Le comité de la SIC en début de séance: De gauche à droite: Loriane Bogliano-Foretay, Florence Ribotel-Jeanmonod, le président Jean Fleurimont, Line Rithner et le syndic Stéphane Costantini.

Vallorbe: Jean Fleurimont reste encore un an

La Société industrielle et commerciale (SIC) de Vallorbe-Ballaigues et Vaulion tenait son assemblée générale annuelle la semaine passée à Vallorbe. Une trentaine de commerçants et représentants des industries avaient répondu présents à l’appel du président Jean Fleurimont et de son comité. Un comité qui s’est réuni à huit reprises en 2014, pendant que son président représentait le groupement dans plusieurs manifestations régionales ainsi qu’au sein de rencontres avec l’ADNV.

Dans le but de rendre la séance plus synthétique, Jean Fleurimont a entrepris cette année, de donner connaissance lui-même des points importants de rapports sectoriels. On a ainsi pu apprendre que les banques locales ont bien résisté, malgré une année de taux d’intérêts très bas. Que les assurances se sont aussi développées, même si 2014 n’aura pas été une année exceptionnelle de croissance. Dans l’industrie, les économies très disparates de la zone euro et le désormais fameux vote du 9 février auront rendu la tâche plus difficile aux entreprises, cet aspect étant complété par une faiblesse du dollar américain favorisant une légère croissance.

«Et il faut cesser de parler de franc fort, mais simplement constater que c’est l’euro qui est faible» a ajouté Pierre Graf, représentant des industriels, comme dans une sorte de recherche de bons moyens de motivation au départ d’une année 2015 marquée par la fin du taux plancher et les attentats un peu partout dans le monde et pas loin de la Suisse.

Terrains constructibles disponibles

Les commerçants ont noté une baisse de chiffre d’affaires en début d’année, à l’image des restaurateurs et hôteliers, qui ont en plus souffert d’une météo peu favorable en été. Le tourisme est quant à lui sur le bon chemin, avec des augmentations de fréquentation dans tous les sites touristiques vallorbiers. Dans les communes, on retiendra avant tout que Ballaigues offre ou va offrir une trentaine d’appartements, en construction ou en projet et que l’exécutif local est en tractations discrètes avec des propriétaires pour augmenter sa zone à bâtir en contrant les effets néfastes de la LAT. Pour Vallorbe, la LAT n’a pas d’effet néfaste et grâce à sa politique de maîtrise du foncier, la commune a toujours à disposition plus de 90 000 m2 constructibles en zone industrielle. Le syndic Stéphane Costantini a rappelé que la commune était toujours prête à étudier les projets et demandes d’implantation, études et autres dossiers analogues, même s’il s’agit de guider les décideurs au travers des arcanes des services cantonaux.

Du nouveau au comité

Jean Fleurimont a accepté de rempiler pour une année supplémentaire non prévue et qui sera véritablement la dernière pour lui au gouvernail de la société. Serge Audemars a démissionné après plus de 20 ans passés au comité. Cornelis Smit a également quitté le navire. Pour remplacer les démissionnaires, Delphine Nussbaumer, directrice administrative de Manuplast SA à Ballaigues, Xavier Colisson, paysagiste chez Valnatura Sàrl à Vallorbe et Ariane Baehni, pasteure à Vallorbe ont été élus par acclamations au comité. Après la séance, les participants ont pu assister à une présentation de l’entreprise Perform, d‘Yverdon-les-Bains, par son directeur Pierre Fellay.

De très heureuses fêtes de Pâques

Toute l'équipe de l'Omnibus vous souhaite de très heureuses fêtes de Pâques, que vous soyez de passage, lecteur assidu, abonné ou annonceur.
Soyez aussi remerciés pour votre fidélité chaque jour croissante.

Des apprenties de commerce de la région étaient venues assister aux débats dont Anchana Thambiaiya (Commune d’Orbe), Ivana Mitrovic (Busset Transports) et Raquel Baia Gonçalves (Gesthom).

Orbe: feu vert pour un EMS

Après un préambule consacré à la fusion avec les communes de Montcherand et Sergey, les conseillers se sont penchés sur le rapport concernant la cession d’une fraction d’une parcelle communale pour la construction d’un EMS.

Le groupe des Verts, par l’intermédiaire de Nicolas Frey, a posé plusieurs questions. Sur le prix de vente de la parcelle, fixé à Fr. 180.– alors qu’il aurait pu être de Fr. 200.– et sur l’intérêt du «prêt» de cette parcelle qui se situe derrière le Motel des Mosaïques, à 5% comme l’Etat de Vaud le répercute.

C’est surtout la construction d’une centrale de chauffe qui a inquiété certains conseillers. Toutefois, le préavis ne laisse pas d’alternative à la société Saphir qui devra construire cette annexe sans que l’on sache aujourd’hui qui elle desservira à part cet Etablissement Médico-Social, car l’approche de propriétaires de bâtiments environnants comme des futures constructions scolaires n’est pas terminée. Finalement, le Conseil a suivi la Municipalité à l’unanimité moins quatre abstentions. Cet objet rapportera 4,2 millions en 75 ans alors qu’une vente directe aurait été à peine supérieure au million.

Circulation et Agenda 21

Les autres préavis, demande de crédit pour la réfection d’assainissement d’eaux usées à la Tour Carrée et le plan partiel d’affectation du Puisoir, n’ont pas fait l’objet de débats. C’est au chapitre des divers que les conseillers se sont à nouveau manifestés. Notamment au sujet de la circulation au centre-ville pendant la deuxième phase des travaux de la Grand-Rue du 13 avril à fin mai, qui nécessitera le changement définitif du sens de circulation de la seule possibilité d’évacuer le centre-ville, par la rue Sainte-Claire et Remparts Nord (dans le sens contraire qu’actuellement).

Il a aussi été question du futur du bâtiment de tête de la cantine du Puisoir qui avait fait l’objet d’un débat dans le cadre d’Agenda 21. Henri Germond a concédé que la Municipalité n’avait pas, pour l’instant, la possibilité de rénover ce bâtiment alors que les participants, membres de sociétés en particulier, s’attendaient à des travaux dans un avenir très proche.