La pose, fin juillet, des 700 panneaux solaires sur le toit de la Halle des Fêtes.

Vallorbe: le devenir du CEP en question

L’ordre du jour de la séance du Conseil communal présidée lundi soir par Luigi Fiorito semblait léger. En réalité, ce n’est qu’en toute fin de séance qu’elle s’est réellement animée, lorsque le syndic Stéphane Costantini est revenu sur une information datant de samedi passé : le CEP de Vallorbe serait en train de voir son affectation changée par le SEM (Secrétariat d’État aux Migrations). Il deviendrait un Centre fédéral de départ. Ce changement aurait été entériné à Berne. Mais la commune n’est officiellement au courant de rien. On ne l’a ni informée, ni consultée à ce sujet.

Elle a cherché à obtenir confirmation de cette information auprès du canton et de la Confédération, sans succès toutefois. Il semble qu’une décision doive être prise dans les jours qui viennent. Face à cette situation, le syndic a assuré le Conseil «que la commune ne se laisserait pas faire et réagirait en conséquence, si ces informations se révèlent exactes. Il est toutefois bien difficile de détailler actuellement les futures réactions de la commune, dès lors qu’elle ne sait rien. Or, pour agir et réagir, il faut d’abord savoir de quoi il retourne et ce que cela implique, entre autres en terme de nombre de résidents». Dans la foulée de cette information et sous l’impulsion du conseiller Yann Jaillet, c’est à la quasi-unanimité que le délibérant vallorbier a décidé de se réunir en séance extraordinaire dans les semaines qui viennent, mais avant sa séance normale de décembre, dès que l’état de l’information le permettra.

De son côté, l’Omnibus a interrogé le SEM. Malgré nos demandes réitérées écrites et orales, le SEM n’a pas jugé utile ni même poli d’en accuser réception et de fournir le moindre renseignement.

Passages piétons et rémunérations de l’exécutif

Pour le surplus, le Conseil a entériné les rémunérations de l’exécutif pour la prochaine législature, en hausse de 2,4% au titre de l’indexation des salaires, semblable à celle du personnel communal, et de 5% comme augmentation nécessaire du taux d’activité, à 60% pour le syndic et 40% pour les autres membres de la Municipalité. De légers correctifs ont aussi été apportés aux jetons de présence et aux indemnités des membres du Conseil, notamment en cas de vacation du dimanche lors des votations et élections.

Le postulat portant sur la sécurisation des passages piétons a aussi été adopté. L’exécutif étant prié, entre autres, de revoir une nouvelle fois avec le canton la situation dangereuse de la halte de bus des Pontets, en direction du Creux. La Municipale Madeline Dvorak a également annoncé que l’AscoVaBaNo avait décidé d’accueillir désormais pour le repas de midi tous les élèves du site secondaire sans distinction, notamment ceux qui n’ont personne à la maison à midi. Différents subventionnements sont à l’examen. Les travaux de la Halle des Fêtes avancent bien. Le chauffage sera mis en route en décembre et les plus de 700 panneaux solaires qui revêtent son toit produisent d’ores et déjà de l’électricité. Il est prévu que cette production atteigne 180’000 kW par année.

André Perret, président du comité directeur des eHnv.

eHnv: l’ère de la concurrence

Il est terminé le temps où les établissements Hospitaliers du Nord vaudois pouvaient se contenter d’accueillir des patients pour réparer une santé déficiente. Désormais, avec l’arrivée des cliniques privées, dont un projet est imaginé à Yverdon, l’heure de la concurrence a sonné. Depuis plus d’un an, le comité directeur a concocté un plan stratégique pour faire face à ces nouveaux défis de manière, également, à répondre aux besoins d’une population qui vieillit. A partir de ce constat, il a été nécessaire de prévoir une politique et des objectifs clairs, afin que l’offre des eHnv soit très satisfaisante. Cinq orientations majeures ont été arrêtées soit:
– Centralisation des activités de soins aigus spécialisés à Yverdon-les-Bains où les patients seront hospitalisés à la suite d’un traumatisme grave (accident, AVC, etc.)
– Maintien de deux hôpitaux régionaux de proximité à Saint-Loup et à La Vallée.
– Construction du centre de traitement et réadaptation unique pour l’ensemble du Nord vaudois à Orbe; pour permettre aux personnes de se rétablir après une intervention douloureuse.
– Ouverture de permanences médicales proches de la population pour les soins d’urgence qui ne nécessitent pas d’hospitalisation (médecine de premier recours)
– Développement des activités ambulatoires de manière à opérer des gens pour un séjour hospitalier de 24 heures au plus avant le retour à la maison.

Constructions dans les dix ans

En matière de construction, un troisième bloc opératoire a été ouvert cette année au centre de chirurgie ambulatoire d’Yverdon, de même qu’une permanence médicale à Orbe. En 2017, une autre permanence va voir le jour à Cossonay. L’agrandissement de l’hôpital d’Yverdon est prévu pour 2020, avec deux ans de retard, suite aux tergiversations de l’ancien directeur. Enfin, la construction d’un centre de traitement et de réadaptation devrait voir le jour à Orbe en 2025 au plus tard sur le site de Gruvatiez.

IRM à Saint-Loup, scanner au Sentier

La révision de l’assurance-maladie (Lamal) en 2012 a profondément modifié le paysage hospitalier suisse. Concurrence, financement par cas et centralisation des activités ont changé les données, surtout avec une population dont le 20% aura plus de 65 ans en 2020. Ce plan stratégique a pu être mis en place avec la collaboration des soignants, des partenaires et des communes. Ainsi, un effort sera fait sur Cossonay dont on espère conserver une clientèle qui avait l’habitude de séjourner à Saint-Loup. Dans cet établissement, on envisage d’installer une IRM même si le conseiller d’Etat Maillard estime qu’il y en a trop dans le canton, pour la plupart sur l’arc lémanique, alors qu’il n’y en a pas entre Lausanne et Yverdon. Un scanner devrait occuper l’hôpital de La Vallée pour établir un premier diagnostic, dans une région éloignée des grands établissements vaudois.

Spécialisations nécessaires

Si aujourd’hui, nombre de médecins choisissent la pratique en tant que privés, il est indispensable d’offrir des perspectives dans les hôpitaux publics. Ainsi, Yverdon-les-Bains s’est spécialisé dans l’orthopédie (prothèse de hanche ou de genou, etc.) ainsi que dans la neuro-orthopédie (arthrose liée à la colonne vertébrale, etc.). Saint-Loup demeurera le centre vaudois, voire romand, en matière d’ABC (boulimie, anorexie, etc.), alors que la médecine ambulatoire que l’on soigne sur l’instant sans hospitalisation est un autre argument des eHnv. Selon le directoire, le personnel dans son ensemble adhère à ces orientations et certains médecins affirment même qu’ils se sentent plus à l’aise dans un hôpital qui offre des activités diverses, plutôt que de se confiner dans la même spécialité. On doit finalement se réjouir des options prises par les eHnv qui sont autant de paris sur l’avenir dans le domaine de la santé en profonde mutation et dans lequel il faut fidéliser la clientèle.