Les Nørn inaugurent les Printemps Musicaux

Norn trio

Voilà dix ans, à l’occasion d’un festival au Théâtre de la Tournelle, le trio vocal Nørn voit le jour autour d’une idée incroyable : Anne-Sylvie Casagrande, Edmée Fleury et Gisèle Rime inventent une civilisation, sa langue et sa musique, et elles s’en font les troubadours, créant un monde onirique et étrangement familier. Anne-Sylvie Casagrande compose la musique et les mots de leur langue, et le voyage commence.

Toujours pieds nus, elles offrent des centaines de spectacles dans les lieux les plus inattendus, mêlant passé et avenir, réel et imaginaire, envoûtant les publics les plus variés de leurs voix surnaturelles.

Des glaces du nord, elles sont arrivées au plus profond de l’océan avec le spectacle IOD, qu’elles ont offert vendredi dernier à la Salle des Chevaliers, dans une intimité magique. Offert, oui, car le public, ce soir-là, emporté par le rire et les larmes, a eu l’impression de recevoir un cadeau précieux.

Du pointu au guttural, de la corne de brume au chant des oiseaux du paradis, les trois voix se sont mêlées au point de n’en faire qu’une, pour raconter l’histoire des premières eaux, du déluge, de la femme et de la naissance, des civilisations englouties qui peuplent encore le fond de notre mémoire. Tour à tour inquiétantes, tendres, provocantes, fragiles, mutines, elles créent presque instantanément un espace à l’air libre, l’acoustique d’une cathédrale virtuelle, d’une grotte, d’une falaise, rendant les sons presque visibles. Un exorcisme magnifique pour le printemps paresseux.

www.printempsmusicaux.ch - Prochains concerts, ce soir et demain: jeunes espoirs de l’Académie de Monaco.

Anna Rodrigues, responsable du magasin et de l’agence postale.

Arnex retrouve sa Poste et l’odeur du pain frais

Anna Rodrigues, responsable du magasin et de l’agence postale.

Anna Rodrigues, responsable du magasin et de l’agence postale.

Grand jour samedi passé à Arnex avec l’ouverture sous le même toit de la Boulangerie-Pâtisserie Court locale, de son magasin de proximité et de la nouvelle agence postale. L’ensemble, qui comprend également quelques places pour un tea-room, est placé sous la responsabilité de Anna Rodrigues, fidèle collaboratrice de la maison à Chavornay et qui a accepté le défi, après 6 ans passés chez les Corbeaux, de rejoindre les Tya-Polain et de fonctionner également comme répondante vis-à-vis de la Poste.

«Nous allons tourner avec une équipe de trois personnes, explique Anna Rodrigues qui ajoute que «l’ensemble de la fabrication de la boulangerie-pâtisserie est assuré à Chavornay et livré ‘tout frais’ à Arnex.» Le magasin compte aussi quelques rayons d’alimentation générale et des produits de première nécessité, des réfrigérateurs et congélateurs remplis de victuailles diverses attendant le client, un point de vente de la Loterie romande et, dès la semaine prochaine, quelques journaux choisis, parmi lesquels l’Omnibus figurera en bonne place!

Agence postale

Sur place samedi matin et pour une semaine complète à disposition des clients, Gilbert Jomini, formateur de la Poste pour la région, explique le nouveau concept. «Nous avons ici la configuration standard, soit deux «guichets» placés côte à côte. L’un pour le dépôt, le pesage et l’affranchissement des colis et des lettres, l’autre pour les opérations de Postfinance. À relever que ces dernières sont possibles uniquement avec une PostCard ou une carte Maestro. En ce qui concerne les retraits d’espèces, ils sont possibles à l’aide d’une carte, mais leur montant devrait avant tout servir à dépanner et dépend du fond de caisse disponible de l’exploitant. Les paiements sont possibles aussi, à l’aide de la carte». Sous réserve de cas très spéciaux, les recommandés non distribués et les colis avisés peuvent être collectés à l’agence, comme il est bien sûr possible aussi de les y déposer.

L’équipe qui gère le magasin et l’agence a suivi une formation adéquate et été obligée de signer les engagements de confidentialité applicables aux banques et à la Poste, notamment en matière de blanchiment. Il en résulte que toute la confidentialité requise est préservée, de la même façon que dans un office de Poste. A voir l’affluence des premières heures, pas de doute que cette nouvelle offre répondait à un besoin.

Horaires d’ouverture
Du lundi au vendredi, de 6 h 15 à 12 h. et de 15 h. à
18 h 30 ; le samedi de 7 h. à 13 h.

Photo Olivier Gfeller

Pierre-Yves Maillard, président du Conseil d’Etat.

Social: Pierre-Yves Maillard convainc

Pierre-Yves Maillard, président du Conseil d’Etat.

Pierre-Yves Maillard, président du Conseil d’Etat.

Au terme de l’assemblée intercommunale de printemps de la Régionalisation de l’Action Sociale, le président du Conseil d’Etat vaudois, Pierre-Yves Maillard, a fait la démonstration de la volonté de son département d’éviter le gaspillage de l’argent public. Du même coup, il a mis l’accent sur les secteurs qui le préoccupent actuellement soit les jeunes sans formation, les familles working poors (gens qui travaillent mais dont les revenus ne sont pas suffisants) et les chômeurs de longue durée.

Ce secteur de l’aide sociale coûte 360 millions de francs soit un quart du budget de la facture et est en augmentation de 50% par rapport à 2006. Dans notre canton, une personne sur douze est à l’aide sociale mais il est étonnant d’entendre que les bénéficiaires sont le double en pourcentage à Sainte-Croix par rapport à Renens. Concernant une question du représentant de Valeyres-s.-Rances, Thierry Vidmer, le conseiller d’Etat a précisé que le canton doit faire face aux accords bilatéraux conclus par la Confédération avec l’Union Européenne. C’est-à-dire que les étrangers établis récemment chez nous et dont le contrat de travail est rompu, peuvent bénéficier de l’aide sociale mais lorsqu’ils demeurent trop longtemps au chômage, ils perdent leur permis et doivent quitter le pays.

Aides à l’insertion

Les prestations sociales ont été améliorées, notamment pour les familles monoparentales, qui ne bénéficiaient que d’un subside pour l’assurance maladie. Avec l’introduction du PC famille et la rente-pont (pour les chômeurs de près de 60 ans qui ne trouvent plus d’emploi), un millier de dossiers ont été résolus. Le domaine des bourses d’études a été corrigé dans le but d’encourager les jeunes à trouver un apprentissage ou reprendre des études. L’aide était passée de Fr. 2 000.– à Fr. 150.–. Désormais un jeune de plus de 18 ans peut toucher jusqu’à Fr. 700.– auquel s’ajoutera le salaire du jeune, ce qui lui permet d’envisager l’avenir avec plus de sérénité. Sur 1700 dossiers, un millier d’ados ont retrouvé le chemin du travail.

Pierre-Yves Maillard a précisé également que la subvention a été diminuée pour cette catégorie de la population lorsqu’elle tente de l’obtenir systématiquement à la majorité. Dans un futur proche, ces quémandeurs devront justifier l’échec de leurs démarches en matière de travail pour bénéficier de cette subvention, tout cela pour éviter les abus. Le Canton négocie avec les hôpitaux, EMS, etc., pour qu’ils prennent en stage 200 jeunes gens sans emploi, en souhaitant l’engagement de la moitié d’entre eux. Les premiers résultats de cette politique sont positifs puisque 56% de ces jeunes finissent leur apprentissage sans échec. Le domaine de la santé offrant un créneau intéressant en matière d’emplois, un effort sera également demandé aux garderies et à la formation de mamans de jour.

Diminution des demandes

Le coaching familial est un autre secteur dans lequel on s’emploie à tenter d’augmenter le taux d’activité de ses membres pour augmenter leurs revenus. Le président du Conseil d’Etat relève aussi que Vaud est l’un des seuls cantons à avoir engagé des enquêteurs pour veiller à ce que des abus ne soient pas commis. Il faut préciser que l’augmentation de demandeurs du Revenu d’Insertion (RI) est en diminution (3,4% en février 2013).

Si la facture sociale coûte toujours plus cher, on le doit à la conjoncture qui n’est plus aussi favorable qu’elle ne l’était au début des années 2000. En ce qui concerne les Centres Sociaux Régionaux (CSR), des aménagements ont été mis en place afin de permettre aux assistants sociaux de se concentrer sur leur fonction si bien que les paiements des subsides incombent désormais aux adjoints administratifs.

Les explications claires de Pierre-Yves Maillard ont convaincu la centaine de représentants des localités du district du Jura-Nord vaudois puisque très peu de questions lui ont été posées dans un domaine qui fait l’objet pourtant de bien des contestations de la part des exécutifs communaux. Il faut noter enfin que le CSR régional a effectué du bon travail puisqu’il a pu rendre près d’un million de francs au canton qui lui attribue l’argent nécessaire en fonction des dossiers auxquels il doit répondre.

Photo Pierre Mercier

Les membres FIR des ORPC de Grandson et Orbe devant le collège principal de Vallorbe.

PCI: la fusion technique, une réussite!

Les membres FIR des ORPC de Grandson et Orbe devant le collège principal de Vallorbe.

Les membres FIR des ORPC de Grandson et Orbe devant le collège principal de Vallorbe.

L’assemblée générale de l’ORPC Orbe s’est déroulée à La Praz sous la présidence de Philippe Goldenschue (Corcelles).

Le major Claude Rutishauser a présenté le résultat de la fusion technique des régions de Grandson et Orbe, voulue par les comités directeurs respectifs. Depuis le 1er octobre 2012, le secrétariat des deux régions se trouve à Orbe. Raphaël Graf (Sainte-Croix) a été engagé comme préposé au matériel. Le personnel professionnel représente 2,75 emplois. Les cours de cadres réunissent les officiers et sous-officiers des deux régions permettant ainsi des échanges riches. Les cours de répétitions se déroulent quant à eux par région.

Dans la nuit du 30 au 31 mai s’est déroulé l’exercice «VALLO13». Cet engagement avait pour but de tester les planifications établies et la collaboration entre les Formations d’Intervention Régionale (FIR) des deux ORPC. Les commandants remplaçants ont conduit l’engagement des hommes, de la mise sur pied de leurs hommes au licenciement.

Un accident de TGV dans le tunnel du Mont d’Or servait de thème à l’exercice. Les missions des FIR consistaient à assurer la prise en charge des passagers sur le terrain en installant et exploitant deux postes collecteurs. A héberger les passagers dans les salles de gym de Vallorbe, transformées en dortoirs. A garantir le ravitaillement des passagers et des intervenants ainsi que d’installer et exploiter un poste de commandement pour conduire les missions de la protection civile. Les enseignements de cet engagement ont été nombreux tant du côté humain que du point de vue technique.

Un exercice réussi par les membres des FIR engagés pendant 2 h. 30 et qui ont fait une analyse pertinente du travail et suggéré des propositions d’amélioration.
On signalera pour terminer que l’exercice financier 2012 de la PCI s’est soldé par un léger bénéfice puisque le coût par habitant, budgété à Fr. 15.91, a été ramené à Fr. 15.32.

Jacques-André Mayor arbore fièrement le label Cité de l’énergie.

Orbe labellisée «Cité de l’énergie» ou ville durable

Jacques-André Mayor arbore fièrement le label Cité de l’énergie.

Jacques-André Mayor arbore fièrement le label Cité de l’énergie.

Les communes jouent un rôle essentiel dans la politique énergétique suisse, car elles remplissent une fonction importante d’exemple pour la population et l’économie. Orbe n’est pas en reste dans ce domaine puisqu’elle vient d’obtenir le Label «Cité de l’énergie» ce qui signifie que la commune a apporté des preuves concrètes d’actions menées dans les domaines de l’énergie, du transport et de l’environnement.

Fortement impliquée dans le programme «société à 2000 watts», le 25 mars dernier elle était la 324e commune de Suisse à recevoir cette distinction de la commission indépendante de l’association Cité de l’énergie. Dès lors, Orbe peut bénéficier d’un accompagnement soutenu pour le développement et la mise en place de programmes et d’actions dûment étudiés en rapport avec des énergies renouvelables, de l’efficacité énergétique et de la mobilité compatible avec l’environnement.

Sous le patronage de l’événement OrbEnergie, la Municipalité d’Orbe a souhaité partager cette reconnaissance en invitant la population, les 1er et 2 juin dernier, à découvrir la thermographie aérienne de la ville. Car la ville souhaite que l’élan de rénovation des constructions se poursuive et que les propriétaires obtiennent des conseils pour mener des travaux d’optimisation énergétique des bâtiments.

Les professionnels présents sur place ont répondu aux nombreuses questions en matière d’énergie renouvelable, d’isolation des bâtiments, d’éclairage et de production d’électricité. Une exposition avec un bon nombre d’informations sur le développement durable était aussi dévoilée au public et surtout les autorités ont voulu présenter la démarche globale et peut-être ambitieuse d’amélioration de la gestion de l’énergie en vue d’obtenir le label «Gold».

Aujourd’hui, la consommation d’énergie en Suisse s’élève à 6500 watts par personne. Des besoins énergétiques acceptables s’élèvent à 2000 watts par personne. La société à 2000 watts est la vision d’un avenir durable: neutre pour le climat, à bon rendement énergétique et globalement équitable. Elle englobe trois objectifs: la réduction de la consommation d’énergie à 2000 watts par habitant, la réduction des émissions d’équivalent CO2 à 1 tonne par habitant et l’équité globale face à la consommation d’énergie.

Photo Pierre Pellaton

croy conseil général

Croy: la syndique démissionne

croy conseil général

Le Conseil général de Croy s’est réuni lundi pour sa séance de juin. Au menu de nombreuses élections internes, dont celle du président et pour l’essentiel l’élection d’une nouvelle secrétaire et l’adoption des comptes 2012. Ne trouvant personne dans le village qui désire occuper la place de secrétaire, le président a dû prospecter sur d’autres terres. C’est donc Géraldine Motella, ancienne secrétaire du Conseil et ancienne secrétaire municipale de Bofflens, seule candidate, qui a été élue. Elle est entrée immédiatement en fonction.

Comptes en léger déficit technique

Les comptes 2012 font apparaître un excédent de dépenses de l’ordre de Fr. 50 000.–, sur un total de Fr. 1 075 000.–. La commission de gestion a proposé leur approbation et cette dernière est intervenue à l’unanimité et sans aucune discussion. Un complément de budget 2013 de Fr. 40 000.– a lui aussi été voté pour la réfection du bas du chemin de la Foule.

Nouvelle présidente du Conseil

Au chapitre des élections réglementaires, le président a annoncé qu’il se présentait pour une nouvelle année. Sa candidature a été contrée par celle de Lise Michot, présentée par une conseillère. Au vote, c’est Lise Michot, actuelle vice-présidente, laborantine et habitant Croy depuis plus de 20 ans, qui a été élue par 23 voix. Elle prendra ses fonctions dès le 1er juillet. Dès le 1er juillet également, le bureau sera exclusivement féminin, puisque les scrutatrices ont été réélues et que Évelyne Buff a été élue en qualité de nouvelle vice-présidente.

En fin de séance, la syndique Catherine Rochat a annoncé qu’elle se retirerait pour le 31 décembre 2013, après plus de 16 années passées à l’exécutif. Elle a pris cette décision pour laisser la place à de nouvelles forces désireuses de s’investir pour la communauté villageoise.

Photo Olivier Gfeller

réfugiés

Du coeur SVP

réfugiés

A l’heure de voter sur la révision du statut des migrants, on ne peut pas s’empêcher de penser que, nous Suisses, sommes des privilégiés. Certes, nos ancêtres ont quelquefois dû se rendre à l’étranger face à l’absence de perspectives. On se souvient en particulier des Fribourgeois qui sont partis au Brésil pour se procurer un avenir. Mais pour le reste, notre peuple a eu la chance de trouver de l’emploi chez lui.

Nous n’avons pas toujours été tendres avec ceux qui sont venus nous donner un coup de main déterminant. Au milieu du siècle passé, les Italiens ont fait l’objet de bien des quolibets alors que leur apport a permis la construction de nos autoroutes, de nos infrastructures et de l’agriculture. Puis sont arrivés tour à tour les Espagnols, les Portugais et les citoyens de l’ex-Yougoslavie, en Romandie du moins. Toujours avec le même accueil glacial.

Nous sommes-nous posé la question de la situation de ces gens ? Pas fréquemment. Et pensez-vous qu’il est aisé de quitter son village, son pays, sa famille pour aller gagner sa vie là où il y a du boulot car il n’y avait pas d’autres solutions pour vivre ? En plus en sachant souvent que l’on n’est pas accueilli à bras ouverts et que l’on ne connaît pas la langue de son nouvel environnement. Pourtant, ils sont restés pour permettre à la Suisse de se développer et de provoquer l’envie, ailleurs dans le monde.

Forcément, notre niveau de vie suscite l’intérêt dans le Tiers Monde. Raison pour laquelle des jeunes Africains ou des Européens de l’Est veulent tenter leur chance ici. D’accord, nous ne pouvons pas accueillir tout le monde et devrions pouvoir renvoyer ceux qui ne sont pas toujours des réfugiés politiques. Il faut cependant que la Suisse demeure une terre d’asile pour ceux qui sont vraiment menacés chez eux. Alors, ayons un peu de cœur et écartons l’égoïsme qui envahit parfois un pays privilégié comme le nôtre.