Les chalets d’alpage de la Busine et de la Posogne nécessitent une rénovation.

Vaulion: des chalets d’alpage à rénover

Jeudi soir 20 avril, le président Danilo Perotti a conduit la première séance du Conseil communal de Vaulion de l’année en présence de 23 conseillers sur 28. Ce fut une séance calme et pratiquement sans discussions vu qu’il s’agissait du dépôt de trois préavis soumis à étude par une commission désignée.

Le premier préavis concerne la réorganisation à l’échelle du district de la Protection civile. De quatre entités actuelles, il s’agit de n’en faire plus qu’une, regroupant les 73 communes formant le district Jura-Nord vaudois, avec son siège à Orbe. Ce remaniement sera financièrement neutre. Le coût actuel, calculé par habitant et par année, ne sera pas dépassé et stabilisé à Fr. 17.–. Les instances dirigeantes ne seront également pas modifiées.

Un coût de Fr. 600 000.–

Les deux autres préavis étaient plus ou moins liés. Il s’agit de la réfection du patrimoine communal. Deux chalets d’alpage méritent en effet une rénovation et une modernisation plus ou moins urgentes. Sur les 9 chalets d’alpage que possède la commune, deux d’entre eux ont déjà été rénovés: Suchaud et la Sagnette. Ce processus va donc se poursuivre avec les chalets de la Busine et de la Posogne. Des demandes de crédit sont donc sollicitées: Fr. 305 000.– (Busine) et Fr. 290 000.– (Posogne).

Ces sommes peuvent paraître élevées, mais on peut compter sur des subventions du Service cantonal des améliorations foncières (AF) estimées à environ 35% du coût total pour chacun des deux sites. Le municipal Guy Reymond a assuré qu’il demanderait également des aides financières à d’autres organismes prévus pour cela. Dans le même ordre d’idée, ce dernier a aussi précisé que l’étude pour la transformation du chalet-restaurant de la Dent-de-Vaulion poursuit son cours.

Saine et prudente gestion

A la fin de la séance, un tour de table complet a été fait par les municipaux pour expliquer les affaires en cours. Il en ressort une saine et prudente gestion, notamment sur les importants travaux d’assainissement au haut du village dont le budget a été respecté. Les conseillers et conseillères se retrouveront en séance jeudi 8 juin avant leur sortie déjà agendée au samedi 17 juin.

La zone de la patinoire au printemps.

Vallorbe: toit sous toit

C’est presque au complet et sous les yeux d’un public venu en nombre pour l’occasion que le Conseil communal de Vallorbe s’est réuni lundi sous la présidence de Christine Leuenberger. Il faut dire que le menu était plutôt corsé, puisqu’il s’agissait pour le délibérant vallorbier de se prononcer, entre autres, sur deux préavis relatifs, le premier, à la création d’une SA à but non lucratif «Sports et Loisirs SA» au capital de 1 million de francs destiné à reprendre les actifs et passifs de l’actuelle patinoire et de l’actuelle piscine, pour devenir le pôle communal dans ces domaines.

Et le second à l’octroi d’un crédit de 3,98 millions de francs pour financer la couverture de la patinoire et sa rénovation-transformation. Aucun de ces deux objets n’a suscité la moindre discussion, tout ayant visiblement été réglé en séances préliminaires de groupes et la création de la nouvelle SA de même que son financement ont été adoptés à une très large majorité. Très satisfait du résultat, le syndic Stéphane Costantini a donné rendez-vous aux membres du Conseil pour l’inauguration du nouveau «Frézillon» avec son toit muni de panneaux solaires à l’automne 2018.

Les oreilles de Berne ont dû siffler

Le Conseil a encore adopté un crédit de Fr. 179 000.– destiné à la réfection de l’estacade de l’Orbe longeant la Maison de commune, dont le sol est devenu dangereux, puis a entendu un rapport intermédiaire de la commission de gestion sur la marche du Bureau technique, jugée en tous points satisfaisante. La fin de la séance a vu le conseiller Yann Jaillet développer une résolution – votée à une large majorité – enjoignant à la Municipalité de forcer l’OFROU à sortir pour une fois d’une attitude peu communicante typiquement confédérale et à poser un panneau sur le portique sur la semi-autoroute A9b à la sortie d’Orbe pour signaler aux usagers les bouchons qui se forment et leur suggérer de prendre la route cantonale aux Clées pour éviter de perdre des heures.

De son côté, le syndic Stéphane Costantini a expliqué les derniers développements concernant le CEP, que l’Omnibus a déjà présentés, et qui permettent de penser que le CEP rebaptisé «Centre fédéral pour réfugiés» ne deviendra pas un centre de départ pour réfugiés, ce contre quoi l’exécutif vallorbier se bat invariablement depuis des années. Un sujet sur lequel Yann Jaillet a également fustigé l’attitude des autorités fédérales, mutiques et non coopérantes à ses yeux, en ce domaine comme en d’autres.