Le président Cuérel avait le sourire puisque ses 2 équipes ont gagné

La surprise de Baulmes

Le président Cuérel avait le sourire puisque ses 2 équipes ont gagné

Le président Cuérel avait le sourire puisque ses 2 équipes ont gagné

Alors que l’on voyait le parcours de Baulmes en 2e ligue inter avec pessimisme, l’équipe d’Egea a signé l’exploit du week-end, en allant s’imposer 4-3 à Spiez. En semaine avec une formation dont le contingent s’enrichit, elle avait déjà offert une belle résistance à La Sarraz malgré un score très sévère (5-0).

En terre oberlandaise, c’est en première période que les Baulmérans ont fait la différence. Après avoir été menés par deux fois (1-0 puis 2-1), ils sont parvenus à renverser la vapeur avant le thé grâce à des réussites de Do Matos, Kikic, Santos et Elias. Par la suite, ils ont su résister aux Bernois dont le jeu est sommaire avec une défense très perméable. Le président Julien Cuérel ne cachait pas sa satisfaction devant cette performance. «L’effectif approche la vingtaine de joueurs dont quatre sont venus d’Yverdon. Comme notre préparation a été courte, l’équipe est en train d’acquérir son rythme. Nous possédons quelques joueurs de bonne valeur technique qui me permettent d’espérer une suite de championnat plus sereine».

Pour sa part, Bavois demeure invincible. Il n’a toujours pas encaissé le moindre but après cinq parties et sa victoire 3-0 chez le dernier, Bümpliz. En revanche, La Sarraz a perdu pour la troisième fois, chez lui contre Dürrenast (2-3), ce qui brise ses espoirs de briller cette saison.

Orbe à la peine

Pour Orbe, le début de championnat est compliqué malgré de belles prestations en Coupe de Suisse. N’ayant pas réussi à s’imposer lors des trois matches initiaux face à des adversaires à leur portée, les Urbigènes se sont inclinés logiquement face à l’un des ténors du groupe, Payerne (1-0). Dominés souvent, ils ont encaissé un but aux alentours de la 70e minute sans espoir de recoller au score. C’est dire que la rencontre de dimanche contre Grandson va s’avérer importante si les boys de Bilibani n’entendent pas rester dans la zone rouge.

Un visiteur qui vient d’obtenir sa première victoire de la saison au détriment de Bavois II (3-2). Là aussi, une équipe émerge dans la région dans cette 2ème ligue, il s’agit de Champvent qui l’a emporté par 4-0 chez le néo-promu Assens.

Chavornay ne faiblit pas en 3e ligue. Il a gagné 4-2 à Champagne tandis que Valbal a marqué son premier point au terme du derby contre La Vallée (1-1). La formation de Duplan demeure toutefois au 4ème rang du groupe , notamment à la suite du succès du leader, Etoile Broye sur Rances par 2-1.

Enfin en 4e ligue, Champvent II a freiné Savigny, battu 3-1 à l’extérieur, ce qui fait le aussi bonheur d’Orbe II, qui a écrasé Venoge 8-1 et de La Sarraz II qui a gagné 4-0 à Croy. Ce qui confirme que les trois équipes victorieuses risquent bien de dominer leur groupe.

Photo Pierre Mercier

Blues

Chavornay: Blues Festival, écouter et savourer leur blues

Blues

Blues

The Blues Legend Tour a fait escale à Chavornay jeudi dernier.

Une ambiance «festival» régnait dans la cour de la ferme familiale de Madame Françoise Carrel. Les organisateurs ont mené cette soirée tels des professionnels: badge à l’entrée, cadre bucolique, fauteuils VIP, bar et bonne humeur.

Dave Riley et Bonnie B. Blues Band ont mis le feu dans le public avec les morceaux tirés de leur dernier CD, fruit de leur collaboration. Le répertoire revisitait les grands classiques, BB King, Muddy Waters, Jimmy Reed entre autres et aussi quelques compositions propres.

Ce premier concert fut une belle réussite et la suite est attendue impatiemment dans ce lieu magique.

Photo Baptiste Calliari

Un préau ouvert sur la route, sans protection, car on doit pouvoir y circuler pour atteindre les habitations limitrophes.

Ballaigues: la sécurité des écoliers en question

Un préau ouvert sur la route, sans protection, car on doit pouvoir y circuler pour atteindre les habitations limitrophes.

Un préau ouvert sur la route, sans protection, car on doit pouvoir y circuler pour atteindre les habitations limitrophes.

Rentrée studieuse pour le Conseil communal de Ballaigues qui s’est réuni lundi soir sous la présidence de Daniel Bourgeois, pour une année encore à la tête du corps délibérant ballaigui. Après avoir procédé à l’assermentation d’un nouveau membre Stéphane Chenaux en remplacement de Cathy Leresche, démissionnaire, le Conseil a pris connaissance par la voix du syndic Raphaël Darbellay d’une bonne et d’une mauvaise nouvelle.

La bonne nouvelle concerne le décompte définitif 2011 de péréquation intercommunale et de facture sociale, qui verra le canton rembourser à la commune d’ici à la fin de l’année courante un trop perçu de Fr. 1 168 000.– «Un montant important qui a travaillé pendant 12 mois pour le profit du canton et non pour celui de la commune» regrettera le syndic.

La mauvaise nouvelle concerne la fameuse bascule 2011 de 6 points d’impôt en faveur du canton. D’aucuns l’avaient imaginée comme étant définitive, or elle n’était qu’une estimation provisoire qui va devoir être corrigée sur la base des chiffres définitifs de 2011. Cette correction prendra la forme d’un montant fixe annuel de l’ordre de Fr. 10.5 millions qui devra être réparti à la charge de l’ensemble des communes vaudoises au titre de la facture sociale complémentaire, et ceci pour chacune des années 2013 et 2014. «Cette correction correspondra à environ un point d’impôt à la charge de la commune de Ballaigues, soit environ Fr. 80000.–» a encore précisé le syndic. Un élément dont il devra être tenu compte dans la fixation du taux d’impôt communal pour 2013.

Circulation et éoliennes

Le municipal Thomas Maillefer a donné connaissance au Conseil d’une lettre du voyer, qui a été envoyée aux intéressés et qui concerne les passages sauvages dans les champs à l’endroit où la Vieille Route a été barrée suite au dernier accident mortel. Le voyer rappelle aux usagers et aux propriétaires que si ces passages continuent, les auteurs et les propriétaires fonciers seront responsables et poursuivis en cas de nouvel accident. Un projet est par ailleurs à l’étude pour le réaménagement de cette zone.

Toujours dans le domaine de la circulation, le conseiller Sylvain Belin a déposé une interpellation invitant la Municipalité à étudier rapidement la mise en place d’une zone 30 km/h aux abords du collège sur la route des Planches, avec pose de portails d’entrée, de gendarmes couchés, marquages au sol appropriés et divers autres dispositifs visant à diminuer les risques induits par la circulation et le parcage aux abords de l’école. A la suggestion de Raymond Durussel, cette interpellation a été transformée en postulat, avec l’appui d’une très large partie du Conseil.

A noter encore qu’une séance publique aura lieu le 4 octobre au soir au Centre villageois au cours de laquelle l’avancement du projet de parc éolien du Bel-Coster sera présenté.

Photo Olivier Gfeller

Orbe Sud, le chantier du siècle a démarré!

10 000 habitants à Orbe: 5 feux verts, même chez les Verts

Orbe Sud, le chantier du siècle a démarré!

Orbe Sud, le chantier du siècle a démarré!

Copieuse séance pour le nouveau président du Conseil, Denis Tschannen, puisque l’ordre du jour comportait 16 points, dont certains  présentaient toutefois un aspect plus formel, comme des nominations et remplacements dans diverses commissions permanentes répondant à des préavis municipaux.

Encore des sièges à repourvoir

En effet, ce sont déjà cinq sièges qui sont à repourvoir au Conseil communal dont seuls trois ont trouvé «preneur» soit 2 PS et 1 Vert. Deux nouveaux conseillers PLR seront présentés lors de la prochaine session.

Trois rapports sans problèmes

Les divers rapports présentés concernant la mise en séparatif de la ruelle de la Poste (Fr. 169 000.–), la réfection des berges de l’Orbe et du Pont du Puisoir (Fr. 115 000.– moins
Fr. 48 600.– de subventions et participations) et le nouveau collecteur au chemin des Bouleaux (Fr. 33 300.–) ont été approuvés sans discussions particulières.

Détermination sur le schéma directeur Orbe-Sud

Toute l’audacieuse politique de développement de notre commune se devait d’être formellement cautionnée par le Conseil communal, ce qui a été relativement aisément fait au travers de cinq «oui» apportés à cinq appréciations précises développées dans l’idoine préavis.

Celles-ci touchaient à plusieurs convictions que la population approuve les options de développement de la commune, que le changement d’affectation du quartier des Moulins et de Gruvatiez Est est opportun, que l’aménagement de la place de la Gare en vue de l’arrivée du RER est une nécessité, que la gestion contrôlée des pôles d’activité est une garantie en faveur de la protection de la Plaine de l’Orbe et, enfin, que le Conseil communal accepte des orientations données par le plan directeur.

Le rapport de la commission a apporté quelques compléments à caractère plus cosmétique que critique aux conclusions du préavis municipal qui a ainsi été approuvé à l’unanimité, ceci à deux abstentions (Les Verts) près.

De tout un peu

Parmi les communications municipales, retenons le fait que la gestion et les comptes de la société Urbagaz se révèlent parfaitement satisfaisants.
Quelques questions touchant à l’inquiétante faible fréquentation de l’Urbabus, à la lenteur de la mise en place de ralentisseurs de vitesse en divers points de la ville pourtant dûment approuvée voilà déjà quelque temps par les membres du législatif, à l’avenir du bâtiment abritant le «Musée du Patrimoine au Fil de l’Eau» ont conclu cette séance pour une fois peu dispendieuse mais riche en éléments favorables à un développement harmonieux de notre mégapole en devenir!

 

Photo Willy Deriaz

Des régionaux en cours de dégustation.

Arnex: 3e semi-marathon, des records à tous les niveaux

Des régionaux en cours de dégustation.

Des régionaux en cours de dégustation.

La conjugaison du soleil et d’une offre sympathique ont permis d’attirer la foule. 853 personnes se sont inscrites et 835 ont passé la ligne d’arrivée soit 470 marcheurs et 365 athlètes, répartis en seize catégories différentes en fonction du sexe et de l’âge. Chez les messieurs, Guy Simpson de Cologny (GE) a établi un nouveau record du quart de marathon.

Un succès pas vraiment étonnant dans la mesure où ce Néo-Zélandais se prépare à participer au marathon d’Amsterdam mais avouait avoir souffert dans la grande côte des vignes qui mène d’Orbe à Arnex, qui a éprouvé pas mal de concurrents. Dans le semi-marathon, la victoire a souri à Michel Correvon (Crissier) qui a devancé l’ancien cycliste Michael Randin (Suchy) de 47 secondes.

Du côté féminin, Carole Genoud (Cossonay) s’est montrée la plus rapide sur les 21 kilomètres alors que c’est une junior, Gaëlle Bettex (Lucens) qui l’a emporté sur la petite distance. Les régionaux se sont fort bien défendus, en enlevant cinq catégories grâce à la Vallorbière Nathalie Desseigne (seniors 1 – quart de marathon), le Chavornaisan Jimmy Romanens (juniors – quart), l’Urbigène Patrick Richard (actifs – quart), Cindy Troxler (Orbe) chez les juniors sur le demi et Michael Randin (actifs – demi). Relevons que la plupart des records de la course ont été battus à l’exception de celui du semi-marathon masculin. Vous trouverez tous les résultats sur le site du semi-marathon d’Arnex.

La cloque de Léon

De l’avis de la plupart des concurrents, la montée de Valeyres à Rances a fait très mal aux jambes comme celle à travers les vignes d’Arnex, dans laquelle de nombreux coureurs réclamaient en vain de l’Isostar pour mieux appréhender la fin de l’épreuve. Un parcours qui ne laisse pas beaucoup de répit car cela monte ou descend constamment. De nombreux marcheurs et marcheuses, comme l’équipe du nordic-walking de Villars-Sainte-Croix, ont apprécié de découvrir la région et les paysages somptueux qu’elle offrait en ce très beau jour.

Un groupe de Slovaques et Tchèques de Neuchâtel soulignaient que les concurrents déguisés n’étaient pas assez nombreux. A défaut, des dames ont bien aimé le château de Valeyres et son vin alors qu’une maman aurait souhaité davantage d’amuse-gueule en cours de route. En tous les cas, Gérard Tripod et Thierry Viret ont fait honneur à tous les stands, sans excès puisqu’ils ont terminé leur pensum de 22 kilomètres, malgré les cloques et l’inexpérience de Léon.

Quant à Pierre-Philippe Blanc (Valeyres), organisateur des Galops du Terroir, il a fait l’amère expérience qu’en procédant de la même manière que les deux Urbigènes, ce n’était pas le meilleur moyen d’obtenir un résultat! Bravo à tous et surtout aux organisateurs dont la compétition attire de plus en plus de monde; plus de deux cents concurrents de plus que lors de la deuxième édition, preuve qu’elle plaît et qu’elle constitue une belle propagande touristique pour la région.

Relevons enfin que les vignerons d’Arnex vous invitent ce dimanche à participer à leur balade gourmande.

Photo Pierre Mercier

Pierre-André Vuitel se bat comme un beau diable pour sauver son musée.

Orbe: des échéances soudaines

Pierre-André Vuitel se bat comme  un beau diable pour sauver son musée.

Pierre-André Vuitel se bat comme
un beau diable pour sauver son musée.

Vendredi dernier, Pierre-André Vuitel, le responsable du musée «Au fil de l’eau», tenait conférence de presse, à la veille des journées du Patrimoine, en compagnie des présidents du Théâtre de la Tournelle (Isabelle Monnier-Cuche) et de la Commission Culturelle et des loisirs (Patrice Lefrançois). Ensemble, ils ont défendu leur projet de créer une maison de la culture à Orbe. Idée louable certes mais dans un bâtiment qui n’appartient pas à la commune, qui participe un peu à une étude du propriétaire sur l’avenir de la bâtisse.

On peut comprendre l’entrain de M. Vuitel qui tente par de nombreux moyens de sauver le lieu qu’il a forgé avec ses collaborateurs d’Eau 21. Son bail arrive tranquillement à son terme et, en plus, VO Energie va quitter le bâtiment ce qui le privera de sa source énergétique. En outre, il emploie des gens en instance de réinsertion professionnelle (ORP) dont le contrat doit être renouvelé prochainement avec l’Etat de Vaud. Autant d’épées de Damoclès qui incitent le gérant à se battre pour l’avenir de son musée remarquable. Malheureusement, la commune d’Orbe ne peut lui donner aucune garantie pour l’instant. N’étant pas propriétaire des lieux et ne sachant pas quel investissement elle devrait consacrer à l’achat et à la rénovation de cette aile des anciens Moulins, elle demeure sur la réserve à l’heure où d’autres infrastructures coûteuses et nécessaires se profilent.

Maladroit

Oubliée malheureusement par l’initiateur du projet, l’école de danse Harmonia a fait circuler dernièrement une pétition afin que ses locaux, à l’intérieur de ce même bâtiment, ne soient pas sacrifiés. Si la démarche n’était pas exemplaire (le Conseil communal comme la Municipalité ne peuvent pas se prononcer sur ce sujet, comme vu plus haut), rappeler que ce studio existe bel et bien, n’était pas inutile. Dommage que vendredi dernier, les responsables de Harmonia ont cru bon d’ignorer la conférence de presse, en accueillant leurs fans, juste à côté du musée. Comme un pied de nez ou un défi qui ne servira qu’à diviser les acteurs culturels d’Orbe!

Banque

Pas pire que d’autres

Banque

Banque

Si les sujets qui sont soumis à votation par le peuple suisse ne suscitent pas des débats sans fin, celui sur le secret bancaire, qui sera présenté en novembre, ne manque pas d’opposer la droite et la gauche.

C’est surtout la politique du Conseil fédéral en la matière qui a provoqué des réactions diverses. Le sujet est d’autant plus important qu’il y va de l’avenir de la place bancaire dans notre pays. Un domaine dans lequel les places de travail sont nombreuses. Aujourd’hui, sacrifier le secteur paraît suicidaire. Il faut dès lors trouver un modus vivendi qui puisse maintenir l’emploi tout en aménageant notre statut.

Notre gouvernement a commis des erreurs, notamment en autorisant la dénonciation d’employés par leur banque, aux Etats-Unis en particulier, ce qui est pour le moins étrange. Qu’il ne couvre pas la politique agressive de certains établissements peut se comprendre. En procédant de la sorte, il a cédé à la pression de pays européens ou des Américains.

Car d’autres qui font toujours du secret bancaire un argument, n’ont pas modifié leur « voilure ». Qu’elles soient d’Outre-Atlantique, d’Angleterre, du Luxembourg, du Liechtenstein ou d’ailleurs, leurs banques poursuivent leur chemin dans la protection des plus fortunés sans être inquiétées. L’idée d’imposer un impôt aux étrangers qui cherchent refuge dans nos banques est bonne. D’un certain point de vue, c’est assez car il n’y a pas raison de se dépouiller alors que d’autres continuent à procéder comme auparavant. Il nous faut cesser de penser que nous devons laver plus blanc que nos voisins même si cela dérange!