cadre bucolique pour un festival hors du communn.

Romainmôtier: Festival enchanteur

Du 17 au 20 août, le public a pu découvrir la nouvelle mouture des «Scènes du Chapiteau». Au fil des années, ce festival a su imposer sa marque de fabrique sous l’impulsion créative du fondateur Jan Reymond entouré d’une équipe bien motivée et dont les responsabilités sont bien définies et avec l’appui précieux de sa compagne, Delphine André. Situé dans un cadre champêtre, la manifestation est tournée autour du plaisir des sens, de l’originalité et de la poésie. L’esthétisme est soigné, peaufiné jusque dans le moindre détail, comme par exemple le tri des déchets qui sont agrémentés de petits commentaires, ou encore la balançoire accrochée à un arbre, pour le plus grand plaisir des enfants. Les organisateurs ont fait appel à quatre prestataires culinaires pour satisfaire les papilles du festivalier. Ils proposent des mets confectionnés avec des produits locaux: il s’agit de la Rôtisserie du Gaulois, Magalette, Le Petit Four et la Barraquinhamobile ainsi que «L’Ecluse de Léo» pour attiser une petite soif.

Rencontre d’artistes

La programmation musicale offre une qualité d’exécution digne des plus grandes têtes d’affiche ainsi qu’un survol des arts: musique, chansons, théâtre, danse qui prvient des découvertes surprenantes et enchanteresses. En parallèle, la compagnie des «arTpenteurs» jouait le dernier volet de sa trilogie shakespearienne: «Roméo et Juliette». Les arts plastiques sont également présents avec la nouvelle création de Nicolas Coeytaux: «Aglaë», une araignée rose et animée, qui capture les planètes à l’aide d’une toile tissée avec de vieux rayons d’étoile, pour y séquestrer toutes les salades dont elles se nourrissent. Ayant reçu l’automne dernier le Prix Culturel Régional EMOI, les «Scènes du Chapiteau» et les deux autres lauréats, Baptiste Naito, écrivain, et Paul Estier, sculpteur ferronnier d’art, se sont rejoints dans un projet artistique que le public a pu admirer dans la roulotte «Mondrian».

Barcelone de nuit

Orbe – Attentat de Barcelone: je me suis vu mourir

Le voyage de l’Urbigène Savanah Vallone>avait mal commencé puisqu’elle avait raté son avion pour Barcelone, avant de trouver place dans le suivant. «Enfin sur place, nous occupions un appartement près de La Rambla avec des amies de Nyon et il était dans nos intentions de faire du shopping dans la cité catalane. C’est la raison pour laquelle, le lendemain, nous avons arpenté la rue la plus célèbre de la ville aux côtés de milliers de touristes. Jusqu’au moment où des bruits sourds et inquiétants sont parvenus à nos oreilles. J’ai de suite pensé à un attentat et nous avons couru jusqu’à une rue perpendiculaire où j’avais vu un pull dans une vitrine. Dans la panique, nous nous sommes engouffrées dans une galerie d’art dans laquelle plusieurs personnes sont venues se réfugier. Les stores d’acier ont été descendus et nous avons pu nous rendre compte de ce qui se passait dans la rue d’à côté grâce aux réseaux sociaux qui se contredisaient sur le déroulement des opérations. J’ai alors pris contact avec mon fiancé Michael pour l’informer, le priant de contacter mes parents, car j’étais persuadée que j’allais mourir. Au cours des 2 heures et demie pendant lesquelles nous avons patienté à l’abri des regards, j’ai téléphoné ensuite à tous ceux que j’aimais pour leur dire au revoir».

Prise en charge

Par chance, les parents de l’une de mes amies connaissaient un Barcelonais, agent de sécurité de l’ONU, qui est venu nous chercher après que la situation se fut un peu calmée. Avec sa femme, ils nous ont emmenés en dehors de la zone dangereuse pour aller manger, nous balader et nous rendre sur une butte qui surplombe Barcelone, afin d’occuper nos esprits et avant de nous ramener à notre appartement. Auparavant, il avait pris la précaution de nous dire de reprendre qu’un minimum d’objets avec nous, car les vols sont fréquents dans ces moments de panique. Au terme de cette soirée durant laquelle je me suis sentie protégée, j’ai bien dormi, refusant tout de même de voir les scènes du massacre à la télévision. Le vendredi, La Rambla était relativement déserte et il y avait des policiers partout. Malgré tout, nous ne sommes pas retournées sur le lieu de l’attentat ce qui ne m’a pas empêchée d’avoir des bouffées d’angoisse, mais je suis allée tout de même m’acheter le pull qui avait retenu mon attention la veille!».

Solidarité dans le malheur

Quelques jours après avoir côtoyé la mort, Savanah se souvenait qu’elle avait couru, pour aller se mettre à l’abri, sans se retourner de peur d’être rattrapée. Elle a jeté ses effets superflus (lunettes, chapeau, etc.) sauf le sac qui contenait ses courses. Dans la galerie, elle s’est retrouvée avec deux Italiens et notamment des Russes qui hurlaient au point de faire craindre d’être repéré. «Aujourd’hui encore, j’ai des contacts avec ces deux garçons et mes amies, car j’ai besoin de les sentir près de moi. Cela ne m’empêchera pas d’aller à Londres ou ailleurs, même si au fond je ne serai pas rassurée. Je sais désormais que le danger est à tous les coins de rue et qu’il faudra malheureusement faire avec, nous dit cette jeune fille de 19 ans qui va entrer prochainement à l’université de Fribourg en faculté pédagogique curative et qui est aussi l’une des chanteuses du groupe Abbavoice. Courage, Savanah.