Bavois: inauguration du mât de mesure du vent

Depuis plusieurs années la commune de Bavois a réalisé de nombreux projets mettant en œuvre les économies d’énergie et les énergies renouvelables. Son municipal Thierry Salzmann a invité les responsables cantonaux, les citoyens du village et les municipaux des communes limitrophes à l’inauguration d’un mât de mesure des vents situé au-dessus du restoroute de Bavois, sur la colline entre l’autoroute et la rivière le Talent.

En 2010 le Conseil communal avait donné son aval pour une étude plus complète. Des mesures préliminaires avaient démontré un potentiel très intéressant de vents réguliers sur cette colline.

Le site pourrait compter 3 à 5 turbines. Pour réaliser un tel projet, il faut compter deux ans de mesures précises pour établir le potentiel éolien de l’endroit. En cas de résultats favorables, de nombreuses études d’impact et de paperasses administratives devront encore être réalisées avant de récolter le premier kWh.
Jeudi dernier, une séance d’information s’est déroulée sur le site choisi pour l’inauguration officielle d’un mât de mesures de 100 mètres.

Parmi les nombreux invités, on notait la présence des initiants du projet soit: José Basset, un enfant d’Orbe qui gère la Société vento ludens suisse établie aux Ducats; Isabelle Chevalley, conseillère nationale, la don Quichotte des éoliennes et qui vient de sortir une intéressante brochure sur le sujet; et les Services Industriels de Genève.

La société BavoisEole SA chargée du développement du projet, la construction et l’exploitation du parc éolien de Bavois est en cours de formation. Les retombées économiques sont intéressantes pour la commune et pour les propriétaires concernés.

Ce projet s’inscrit dans la stratégie énergétique 2050 de la Confédération.

Un proverbe chinois dit: lorsque se lève le vent du changement, certains érigent des murs, d’autres construisent des moulins à vent.

La gare du centre-ville est à nouveau opérationnelle.(Photo Pierre Mercier)

Orbe: la gare centre névralgique de Travys

Depuis le 5 octobre, la gare du centre-ville est entrée en activité, alors qu’elle était fermée au public depuis 1998. Vous pouvez donc obtenir toutes les prestations qu’offre une gare (billets de chemin de fer nationaux et internationaux ou de bus, vos abonnements, et toutes sortes de renseignements). Vous pourrez aussi effectuer des opérations de change ou même exécuter des versements à l’étranger.

Le guichet sera ouvert durant une grande partie de la journée. Un distributeur de billets complète l’offre sur la face avant du bâtiment. On envisage même d’ouvrir un petit bar à café dans la gare afin de faire patienter les voyageurs. On précisera encore que la halte d’Orbe Industrie servira encore un peu pour les passagers du bas de la ville et pour gérer le trafic marchandises. Cette nouvelle orientation a été dictée essentiellement par le manque de place à Yverdon et par l’arrivée future du RER à Orbe.

Plaque tournante de Travys

A partir du 13 décembre prochain, tout le trafic de la compagnie sera géré à partir d’un bureau qui est en passe d’être installé dans l’un des hangars de la station urbigène. Que cela soit pour l’Orbe-Chavornay, l’Yverdon-Sainte Croix ou pour le Brassus–Vallorbe ou pour les différentes lignes de bus, des contrôleurs du trafic seront présents de 3 h. 45 à la nuit suivante, jusqu’à 2 heures du matin pour le week-end.

Une quinzaine de personnes se relaieront à ce poste qui régulera les flux des circulations et palliera les inconvénients qui pourraient surgir sur une ligne. De manière à être plus proche de la clientèle, les voyageurs seront informés par haut-parleur des fluctuations possibles.

Orbe se trouve être, pour quelque temps, la plaque tournante de Travys. C’est dire que l’on prépare activement l’arrivée du RER, notamment au niveau des stations d’Orbe Industrie pour les industries et peut-être un quartier d’habitation dans le sud de la ville, comme à Saint-Eloi à proximité de ce qui devrait être le futur CTR (centre de traitement et de réhabilitation) qui remplacera l’hôpital d’Orbe à l’avenir.

Prévisions lointaines

Un mot encore concernant le RER, le directeur de Travys, Daniel Reymond, a précisé que des premières rames CFF feront leur apparition à Orbe en décembre 2019, mais il sera encore nécessaire de changer de train à Chavornay, car la ligne dépendra des travaux opérés à la gare de Lausanne. C’est probablement à partir de 2024 que l’on pourra voyager directement de la capitale ou d’Yverdon jusqu’à Orbe.

A propos, il est intéressant de savoir qu’au niveau de la régularisation du trafic, on travaille déjà dans des perspectives à dix ans puisque M. Reymond a entendu qu’il y aurait un problème en 2025 pour un train arrivant à 19 h. 40 à Chavornay à cause du trafic marchandises dont on ne connait pas encore vraiment quelle en sera la cadence!