Comme un vent de fronde au dernier Conseil contre un usage immodéré du domaine public.

Orbe: nos bars sentiraient-ils la morue?

Sous l’autorité de son nouveau Président, Nicolas Frey, le Conseil communal a tenu séance jeudi dernier, séance qui a d’emblée révélé son lot désormais habituel de démissions, au nombre de trois cette fois, élément aggravé par un absentéisme quasi record ce soir-là précisément.

Révision du règlement du Conseil communal

Comme stipulé dans le rapport de la commission ayant siégé pour examiner le préavis traitant de cet objet, la nouvelle loi impose passablement de nouveautés aux communes, dites nouveautés qui ne peuvent, par conséquent, qu’être acceptées. Les quelques modifications toutes cosmétiques proposées par la commission n’ont pas rencontré de contradicteur et l’objet a été accepté sans problème particulier.

Adhésion à l’Association intercommunale en matière de défense incendie et secours

Ici aussi, force est d’admettre que l’autonomie des communes en prend un bon coup et qu’il n’y a guère d’autre solution que d’accepter les ukases du principal pourvoyeur de fonds, en l’occurrence l’ECA.
L’acceptation de cette adhésion n’a, par conséquent, pas rencontré de contradicteur.

Octroi d’un crédit pour la réfection du chemin de Rive
Une occurrence de réfection légère et de prolongement du chemin de Rive (rive droite de l’Orbe – en aval du pont Nestlé) se présentant et surtout cofinancée en partie par l’entreprise citée a été acceptée pour la somme de Fr. 210 000.–.
Le prolongement de cette artère permettra, moyennant un sens unique, d’aboutir sur la route de contournement, soulageant un peu la route de Chavornay tout en assurant un accès aisé à la nouvelle caserne du feu.

Communications municipales

Divers chantiers importants sont aujourd’hui terminés (giratoire Fleurs-de-Lys/réfection rue de l’Abbaye/etc.) générant quasi tous quelques deniers, même importants, d’économies par rapport aux crédits qui avaient été alloués.

Urbagaz SA, quant à elle, se porte à merveille vu qu’elle accuse pour l’an passé un bénéfice de plus d’un demi-million de nos bons francs.
Ne serait-on pas en train de mettre un pied chez Ordralphabetix?
Nos armoiries, lien avec un passé chargé en histoire, héraldiquement définies comme «de gueule à deux bars adossés d’or» seraient-elles en train de déplaire à nos édiles?
En effet, une toute nouvelle identité visuelle» va très prochainement remplacer nos vénérables poissons sur les documents officiels de notre cité!

Evidemment produit d’un concours lancé auprès de bureaux spécialisés, ce nouveau logo exige plusieurs lignes de décryptage qui n’ont à l’évidence pas convaincu tout l’auditoire céans.
D’aucun a même eu l’outrecuidance de le comparer, sans humour mais avec pertinence, à une cible d’Abbaye!
Ambiance garantie et taux d’approbation incertain vu qu’une communication municipale n’est soumise à aucun vote…

La rubrique «Questions et propositions individuelles» a été largement utilisée et c’est tant mieux
On a entendu parler de la Maison des Jeunes qui va prochainement fêter ses 10 ans simultanément avec les 100 ans des Scouts d’Orbe-Union.
Le collège du Pré-Genevois connaît, semble-t-il, divers problèmes de sécurité et autres.
Le carrefour du Grand Pont a évidemment été évoqué et il a été facile à Jacques-André Mayor d’arguer que, finalement, l’implantation, telle qu’on la connaît aujourd’hui, est en conformité avec les lignes du préavis municipal 35/12 accepté en son temps par le Conseil communal.

Les projets concernant le collège de Chantemerle doivent être revus suite à la modification de statut de l’ASIBCO ainsi que pour répondre aux nouvelles normes cantonales concernant le volume des salles de classes.

L’Urbabus connaît un succès par zones seulement et il semble que le nouvel horaire tiendra compte de cet élément prioritaire de rendement maximal, aussi bien financier qu’en matière de fréquentation.
Le stationnement, à caractère devenu permanent, de véhicules de toutes sortes que l’on constate à Saint-Germain et sur l’aire de stationnement du cimetière semble peu seoir à quelques membres du législatif qui s’en sont largement ouverts à la Municipalité.

D’autres sujets ont également été évoqués tels que l’accessibilité à la rive gauche des gorges de l’Orbe, l’état du chemin des Philosophes, les zones 20 et 30 km/h, l’assèchement de la fontaine de la rue Sainte-Claire, et, enfin, une invitation possible à réunion traitant des Droits de l’Homme à Genève.

Qui a dit qu’elles étaient ennuyeuses les séances du Conseil communal?

Travaux en plein Ballaigues.

Boycott de la Poste à Ballaigues?

L’ordre du jour du premier Conseil communal pour son nouveau président Frédéric Santschi était plutôt léger. En effet, seul un préavis a été déposé et présenté par l’exécutif pour être remis aux mains de la commission des finances. Le municipal Thomas Maillefer a précisé que les travaux de la Grand-Rue allaient bon train et devraient se terminer d’ici la fin du mois, selon le planning établi à l’époque.

L’artère centrale sera fermée quelques jours pour permettre le goudronnage, ce qui ne sera pas sans poser quelques problèmes, notamment aux riverains ou aux transports publics. Pierre-Luc Maillefer, au nom de la commission culturelle, a présenté aux élus la manifestation «Ballaigues en Images» qui se déroulera les 8, 9 et 10 novembre. Cette manifestation commencera par l’accueil des nouveaux habitants et le vernissage de l’exposition de photos sur le thème de l’eau à Ballaigues. Avis aux amateurs: le concours est toujours ouvert jusqu’à fin septembre et son règlement disponible sur le site de la commune. Des forums publics sur différents thèmes d’actualité ou sur l’époque historique de l’hôtellerie à Ballaigues auront également lieu, de même qu’un dia-show historique et une présentation d’objets rares d’époque.

La Poste au centre des préoccupations

Le bureau de poste de Ballaigues n’est plus ouvert que quelques heures l’après-midi en semaine depuis début juillet. Et le géant jaune a annoncé que sa fermeture était programmée à l’horizon 2016. Cette course à la rentabilité a fait réagir nombre de conseillers sous l’impulsion de la conseillère Sylvia Erbeau, qui considère que «les usagers sont pris en otages avec des chiffres impossibles à vérifier, et semble-t-il manipulés, sur la fameuse baisse ou absence de rentabilité des petits bureaux campagnards». Les explications de l’exécutif au sujet de la Poste sont clairs: il n’est pas parvenu à obtenir plus qu’un report de la fermeture de l’office. Plusieurs conseillers ont présenté des solutions de réactions possibles à cette politique.

Il ne serait pas étonnant que le géant jaune et singulièrement sa filiale Postfinance perdent nombre de comptes de particuliers et la gestion d’une partie importante de la trésorerie communale si une solution n’est pas trouvée pour inverser le sort de l’office local.

Isabelle Chevalley, conseillère nationale, met en fonction le barrage d’un simple clic.

Ca turbine aux Moulinets

VO Energies n’a pas fait les choses à moitié pour la mise en route de sa centrale hydro-électrique des Moulinets. Le lundi était réservé en primeur aux riverains de l’ouvrage (voir notre édition précédente).

Le mercredi 4 septembre, ce sont les invités officiels (politique et économique de la région) qui ont eu le loisir dans un premier temps de se rendre au barrage en découvrant, pour une grande partie des convives, le magnifique et bucolique chemin des Présidents. Claude Madörin, directeur général honoraire, a présenté le projet et son aboutissement avec enthousiasme et fierté, quant à Claude Recordon, président, il a lui abordé la dimension politique et locale.

Lancement électronique

Isabelle Chevalley, conseillère nationale et membre fondatrice du parti «vert-libéral vaudois», a eu le privilège, non seulement de couper le ruban inaugural, mais surtout de faire la mise en route à l’aide d’une tablette numérique, progrès oblige. Les invités ont pu suivre sur grand écran l’évolution de la montée de la puissance électrique.

Les collaborateurs, eux aussi à la fête

Le jeudi, les collaborateurs ainsi que leur conjoint ont bien mérité «leur soirée des Moulinets». Effectivement, après deux bonnes années de labeur, pendant lesquelles il a fallu conjuguer travail quotidien et s’adapter aux aléas du vaste chantier, les ouvriers, employés et collaborateurs se sont investis personnellement dans cette aventure.

La journée portes-ouvertes à tous

Près de sept cents personnes se sont déplacées le vendredi afin d’avoir l’occasion de visiter cette magnifique centrale au fil de l’eau. Plusieurs groupes se croisaient accompagnés de leurs guides, plus passionnés les uns que les autres, pour expliquer et  répondre aux nombreuses questions. Le fameux «ascenseur à poissons» a généré quelques interrogations quant à son fonctionnement, le commun des mortels imaginant assez mal la truite désirant remonter l’Orbe appuyer sur un bouton pour aller à l’étage supérieur… Une explication détaillée fera l’objet d’un article dans une de nos prochaines éditions.