Atelier collage

Baulmes: la bibliothèque ouvre grand ses portes

Atelier collage

Atelier collage

Ce 2 février dans le cadre du «samedi des bibliothèques vaudoises» plus de 40 d’entre elles ont décliné le thème du monde des couleurs dans le canton. Baulmes était de la partie. C’est la deuxième édition d’une telle manifestation visant à la promotion des bibliothèques.

La bibliothèque de Baulmes en quelques mots

Elle est nichée dans l’ancienne chapelle de l’église libre depuis 1995. L’endroit a un charme fou! Publique et dépendante de la commune, elle répertorie plus de 8000 documents, dont de très beaux vieux ouvrages. Elle passera au prêt informatisé cet été 2013. A sa tête un comité de cinq personnes, Mmes Cuendet, Joseph, Mattei et Ravussin ainsi que M. Cachemaille. Ce sont ces derniers qui ont organisé avec succès cette matinée. Le but avoué est de faire connaître la bibliothèque et inciter les gens à, peut-être, souscrire un abonnement. Pas facile à l’heure actuelle d’autant plus que la bibiothèque scolaire d’Orbe lui fait une ombre certaine. Les maîtresses vont chercher les livres à Orbe.

De quelle couleur est ma bibliothèque?

Le comité a pu se réjouir de la belle affluence ! « Au-delà de tous nos espoirs!» confie Monique Mattei, la secrétaire. Le comité avait mis sur pied divers ateliers colorés destinés plus spécialement aux enfants. L’atelier de tricot côtoyait l’atelier de collage et ceux de bricolage et de tissus. Le tout, bien entendu, bigarré et gai à souhait ! Les enfants s’initiaient,s’appliquaient aidés par leurs parents. Puis les productions étaient suspendues, donnant un air de fête au lieu ! Un apéritif multicolore suivit. Tout le monde a eu du plaisir, quelques abonnements furent vendus et surtout, la matinée ne fut nullement en demi-teinte!

Photo Catherine Fiaux

David Bonzon, champion du monde junior 2012 de trial et Jean-Daniel Savary son entraîneur.

Vallorbe: le cyclisme vaudois s’arrête à Vallorbe

David Bonzon, champion du monde junior 2012 de trial et Jean-Daniel Savary son entraîneur.

David Bonzon, champion du monde junior 2012 de trial et Jean-Daniel Savary son entraîneur.

Pour sa 80e assemblée générale annuelle, l’Association Cycliste Cantonale Vaudoise ACCV avait choisi Vallorbe et son Casino rénové comme lieu d’accueil. C’est donc dans cette salle, parfaitement préparée par les membres du VC Vallorbe, que les débats se sont déroulés samedi passé. Le président Georges-André Banderet a tenu à rappeler que 2012 avait été une année particulièrement riche en récompenses glanées régionalement, nationalement ou même internationalement par des membres des clubs vaudois. Il a déploré que Lausanne ne veuille plus du Grand Prix de Lausanne, dont la 50e et dernière édition a eu lieu en 2012. Un merci tout particulier a été adressé aux bénévoles, «sans qui beaucoup de compétitions ne pourraient tout simplement pas avoir lieu».

2013 et la double affiliation

Le président Banderet a également tenu à noter que 2013 serait sans doute l’année du débat sur la double affiliation avec Swiss Cycling, une double affiliation qu’il convient de remettre en vigueur pour donner au cyclisme suisse la possibilité de continuer de briller au niveau international. Les points purement statutaires de l’ordre du jour ont été adoptés sans réelle discussion, que ce soit les cotisations, le plan de répartition ou les nominations diverses. En fin de partie officielle, le syndic de Vallorbe Stéphane Costantini a tenu à saluer les nombreux représentants des clubs présents. Il a notamment relevé que Vallorbe est une localité dans laquelle il ne pleut pas plus qu’ailleurs, qu’elle n’est pas un trou, malgré ce que l’on entend çà et là et qu’elle allie dynamisme, compétitivité et proximité de la nature. Après la distribution des mérites sportifs 2012 (voir plus bas pour les résultats concernant la région), et un exposé sur le rôle et l’utilité fédératrice de l’ACCV, l’assistance a pu partager un repas dans une atmosphère conviviale.

Un champion du monde honoré

À noter enfin l’attribution de mérites particuliers au «tandem» David Bonzon (junior) et Jean-Daniel Savary (entraîneur national) en trial, qui a conquis rien moins que les trois titres de champion suisse junior, champion d’Europe junior et champion du monde junior en 2012 dans cette discipline.

Nouvelle classique organisée par le VC Vallorbe
Le président Christian Agnelot a confirmé que la nouvelle compétition qu’organisera le VC Vallorbe aura bien lieu le dimanche 9 juin 2013. Des détails seront fournis dans l’Omnibus dès qu’ils seront disponibles, le nom définitif de la compétition étant même encore tenu secret pour des raisons de sponsoring.

Photo Olivier Gfeller

Patrick Keller et Olivier Chautems présentant le Diplôme de Grand Or.

Grand Or pour le XIII Or Aurore de Gamay

Patrick Keller et Olivier Chautems présentant le Diplôme de Grand Or.

Patrick Keller et Olivier Chautems présentant le Diplôme de Grand Or.

En 2010, l’interprofession du Beaujolais a décidé de promouvoir plus activement le gamay, cépage par excellence de sa région. C’est ainsi qu’est née la première édition du Concours International du Gamay. Même si ce concours se déroule en France, il réunit depuis lors à chaque édition plus de 700 vins inscrits et des concurrents provenant de presque tous les continents sur lesquels le vénérable cépage est cultivé.

En marge d’un salon de l’alimentation qui s’est déroulé à Lyon en janvier, l’édition 2013 du Concours a eu lieu. Lors de cette édition, un seul vin vaudois présenté a recueilli une médaille «Grand Or» pour la cuvée 2011 et une médaille «Or» pour la cuvée 2010. Il s’agit du XIII Or Aurore de Gamay de la Cave des 13 Coteaux à Arnex. Cette magnifique composition est le fruit du travail de deux passionnés: Patrick Keller, le directeur de la Cave des 13 Coteaux, qui dans l’aventure de cette création a œuvré comme responsable technique du vin. A ses côtés, le producteur Olivier Chautems, outre la livraison d’environ 20% du raisin nécessaire à cet assemblage, a fonctionné comme responsable de vendange, a contrôlé le suivi de la maturation et le dégrappage.

Composition subtile

Le XIII Or Aurore de Gamay est une composition subtile issue des vignes de cinq propriétaires des Côtes de l’Orbe AOC. Il s’agit d‘un gamay à production maîtrisée issu de vieilles vignes. Récolté à maturité optimale, il est mis en cuvaison prolongée. Sa deuxième fermentation est effectuée partiellement en barrique de chêne suisse. Elle est suivie d’un affinage de 12 mois, jugé nécessaire par les concepteurs pour parvenir à trouver l’équilibre idéal entre le corps du vin, les caractéristiques du cépage et son potentiel tonique. Au nez, on relève des notes de cerises noires et d’épices, poivre noir et cannelle. Le corps est mis en valeur par l’élevage partiel sous bois qui respecte les caractéristiques du cépage. La Cave des 13 Coteaux sera présente lors du Comptoir du Nord vaudois à Yverdon-les-Bains du 15 au 24 mars. Une occasion pour découvrir ce cru exceptionnel.

Photo Olivier Gfeller

Olivier Crausaz (à gauche) succède à Alcide Pisler.

Rances: élection municipale sans souci

Olivier Crausaz (à gauche) succède à Alcide Pisler.

Olivier Crausaz (à gauche) succède à Alcide Pisler.

Rances s’était recouvert d’une fine couche de neige, faisant penser à la fumée blanche qui sort du Vatican à l’annonce de l’élection d’un nouveau pape. En effet, la candidature d’Olivier Crausaz a fait quasiment l’unanimité. Sur 151 électeurs, 134 ont donné leur suffrage au nouveau municipal. 46% des Rancignolets se sont prononcés, ce qui est malgré tout un bon score et comme cet électorat était convaincu que le premier tour suffirait, ils n’étaient pas nombreux à s’être déplacés à 9 h. 30 ce dimanche devant la maison de commune, comme le déplorait le président du conseil, Sébastien Guex.

Jeux vidéo et musiques

Olivier Crausaz (45 ans) succède ainsi à Alcide Pisler. Le dicastère des routes l’intéresse particulièrement puisqu’il travaille comme dessinateur technique au service cantonal …des routes. Marié à Graça et père d’une jeune fille, le nouveau municipal est installé depuis 17 ans au village après avoir passé sa jeunesse à Grandson. Propriétaire depuis une dizaine d’années, il s’est beaucoup consacré à la rénovation de son habitation. Bricoleur d’abord, il s’intéresse à beaucoup de choses mais avoue une petite préférence pour les jeux vidéo et la musique sous différentes formes, entre Lady Gaga et Sardou.

Le stress de l’élection

Sollicité par le syndic Rémy Cand, il a mûrement réfléchi à cet investissement avec sa famille. Sa décision a été aussi motivée par le souci de rendre service à la collectivité et l’un de ses premiers soucis sera de remettre en état le chemin de la Scie, qui se dégrade car très fréquenté. Pour autant que ses nouveaux collègues lui confient ce dicastère qui devrait être légèrement revu. Si son élection n’a pas fait l’ombre d’un pli, le stress l’a tout de même envahi lors des derniers jours et c’est soulagé qu’il a fêté, modestement, sa nouvelle appartenance à l’exécutif de Rances, dans lequel il sera intronisé le 12 février.

Photo Pierre Mercier

Une maison mal placée entre les Moulins et les travaux du Pont.

Orbe: Don Quichotte aux Moulinets

Une maison mal placée entre les Moulins et les travaux du Pont.

Une maison mal placée entre les Moulins et les travaux du Pont.

Pris entre deux nuisances, la petite maison de la rue du Moulinet 35, n’est de loin plus un havre de paix au bord de l’Orbe dans l’ombre du vieux pont. Pour les personnes partant travailler cela peut encore être supportable, mais quand on est retraité cela devient intenable.

Tenacité payante

Janine Rege, d’une part, se bat depuis longtemps contre Provimi Kliba (racheté par le groupe américain Cargill), pour que le déchargement des camions de céréales se fasse dans des conditions correctes, pensant qu’on pouvait probablement réduire les nuisances par quelques mesures. Oui, elle savait qu’habiter à côté d’un moulin peut causer des désagréments, mais au début cela était saisonnier et des petites charges. Depuis quelques années ce sont des 40 tonnes qui déchargent d’un coup provoquant de la poussière et du bruit insupportable. Elle et son ami souffrent de problèmes de santé, mais leurs certificats médicaux n’émeuvent personne.

Janine Rege a commencé à se renseigner sur ce qui pouvait être fait, elle s’est heurtée à une non-entrée en matière: les exploitants arguant que le propriétaire leur louait les locaux «en l’état» et le propriétaire, Avni Orlatti disant que ce n’était pas son problème...Elle a aussi écrit à la Municipalité, mais n’a pas eu de réponse concrète. Pour finir elle a écrit au Canton, (au SEVEN, Service de l’environnement et de l’énergie), qui est venu évaluer la situation. Les normes en la matière ont été déclarées officiellement insuffisantes et Provimi a eu jusqu’à fin décembre pour mettre un rideau en plastique et une hotte d’aspiration. La semaine passée des ouvriers s’activaient; le rideau est posé et les hottes d’aspiration étaient en voie d’être installées. Cela devrait résoudre un partie du problème. Mais il a fallu se battre plus de deux ans pour y arriver.

Barrage, mal nécessaire

D’autre part les travaux du nouveau barrage apportent son lot de nuisances: bal de camions devant la porte, poussière, route boueuse, bruit incessant des machines, chute de pierres, la liste est longue. Janine Rege a dû insister à plusieurs reprises pour que la voirie vienne nettoyer tout le bas de la rue, qu’elle a souvent fait elle-même. Du côté de VO énergie, on est bien conscient du problème et Pierre Rigoli se dit désolé pour tout le voisinage qui supporte ces travaux. VO énergie a d’ailleurs fait un geste et tout le voisinage a une réduction de 50% sur sa facture d’électricité. Janine Rege se rend bien compte qu’elle n’a pas le choix mais trouve qu’elle a été peu entendue, d’autant plus que le pont du Moulinet est une des cartes de visite du tourisme urbigène.

Délais tenus

A moins d’une météo très défavorable, avec des crues imprévisibles de l’Orbe, la mise en service du barrage est prévue pour le mois de juin et malheureusement pour le voisinage, fin février, il y aura encore des gros travaux avec l’installation des clapets.

Photo Natacha Mahaim

Liberté et éducation

mali

La reconquête du Mali n’aura été finalement qu’une banalité. On peut se réjouir qu’elle n’ait pas fait l’objet de combats sanglants avec des morts en quantité. Parce que les envahisseurs sont armés pour la guérilla urbaine et pas pour faire face à une armée organisée. Ensuite, la délivrance des villes du nord de ce pays permet de constater que le mouvement islamiste extrémiste a des limites.

La population est trop éprise de liberté pour accepter le diktat d’individus qui veulent imposer des lois d’un autre temps. On en déduit que le mouvement salafiste ne séduit pas et ne concerne que des poignées d’êtres humains fanatiques, qui entraînent dans leur sillage des jeunes sans horizon et en quête d’une existence plus valorisante que la leur. Etre martyr leur paraît être un aboutissement dans leur vie  sans lendemain.

Ce qui se passe en Egypte démontre également que les gouvernements d’inspiration religieuse ont beaucoup de peine à faire l’unanimité. L’attachement à la démocratie reste un pilier fondamental de notre société. Même si elle est interprétée de manière différente à travers le monde. Il n’en reste pas moins que l’Afrique reste très vulnérable à cause de gouvernants plus soucieux de s’enrichir à titre personnel plutôt que d’améliorer le sort de leurs compatriotes. Cette absence de stabilité péjore la quiétude de ce continent qui demeure à la traîne. L’absence d’un enseignement et d’une instruction de qualité favorise cet enlisement. Pourtant, les noirs ne sont pas plus bêtes que nous et il serait nécessaire de les aider.

Certes, les maux du colonialisme ne sont pas encore totalement effacés mais n’y aurait-il pas sur cette terre des âmes capables de rendre à l’Afrique sa dignité et ses ressources ? Quitte à ce que des hommes de la trempe de Chavez (Venezuela) ou Morales (Bolivie) impriment une nouvelle manière de penser et de sortir le continent noir de son marasme!