Sonde dans l'Orbe

Sondes dans l’onde

Cette formule a été piquée sur la page Facebook de l’Association Orbe-Vivante et résume sa dernière action en faveur d’un débit suffisant dans l’Orbe.

Depuis 1993, elle se bat contre Romande Energie pour que celle-ci restitue à la rivière une quantité d’eau qui convienne à la survie des poissons et de toute la faune aquatique. Le barrage du Day soit lâche trop d’eau d’un coup, soit la coupe brutalement.

Batailles d’experts

Il a fallu d’abord réussir à obtenir la concession du barrage valable jusqu’en 2034 (dont la lecture leur a d’abord été refusée). Grâce au soutien du WWF et de Pro-Natura, le dossier a été confié à un avocat et la concession a pu être étudiée, mais sur cet acte, aucune trace à propos des débits de restitution (pour les nouveaux barrages, c’est obligatoire). Une très longue démarche s’en est suivi, ponctuée de batailles d’experts sur le nombre de litres/secondes idéal. La nouvelle loi le fixe pourtant à 730 litres/secondes. En fin de compte, les nouvelles normes de la concession seront de 300 litres, mais 600 pendant les 3 mois d’été.

Orbe-Vivante est partiellement contente de ce résultat, elle a quand même passé de 0 à 600 litres, mais veut continuer à se battre pour obtenir un débit plus élevé. Elle espère convaincre Romande Energie qu’avec un returbinage des eaux, avant d’être relâchées, la perte économique serait moindre et elle pourrait donc en restituer plus.

De nouveau avec l’aide du WWF et de Pro-Natura, la petite association n’en aurait pas les moyens, une étude sur le débit de l’Orbe et ses conséquences sur la faune va être conduite pendant deux ans par un bureau d’études d’Yverdon. Deux sondes ont été posées, une vers le barrage du Day et une en dessous des Clées. Après un étalonnage, la sonde enregistre des données toutes les trois minutes et il faut juste aller les relever avec un ordinateur. Cette étude devrait durer deux ans.

Qualité préoccupante aussi

Orbe-Vivante se préoccupe également de la qualité de l’eau et fait ses propres mesures, le Canton n’en fait que tous les quatre ans et Orbe-Vivante revendique une proximité du «terrain». Selon leurs dernières observations, la biomasse a nettement diminué. Et même s’il y a des progrès, il y a encore des efforts à faire au niveau de l’épuration dans certaines communes, spécialement du côté de Ballaigues, où la Step ne marche qu’à moitié. Selon Orbe-Vivante, l’avenir sera dans le regroupement de l’épuration vers de grandes stations plus efficaces. L’association dialogue beaucoup avec les communes et les informe en cas de problèmes.

Rivière exceptionnelle

Christophe Estermann, co-président avec Christian Lambercy, souligne quand même que l’Orbe est une rivière exceptionnelle, qui, à cause du système karstique de son bassin, peut passer de 1 à 100 m3 en peu de temps; l’eau y circule très vite et les changements peuvent être impressionnants. D’autre part son tracé ombragé au fond des gorges la préserve du réchauffement.

L’association recherche toujours de nouvelles énergies et les personnes intéressées peuvent se renseigner sur www.orbe-vivante.ch; christian.lambercy@orbe-vivante.ch

Après l’assemblée, les discussions ont continué au caveau.

Visites en baisse aux Mosaïques

La Fondation Pro Urba s’est penchée sur ce problème, lors de son assemblée lundi soir.

Elle organise les visites des mosaïques, qui appartiennent au canton. Or cette année, il n’y a eu que 2490 visiteurs contre 3164 en 2012, ce qui inquiète les membres de la Fondation. Des solutions seraient possibles; elle tente de faire bouger le canton depuis des années, mais il ne semble pas avoir des moyens financiers à mettre sur le site d’Orbe.

2014

Raphaël Berthoud a annoncé les travaux pour l’année prochaine, notamment la sortie tant attendue du DVD sur le site, sponsorisé avec l’aide de la Raiffeisen, qui sera à disposition des écoles, et sera également mis en vente.

La mise en valeur du site doit redémarrer et des sponsors privés vont être cherchés pour faire avancer le projet.
L’ADNV est sur un programme de visites de sites du Jura suisse, il permettra aux visiteurs de découvrir, entre autres sites, les mosaïques sur tablettes numériques. Grâce à Lucius et Lucilla, on pourra ainsi voir le bureau dans la salle de la mosaïque d’Achille à Skyros, par exemple. Toutes ces améliorations pourraient attirer du monde, mais c’est de la musique d’avenir.

Soutien

L’Association des Amis de Pro Urba, qui soutient la Fondation, cherche de nouveaux membres cotisants et a annoncé qu’il n’y aura pas de brocante en 2014; elle va organiser d’autres rencontres. Le site www.pro-urba.ch présente les manifestations et offre la possibilité de louer le caveau et on pourra bientôt les trouver également sur facebook.

Couleurs et clarté

Vallorbe: du soleil pour inaugurer Tire-Lune

Samedi matin passé, une soixantaine d’officiels et d’invités ont participé à l’inauguration officielle de la nouvelle garderie de Vallorbe nommée Tire-Lune, en référence au sobriquet des Vallorbiers.

Les participants ont été accueillis par Madeline Dvorak, municipale en charge du social et des écoles qui s’est déclarée ravie d’accueillir autant de monde pour cette manifestation. Outre le directeur de l’ARAS Jura-Nord vaudois Claude Borgeaud, la présidente du CODIR de l’AJOVAL Patricia Hiertzeler, la Municipalité locale au grand complet et des délégations des municipalités des communes faisant partie de l’AJOVAL, le personnel de la garderie était présent en compagnie de sa directrice Monique Tzaud ainsi que quelques officiels du département.

Le syndic Stéphane Costantini a rappelé l’historique de la garderie, passant de la Marmaille privée à la Marmaille incluse dans l’AJOVAL, puis la décision politique du 27 août 2012 accordant les crédits nécessaires à la réalisation de Tire-Lune qui a pu ouvrir un an seulement après cette décision.

Un cocon coloré et doux

Fruit du travail des entreprises conduites par l’architecte local Romain Carnal, le bâtiment a été entièrement reconstruit sur la base des deux pavillons de 224 m2 chacun qui se situent derrière le collège et qui abritaient des classes. Deux pavillons qui ont été réunis par un corps central permettant d’insérer dans le dispositif l’ensemble des services nécessaires à une garderie de 44 places. 10 places sont en nursery, 14 pour les trotteurs et 20 pour les «moyens». Chaque semaine, ce sont 59 enfants qui profitent de ces installations, puisque tous n’y sont pas reçus à temps plein. Les différentes salles sont remarquablement isolées, très claires et gaies et pourvues d’un mobilier adapté. Les membres du personnel qui ont permis aux participants de visiter avec un commentaire avisé les différents locaux sont unanimes: travailler à Tire-Lune est un vrai plaisir. Y venir comme gosse doit l’être aussi, tant l’ambiance y semble douce et accueillante.