Vue depuis Vaulion

Région: «Sur Grati», 3 fois oui!

Après un processus qui aura duré 6 ans environ, le projet de PPA intercommunal «Sur Grati» mené de concert par les communes de Premier, Vallorbe et Vaulion et par VO Energies SA a été déposé en décembre 2014 auprès des trois organes délibérants communaux concernés. Durant la phase de mise à l’enquête, le projet a suscité 24 oppositions regroupant près de 220 signatures.

Il s’agissait aussi bien d’oppositions de particuliers que d’oppositions d’ONG ou d’associations et collectifs divers. Chaque opposition a fait l’objet d’un examen spécifique et lors du dépôt du dossier auprès des conseils, les Municipalités ont traité chaque opposition en proposant leur levée pour des motifs à chaque fois en relation directe avec la problématique soulevée. Des commissions ad hoc ont été nommées dans les trois conseils afin d’examiner cette proposition municipale et une séance uniquement consacrée à cet objet, fixée volontairement à la même date et à la même heure, a eu lieu mardi soir dans chacun des villages.

Encore un long chemin

À Premier, la question n’a pas soulevé de grands débats. Le projet a été admis par 25 voix pour, 6 voix contre et 1 abstention, non sans que 13 nouveaux conseillers aient fait leur apparition au Conseil. À Vaulion, le score est encore plus net en faveur du projet: 25 voix pour, 1 contre et 1 abstention. C’est finalement à Vallorbe que le parc éolien aura été le plus discuté. Au vote final et à bulletin secret, il a été approuvé par 25 voix contre 19, sans abstention. Après la fin des opérations formelles, les trois syndics des communes concernées se montraient satisfaits.

Pour Claude Languetin, syndic de Vaulion, le conseil a bien fait confiance à son exécutif pour un projet important et complexe. À Premier, le syndic Étienne Candaux était ravi de pouvoir montrer que la génération actuelle de responsables politiques savait encore être visionnaire, «comme c’est son rôle trop souvent négligé». À Vallorbe enfin, le syndic Stéphane Costantini avouait aussi sa satisfaction, qu’il qualifiait toutefois de toute intérieure par respect pour la démocratie et la position des adversaires. « Le chemin sera encore long, le projet devant une nouvelle fois passer par les services cantonaux avant de pouvoir se concrétiser. »

Sans compter à Vallorbe et à Vaulion la possibilité d’un référendum populaire, d’ores et déjà promis par les adversaires du projet à la sortie de la séance.

Le nouveau municipal Guido Roelfstra.

Orbe: le PLR conserve son siège à l’exécutif

Dimanche, le corps électoral urbigène a élu à la Municipalité le candidat PLR Guido Roelfstra, par 704 voix, son adversaire des Verts Luiz de Souza récoltant de son côté 573 voix. La participation s’est élevée à 28,3%, alors que 44 électeurs ont choisi… de ne pas choisir en votant blanc. Le nouvel élu se montrait très content de ce score et du résultat. «Avec mon élection, l’exécutif pourra poursuivre sans accroc dans la voie des projets actuellement en cours. Le plus important à mes yeux est celui de Gruvatiez. Nous devons faire en sorte de pouvoir loger nos enfants. La cité urbigène a besoin de ce développement pour consolider son statut de petite ville». Sur la question de la participation au scrutin, Guido Roelfstra est satisfait. «Il ne faut pas oublier que nous étions en période de vacances et en plus qu’il s’agissait d’une élection complémentaire à laquelle plusieurs partis ne présentaient pas de candidat. Un taux de 28% dans ces conditions est tout à fait honorable, quand on le met en relation avec les taux usuels de participation de 35% environ, lors du renouvellement intégral des autorités.»

Un résultat important en vue de 2016

Pour le président ad interim du PLR d’Orbe Pierre-Alain Wieland, le «résultat est encourageant. Il nous a permis de conserver notre siège à l‘exécutif, ce qui était important en vue des élections générales de 2016 et aussi pour ne pas perturber l’avancement des chantiers ouverts actuellement par la Municipalité». Du côté des perdants du jour, on ne faisait pas grise mine. «C’est la vie politique, expliquait Luiz de Souza, et je trouve que mon score est bon. La mobilisation populaire a sans doute souffert de cette période de vacances et je souhaite plein succès à mon adversaire». Avant de rejoindre une délégation des Verts urbigènes sous le porche de l’Hôtel de Ville pour déguster un apéritif bien mérité. Rappelons enfin que le parti Union Libre avait renoncé à présenter un candidat de même que le PS d’Orbe et environs. Union Libre n’avait donné aucune consigne de vote alors que le PS soutenait la candidature des Verts.