation de forestier-bûcheron à la Commune. Il figurait parmi les élèves qui ont participé à la création de la première version du Sentier. Ainsi a été restaurée une curiosité vallorbière peu connue et qui mérite le détour.

Le groupe Cor des Alpes du Nord vaudois, Marceline Guidoux et Patrick Villemin, entouré de la Municipalité, de gauche à droite: Dominique Meier, Philippe Veuve, Eliane Piguet, syndique, Pascal Marendaz, manque Janique Tissot-Dit-Sanfin.

Mathod: conforme aux exigences actuelles et futures

C’est avec beaucoup de fierté, d’émotion et avec un soupçon de soulagement aussi, qu’elle a coupé le cordon afin de réunifier la vie villageoise. Reste à savoir si les commerces, qui ont tiré et tirent la langue retrouveront une fréquentation plus abondante afin d’éviter des fermetures définitives.
Défi relevé
En treize ans, la circulation a presque doublé. En conséquence, les objectifs de la rénovation étaient de sécuriser le chemin piétonnier, modérer les vitesses et assainir le bruit routier. Le «nouveau» pont du Mujon requerra peu d’entretien et son revêtement phonoabsorbant réduit de moitié les nuisances sonores liées au trafic. En étant plus large que long, il facilite le croisement des véhicules et les piétons bénéficieront de trottoirs généreux de part et d’autre. Dorénavant, il pourra supporter le passage du trafic actuel, des camions de 40 tonnes ainsi que de convois exceptionnels de 240 tonnes.

Avec une semaine d’avance sur les prévisions, le pont du Mujon est à nouveau ouvert à la circulation depuis samedi dernier. Après quatre mois de travaux, les autorités ont invité la population à l’inauguration afin de récompenser leur patience. L’ouverture des festivités s’est faite au son des cors des Alpes, Marceline Guidoux et Patrick Villemin, représentant le groupe Nord vaudois. Les discours des autorités et des différents partenaires, RS Ingénieurs et le bureau d’architecte Jaquier-Pointet, ont surtout été axés sur les remerciements envers les ouvriers de l’entreprise Ernest Gabella qui ont travaillé d’arrache-pied pour que la construction soit menée à terme et dans les temps. Eliane Piguet, syndique, ainsi que ses collègues municipaux, ont dû faire face, tout au long de la fermeture de la route, à une multitude de questions, réflexions et remarques aussi régulières que l’eau qui coule sous le pont, selon leurs dires. Pour certaines personnes, la déviation leur a offert une belle découverte régionale.