Orbe

Orbe: recherche une Winkelried, désespérément!

Orbe

Orbe

Ultime séance de la législature sans trop de problèmes pour le président sortant Denis Tschannen qui a, en fin de session, remis le sceptre de premier magistrat de la commune à son successeur brillamment élu, Nicolas Frey.

Dans la foulée, les nouveaux membres du bureau ont été plébiscités, qui au bulletin secret, qui par lever de main en les personnes de: Jean-Marc Bezençon, 1er vice-président, Pierre-Alain Wieland, 2e vice-président, Jorène Jean et Gilbert Locher comme scrutatrice/scrutateur puis Deslarzes Charlotte et Cochard Philippe en qualité de scrutatrice/scrutateur suppléant(e)s.

Sevrés de présence féminine de longue date déjà à l’Exécutif, force est de constater que le «beau sexe» ne brille guère à l’horizon des membres du législatif puisque ces dames n’exercent que quelques fonctions que, tout mépris oublié, il y a lieu de considérer comme subalternes.
Quid d’une parité aujourd’hui élevée au rang de dogme dans certains hémicycles et revendiquée parfois avec éclat ?
Le message semble peu passer à Orbe. Le pourquoi est encore à définir. Le regret est certain.

Gestion et comptes
Le rapport des Commissions de gestion et des comptes ainsi que les réponses municipales aux divers vœux et observations n’ont guère ému les esprits et le déficit de plus de Fr. 800 000.– constaté sans commentaires particuliers.

Acceptation d’une succession

Même pas une question quant au montant en cause lors de l’acceptation d’une succession. La curiosité n’était guère à l’ordre du jour ce dernier jeudi…

Demande de crédit d’étude pour la révision du plan de quartier «Creux-de-Rave»

Ce sujet ayant ému le landerneau public via quelques lignes bien senties parues dans votre journal préféré, un relais était solidement et logiquement attendu ce soir-là. Il est finalement bel et bien resté attendu puisque ce point n’a provoqué aucune discussion !

Taxe relative au financement de l’équipement communautaire

Ici également, sujet précédemment abordé dans notre presse locale, à part quelques modestes modifications toutes cosmétiques revendiquées par la commission dans le libellé dudit règlement et qui ont connu des destins divers, aucune fronde ne s’est manifestée.

Passage à niveau du chemin de l’Etraz

Le dernier gros conflit rail-route que comporte encore le tracé de notre TGV local va être «assaini» à la satisfaction générale, ceci moyennant une participation publique de Fr. 230 000.–, dépense ratifiée à l’unanimité.

Aménagement au Collège du Pré-Genevois

Il n’y avait pas lieu de craindre quelque opposition que ce soit à cette demande de Fr. 87 000.– afin de mettre en conformité 8 classes 1H à 6H en vue de la rentrée 2013, tout en n’oubliant pas le lancinant problème de la mini-déchetterie sise devant l’entrée du bâtiment.

Consolidation d’une paroi rocheuse au Chemin des Présidents

Un réel danger de chutes de pierres nuisant lourdement à l’aspect bucolique de ce parcours apprécié des promeneurs et autres joggeurs, un crédit de
Fr. 60 000.– a été entériné quasi joyeusement pour en consolider une parcelle.

Nouvelle caserne des pompiers

On retient de la réponse municipale à une intervention de P-A. Wieland, concernant la construction de la nouvelle caserne des pompiers, que les quelques modifications auxquelles il a fallu procéder un peu dans l’urgence en cours d’érection du bâtiment, n’obéreront quasi pas le décompte financier final.

Nos (moins) chères écoles

De la bouche de Hugues Schertenleib, municipal en charge des écoles, nous apprenons que l’organisation imaginée suite à la dissolution de l’ASIBCO doit encore recevoir l’aval du canton. Il a souligné que cette nouvelle entité, largement revue à la baisse en ce qui concerne l’engagement de notre commune, générera de facto, une facture et un fonctionnement finaux moins lourds. Voilà au moins deux éléments dont personne ne se plaindra.

Diverses interventions touchant à l’assèchement de la fontaine de la rue Sainte-Claire, aux éventuels dégâts aux structures techniques en sous-sol que pourraient générer les moult passages du nouveau bus urbain aux mêmes endroits ainsi qu’au financement de la rectification de la «bosse à Bossel» du haut de la rue du Moulinet ont conclu une séance qui avait été, à tort donc, crainte comme pouvant se révéler celle de «tous les dangers».

Courtoisie et bienséance ont régné ce dernier jeudi à l’Hôtel de Ville. Comme un calme après une tempête qui a marqué les mémoires!

De face Marc von Ow et son bureau au travail avant la dernière séance.

Baulmes: de la «petite impériale» aux comptes communaux

De face Marc von Ow et son bureau au travail avant la dernière séance.

De face Marc von Ow et son bureau au travail avant la dernière séance.

Pour sa dernière séance avant l’été, le Conseil communal de Baulmes prend ses quartiers au chalet de Grange-Neuve. Et c’est là que l’on peut en savoir plus sur les goûts culinaires de ses membres, puisque, lors de l’appel, ils précisent leur commande pour le repas qui suit la séance. Au menu des débats, cette fois, figurait en premier lieu l’examen des comptes et de la gestion communale pour 2012. Placés pour la dernière fois sous l’autorité du président Marc von Ow, les membres du délibérant n’ont pas vraiment discuté cet objet. Les comptes et la gestion 2012 ont été approuvés à une très large majorité, ceci malgré le déficit de Fr. 176 000.– qu’ils accusent sur un total de recettes et dépenses de 4.8 millions de francs.

Un délai plus long

Dans un deuxième temps, les conseillers ont débattu d’une modification du règlement du Conseil relative au délai de transmission des rapports au bureau. Après un débat nourri, ce délai a été étendu et passe de 48 h. à 5 jours. Cette mesure permettra au bureau du Conseil de nommer des commissions dès que l’existence d’un futur préavis sera connue, et aux rapports d’être connus de l’Exécutif suffisamment tôt pour pouvoir y répondre. A relever que les transmissions par voie électronique ont également été débattues et que leur utilisation devient la règle, sauf contre-ordre du conseiller intéressé.

Nouveau président

Le syndic Julien Cuérel a précisé que le choix de l’Exécutif avait été fait pour le poste de secrétaire municipal à repourvoir. Le nom de l’élu(e) sera dévoilé dès que toutes les personnes intéressées auront été informées. Lors du renouvellement du bureau, c’est Olivier Mettraux, présenté au nom groupe indépendant, qui a été brillamment élu à la présidence du Conseil par 33 voix sur 39 bulletins valables.

Photo Olivier Gfeller

De nombreux visiteurs à la fête d’inauguration, sous la surveillance du Temple.

Orbe: inauguration d’un parc déjà apprécié

De nombreux visiteurs à la fête d’inauguration, sous la surveillance du Temple.

De nombreux visiteurs à la fête d’inauguration, sous la surveillance du Temple.

Douze ans après l’acquisition du clos Saint-Claude, les Urbigènes découvrent leur nouveau parc. La population s’est vite approprié ce lieu. Les enfants étaient nombreux à essayer les jeux et le City stade.

La cérémonie officielle pour l’inauguration du parc Saint-Claude à Orbe s’est tenue vendredi passé. Toute la population avait été conviée à visiter les nouvelles installations et les 12 582 m2 de verdure en plein centre ville. Qui dit cérémonie officielle dit discours; le municipal en charge des travaux, Henri Germond, a débuté en expliquant la complexité du projet qui voulait faire cohabiter l’histoire et la modernité; il fallait mettre en valeur le front historique de la ville, tout en insérant des installations modernes et en tenant compte du dénivelé important.

Un vieux mur sous les ronces

Olivier Lasserre de l’entreprise chargée du projet a ensuite expliqué les diverses étapes et les surprises comme la découverte d’un ancien mur de vigne qui a pu, grâce à la souplesse du projet initial, être intégré sans problèmes. Il a aussi demandé de la patience aux visiteurs actuels et futurs pour donner à la végétation le temps de se mettre en place, et donner de l’ombre. Les parcelles de vignes ont été replantées et Rétropomme a planté un verger de variétés anciennes, pas trop hautes pour conserver la vue sur la vieille ville.

Le syndic, Claude Recordon, a souligné de son côté, le bon investissement de la commune qui a acquis ce terrain en 2001 pour Fr. 300 000.– soit Fr. 23.– le m2. Les visiteurs ont ensuite été conviés à un apéro avec les vins de la commune, et des dégustations de jus de fruits offerts par Rétropomme, (coings, pommes, poires) pour accompagner des grillades.

Photo Natacha Mahaim

Benjamin Petermann a obtenu des réponses quant à ses interrogations sur la commune.

Lignerolle: des impôts qui changent tout

Benjamin Petermann a obtenu des réponses quant à ses interrogations sur la commune.

Benjamin Petermann a obtenu des réponses quant à ses interrogations sur la commune.

A l’heure de passer au crible les comptes de la commune, les conseillers ne pouvaient que se réjouir puisque c’est un bénéfice de Fr. 12 987.–qui a été réalisé en 2012 alors que le budget prévoyait un découvert de plus de Fr. 43 000.–. Un gain sur les impôts de Fr. 166 325.– est à l’origine de ce résultat, quand bien même la population a diminué de quatorze unités (371 hab.). Avec comme effet pervers la nécessité de constituer une réserve de Fr. 100 000.– pour faire face à la péréquation, selon Pierre-Alain Gachet. Malgré tout, l’assemblée a reconduit le taux d’imposition à 82% pour les deux années à venir.

Sécurité et déchets

Le conseil a ensuite accepté que la commune adhère au SDIS de Vallorbe. C’est au chapitre des questions individuelles que la Municipalité a été davantage sollicitée, notamment par Benjamin Petermann. Jacques Nicolet a concédé que la sécurité devait être reconsidérée à l’intérieur du village. Il a ajouté que la décharge CVE devait être plus pratique comme il est nécessaire d’aménager l’accès à la benne à papier que l’on ne pourra pas déplacer.

Questionné sur le sujet des fusions de communes, le syndic Olivier Petermann a indiqué que son exécutif n’éprouve pas le besoin d’entrer en matière. Au chapitre des éoliennes, Lignerolle attend depuis deux ans de connaître la position du canton et Frédéric Nicod a fait part des soucis que procurent les panneaux solaires du chalet de la Thiolle qui éprouvent des problèmes de batteries.

Enfin, le conseil sera toujours conduit par Alix Michel qui sera secondé désormais par Yvan Bourgeois.

Photo Pierre Mercier

Partie du bureau, Sylvie Glayre, présidente, Henri Nerny jouant le rôle du vice-président absent et Sylvie Troyon, secrétaire.

Valeyres-sous-Rances: nouvelle benne exposée à Berne!

Partie du bureau, Sylvie Glayre, présidente, Henri Nerny jouant le rôle du vice-président absent et Sylvie Troyon, secrétaire.

Partie du bureau, Sylvie Glayre, présidente, Henri Nerny jouant le rôle du vice-président absent et Sylvie Troyon, secrétaire.

C’est par une belle soirée d’été que Sylvie Glayre a présidé ce conseil de juin. Les Renards n’y sont d’ailleurs pas venus en masse. Après les usuels points de l’ordre du jour, les comptes 2012 du SIAERV (Service intercommunal adduction eau Rances et Valeyres) sont approuvés.

Encore une bonne année!

Puis Thierry Vidmer présente les comptes 2012 de la commune. Ceux-ci sont conformes au budget 2011 et présentent un léger excédent de Fr. 9 000.– avec des charges à Fr. 2 573 000.– et des recettes à Fr. 2 582 000.–. Ils sont facilement adoptés.

Du tuf dans les conduites

La conduite de Champ Thélin est obstruée par du calcaire très récalcitrant. Il serait plus avantageux de changer ladite conduite sur 200 m. que de la déboucher! La somme requise de Fr. 23 000.– (pour compléter les Fr. 17 000.– déjà au budget 2013) est largement approuvée. Un conseiller rappelle qu’un curage régulier des conduites avait été voté et qu’il serait bon de s’y tenir!

Lors des élections réglementaires, la présidente (Sylvie Glayre) et le vice-président Olivier Francfort sont aisément réélus. De même pour la commission de gestion, réélue dans sa totalité. Les nouveaux sont donc les anciens!

Journée benne ouverte

La taxe au poids sera effective dès le 1.07.2013, date de l’arrivée de la nouvelle benne. Entre temps, celle-ci est retenue à Berne où elle est exposée en tant que modèle d’un nouveau système électronique! Samedi 29 juin, dernier jour de l’ancien système, sera journée benne ouverte avec verrée à la déchetterie. D’autre part, le samedi 5 octobre aura lieu la journée «Promenons-nous» cette fois-ci dans notre service intercommunal des eaux ! Deux dates donc à retenir et bon été!

Photo Catherine Fiaux

On arrive pour la séance «dessous l’Eglise».

Les Loups choisissent la taxe au poids

On arrive pour la séance «dessous l’Eglise».

On arrive pour la séance «dessous l’Eglise».

Les oreilles des dirigeants de la STRID ont dû siffler jeudi soir. Au Conseil général de l’Abergement, présidé par Jean-Paul Vulliemin, on a en effet vivement critiqué le système de la taxe au sac modèle STRID «qui ne résout rien ou presque en termes de pollution et d’élimination des ordures ménagères, mais dont l’organisation coûte très cher pour ce très faible retour.

Les gens trient peut-être un peu plus, mais c’est vraiment le seul avantage par rapport à la situation antérieure» a rajouté l’ancien syndic Roger Roch. Dans la foulée, et après une discussion nourrie, le délibérant des Loups a entériné le projet municipal de taxe au poids, présenté en détail par le municipal Patrick Jordan, qui comprend la pose de deux Moloks semi-enterrés pour un investissement de l’ordre de Fr. 28 000.–. Les usagers seront munis de cartes magnétiques personnelles permettant le pesage par foyer et l’établissement d’un décompte annuel, sur la base d’une taxe de 60 centimes par kilo.

Comptes 2012 et nouveau SDIS

Au chapitre des comptes et de la gestion 2012, pas de débat et un vote unanime en faveur de cet objet. La commune a réalisé un léger excédent de recettes de Fr. 12 000.– sur un total de recettes et dépenses de l’ordre de 1.37 millions de francs. Le projet de SDIS Vallorbe Région a lui aussi été accepté. L’adhésion à Vallorbe est plus naturelle qu’avec Orbe. De plus elle coûtera environ Fr. 35.– par an et par habitant, alors «qu’une adhésion au groupement d’Orbe aurait coûté beaucoup plus cher» selon la commission chargée d’étudier cet objet.

La municipale Simone Gudrna est revenue sur la mort annoncée de l’ASIBCO, et sur le fait que la nouvelle répartition des élèves permettra à la zone dont relève le village de réaliser des économies de frais de transport de l’ordre de 30%. De son côté la syndique Monique Salvi, a rappelé que le projet de PGA n’avait pas passé l’examen préalable cantonal et faisait l’objet de nouvelles études. Jean-Paul Vulliemin a été brillamment réélu dans sa charge de président du délibérant communal.

Photo Olivier Gfeller

brésil

En marche

brésil

Grâce à la télévision, on prend mieux conscience du fait que le monde bouge partout. Au point de se persuader que plus rien n’échappe à la critique et à la contestation. On pensait que le Brésil, pays émergeant, donc en mesure de rivaliser avec les grandes nations industrielles, se portait plutôt bien.

Ce d’autant plus qu’il a obtenu l’organisation de la prochaine Coupe du Monde de football en 2014 et des Jeux Olympiques d’été en 2016, preuve qu’il avait apporté des gages convaincants pour ces attributions. Or, à l’heure de la répétition du Mondial, dans une nation où le football est roi, la rue a dit son opposition aux dépenses inconsidérées pour les stades alors que l’éducation et le social sont à la traîne dans ce Brésil corrompu au niveau de sa classe politique.

La Turquie connaît une période troublée puisque la jeunesse n’accepte plus les atteintes à la liberté d’un gouvernement islamo-conservateur. Il en va de même encore en Tunisie ou en Egypte où les partis religieux ne parviennent pas à installer leur autorité, dans les villes en particulier. En Iran, le candidat progressiste a gagné l’élection présidentielle. Faut-il comprendre que l’on va au-devant d’une certaine émancipation?

Dans ces pays, les femmes en tête, appuyées parfois par les Femen, refusent d’être considérées comme des êtres de seconde zone, confinées aux fourneaux et au ménage. En Bulgarie, le peuple aussi est descendu dans la rue pour contester son gouvernement. Sans oublier bien sûr la Syrie dont le différend est complexe, sur fond de tendances religieuses, mais pas moins d’une cruauté insoutenable.

Décidément, le monde est à un tournant, mais, comme dans toutes les révolutions, il faudra du temps pour que les choses se stabilisent et trouvent la voie pour progresser. On doit cependant se réjouir de savoir que la jeunesse ne veut plus de la compromission politique. Elle exige l’honnêteté et la transparence, comme elle ne laissera pas les interdits fleurir. Qui s’en plaindrait ?