Romainmôtier : Vallon du Nozon, drôles de découvertes

Ces dernières semaines, le garde forestier de Juriens a découvert avec stupéfaction qu’une centaine d’arbres ont été marqués à la peinture orange fluo, dans les bois entre Nidau et Pompaples. Selon Bastien Siggen, le mal n’est pas irréversible. Seuls les arbres à la fine couche d’écorce pourraient subir quelques conséquences. Il n’empêche qu’il faudra effacer ces traces qui donnent le sentiment que l’on a fléché un parcours à travers les bois sans se rendre compte de l’impact que cela peut avoir. Ainsi, des promeneurs parisiens se sont perdus ne sachant plus à qui faire confiance entre la signalisation officielle et les tags. Il faut dire que ces lieux sont assez fréquentés par des promeneurs qui aiment la nature et le calme. C’est la raison pour laquelle les forestiers entendent bien effacer ces traces inconvenantes.

Organisateurs montrés du doigt

Le «tweet» de Bastien Siggen est parvenu jusqu’à la conseillère d’Etat Jacqueline De Quattro qui s’est offusquée du mépris pour la forêt. Toutefois, aucune enquête n’est en cours et les forestiers vont tenter de découvrir les auteurs de ces méfaits, imaginant que cela puisse provenir d’organisateurs de manifestations équestres ou de courses à pied. Ce n’est du reste pas la première fois que de tels méfaits sont constatés dans le Vallon du Nozon puisque la falaise de Romainmôtier avait notamment fait l’objet d’un coloriage. Cela donne le sentiment que l’on ne respecte plus la nature ou du moins que l’on ne mesure pas les conséquences d’actes inadéquats.

La vitrine faite de rose, de bleu et de douceurs a séduit les deux experts.

Orbe: une vitrine récompensée

Une belle surprise attendait Nadica Gjorgjieva lors de la remise des CFC de gestionnaire du commerce de détail le 3 juillet dernier. La jeune femme de 21 ans, apprentie à la boulangerie Court d’Orbe, s’est vue attribuer le prix de la plus belle vitrine. Etal qui faisait partie intégrante des examens en vue de l’obtention de son certificat.

Un thème qui sort du lot

Appliquée, Nadica a imaginé la décoration de A à Z et a collaboré avec les boulangers-pâtissiers pour la réalisation de son travail. «Ça fait depuis le mois de janvier que j’y réfléchis. J’ai finalement choisi le thème de la «baby shower» car j’aime beaucoup cette célébration qui nous vient des Etats-Unis», explique la jeune femme. «Baby Shower?» Une fête organisée par les copines d’une future maman pour célébrer l’arrivée imminente d’un nouveau-né. Un thème qui a visiblement plu au deux experts qui ont jugé son travail le 18 mai dernier. «J’étais stressée et je n’aurais jamais pensé gagner un seul prix», se remémore l’habitante de Chavornay.

La difficile langue française

Il faut dire que l’apprentissage entrepris par Nadica n’a pas été un long fleuve tranquille. «Je suis arrivée de Macédoine il y a cinq ans, j’ai dû faire beaucoup d’efforts pour apprendre le français et suivre les cours. Toute l’équipe de la boulangerie m’a beaucoup soutenue et je leur en suis très reconnaissante», confie-t-elle. La jeune femme ne va pas s’arrêter en si bon chemin. À la rentrée d’août, elle entame une maturité santé-sociale d’une durée d’un an, dans le but de se former dans le domaine médical. «Depuis toute petite, je souhaite travailler dans ce domaine, car mon père est infirmier, mais à mon arrivée en Suisse je n’avais pas un assez bon niveau de français». On lui souhaite