Presque tous les participants et les organisateurs de la fête.

Bilan en demi-teinte pour la MDJO et les Scouts

La Maison des jeunes d’Orbe (MDJO) et Scout Orbe-Union s’étaient unis pour fêter tout le week-end, les uns leurs 10 ans, les autres leurs 100 ans (en partie déjà fêtés au début de l’été).

La bonne surprise de cette rencontre a été l’excellente collaboration entre les deux mouvements. Les «juniors» et les «seniors» se sont trouvés plein de points communs. C’est vrai que la seule chose qui les distinguait était le foulard scout, jaune et rouge aux couleurs de la commune.

Fréquentation assez faible

Le point moins positif de cette fête est le nombre assez faible de visiteurs. Pourtant , les organisateurs avaient bien fait les choses: il y avait des animations et des jeux tout au long des deux jours. Deux châteaux gonflables (un au Puisoir et un à la Maison des Jeunes), un atelier de peinture sur catelles et toutes les activités habituelles de la MDJO étaient disponibles pendant les deux jours. Pour reprendre des forces: des grillades, les fameuses gaufres des scouts, des croque-monsieur étaient en vente au Puisoir. Il y a bien eu quelques enfants, ceux qui fréquentent habituellement la Maison des Jeunes, mais très peu de parents se sont intéressés aux activités de leur progéniture.

Le rallye du dimanche après-midi a eu pas mal de succès, huit équipes, jeunes et moins jeunes, se sont affrontées sur un parcours en sept postes requérant une certaine agilité et du sang-froid, comme pour la tyrolienne par-dessus l’Orbe, qui en a impressionné plus d’un. Le palmarès: première place pour «les Merlinettes», deuxièmes «les Golums», troisième «Les Rois», mais tous sont repartis avec une coupe et une brochette de sucettes...

Les anciens syndics devant la centrale et la Dent de Vaulion.

Anciens syndics

Ceux de l’ancien district d’Orbe étaient en balade jeudi passé Le rendez-vous était fixé à La Russille où les attendait Charles Burri, l’organisateur de la journée.

Après les retrouvailles et le café, ils ont visité la Centrale hydro-électrique des Clées. Le funiculaire, de 330 m. de long, amène les personnes à la salle des machines souterraine.

Descente impressionnante pour plus d’un(e)! La visite se poursuit à la découverte des turbines et des imposants alternateurs qui vont fournir l’électricité pour nos besoins. «La centrale des Clées produit chaque année 103 gigawattheure, soit 103 millions de kilowattheure. C’est assez d’électricité pour couvrir les besoins d’environ 30’000 familles qui peuvent s’éclairer, se chauffer ou se divertir grâce à la force de l’eau. Sans puiser dans des réserves de combustibles, sans produire de gaz à effet de serre. Selon les indications d’un panneau dans l’usine.

Cette visite s’est poursuivie aux Clées où un apéritif a été offert par la commune. Quelques truites se sont laissées prendre pour servir d’entrée au repas qui a suivi. 1985 Cette année-là, après avoir reçu la visite du Conseil d’Etat, des syndics de la région, dont Thérèse Stockmann, ont décidé de se retrouver une fois par année dans l’un ou l’autre des villages.

Cette année, c’est Charly Burri qui a organisé cette journée pour le plaisir non dissimulé des participants, aussi bien les dames que les hommes.