Le nouveau président Alix Michel reçoit les clés du Conseil des mains du président sortant, Bernard Werly.

Lignerolle: des chiffres et des félicitations

Le nouveau président Alix Michel reçoit les clés du Conseil des mains du président sortant, Bernard Werly.

Le nouveau président Alix Michel reçoit les clés du Conseil des mains du président sortant, Bernard Werly.

Les comptes communaux sont au beau fixe, mais la prudence reste de mise

Réunis récemment à la salle villageoise, sous la présidence de Bernard Werly et en présence de 21 membres sur 25, le Conseil communal de Lignerolle a écouté le rapport municipal sur les comptes 2011 présenté par Pierre-Alain Gachet ainsi que celui de la commission de gestion lu par Philippe Fonciere. Avec entre autres, un total des amortissements prévu au budget de Fr. 101 150.–, un revenu sur la fortune en diminution de Fr. 67 214.– par rapport à 2010, le budget 2011 qui prévoyait un déficit de Fr. 33 400.–, voit les comptes se solder par un excédent de Fr. 27 240.–, pour un total des produits de Fr. 1 603 776.– et des charges pour Fr. 1 576 536.–.

Election du bureau

Au point 4 de l’ordre du jour, il a été procédé a l’élection d’un nouveau président du Conseil. Le président sortant, Bernard Werly qui a fonctionné plus de dix ans sur deux périodes, a privilégié le renouvellement. Un conseiller est proposé en la personne de Alix Michel. L’assemblée n’ayant pas d’autre prétendant passe au vote. Ce dernier est élu par 19 voix sur 21 bulletins délivrés. Laurent Courtinier vice-président qui se représentait, a été réélu avec 20 voix.
A la suppléance de la commission de gestion sont élus, Jean-Marc Collet et Yvan Bourgeois.

Honneur à Jacques Nicolet

En fin de séance, pour sortir de cette pluie de chiffres, les membres du Conseil, les syndics des communes voisines invités du jour, et la Municipalité in-corpore, se réunissaient pour partager un apéritif dînatoire en l’honneur du municipal Jacques Nicolet élu au Grand Conseil vaudois. A cette occasion, pour applaudir à ce succès, Olivier Petermann syndic, félicite leur député pour son esprit d’initiative et sa marche vers un avenir plein de promesses et, de traduire officiellement les compliments admiratifs de toute la population.

A la veille de son assermentation à la cathédrale de Lausanne et de sa nomination en tant que 2e vice président du Grand Conseil, Jacques Nicolet veut s’investir dans sa mission, mener au mieux de ses possibilités la défense et la représentation de l’arrière pays vaudois, particulièrement notre région, et, espère que la nouvelle période parlementaire lui apporte quelques succès.

A relever, il n’est pas coutume, la présence exemplaire dans cette honorable assemblée, de trois conseillers d’une même famille représentant trois générations Petermann: Marc le père, Fréderic le fils et Fabien le petit-fils, un engagement civique qui mérite d’être cité.

Photo Alain Michaud

La Municipalité de Valeyres-sous-Rances. De gauche à droite: Ch. Kaenel, P. Weidmann, N. Piguet, C. Blanc et T. Vidmer.

Valeyres-sous-Rances: première présidente du Conseil

La Municipalité de Valeyres-sous-Rances. De gauche à droite:  Ch. Kaenel, P. Weidmann, N. Piguet, C. Blanc et T. Vidmer.

La Municipalité de Valeyres-sous-Rances. De gauche à droite:
Ch. Kaenel, P. Weidmann, N. Piguet, C. Blanc et T. Vidmer.

Ce dernier mercredi du printemps signait pour le Conseil général de Valeyres-sous-Rances le départ de son Président du Conseil, Raphaël Berthoud.

Ce dernier sera remplacé par Sylvie Glayre, première femme à accéder à cette fonction dans la commune.

Comme partout ailleurs, les comptes communaux 2011 étaient au programme. Ceux-ci montrent un excédent de produits de Fr 178 000.- avec des charges à Fr 2 41o 000.- pour des revenus à Fr 2 591 000.-. Les disponibilités sont de Fr 1 188’000.-. Le bilan est donc très sain. Les comptes sont acceptés à l’unanimité.

Les comptes 2011 du SIARV (Service intercommunal d’adduction d’eau de Rances et Valeyres-sous-Rances), présentent quant à eux un déficit de
Fr. 8 519.-. Ce déficit est principalement dû à divers travaux d’entretien non prévus au budget. Ces comptes sont acceptés.

Discussions nourries autour de l’amenée du gaz

En mars 2012, le préavis municipal 06/12 demandant un crédit de Fr. 280 000.– pour financer l’amenée des eaux claires et du gaz aux parcelles 70, 537, 538 et 364 avait été accepté. Pourquoi y revenir? Corinne Tallichet-Blanc, syndique, nous explique que, selon le plan directeur cantonal, Valeyres n’est pas assimilé à un centre. L’impact se fait sentir au niveau des zones à bâtir.

Selon les directives cantonales, pour Valeyres-sous-Rances, le nombre d’habitants maximal est de 560 habitants en 2023; à savoir qu’aujourd’hui, en 2012, ce plafond est déjà atteint! La parcelle 364 comprise dans le préavis précédent, ne remplissant pas les critères de zone à bâtir, ne pourra donc pas être construite. Ceci diminue significativement les mètres linéaires de travaux et conduites, ainsi que le coût. Le crédit demandé est de Fr 138 000.- (celui-ci annulant et remplaçant le crédit de Fr 280 000.- voté en mars 2012).

Ce préavis est accepté. S’ensuit une discussion véhémente autour du gaz; certains désireraient que la Municipalité prévoie l’amenée du gaz, en tant que tel et non pas uniquement profiter de travaux de creuse pour l’inclure alors. Telle n’est pas la vision de la Municipalité. La syndique indique clairement que la Municipalité a mûrement réfléchi à ce sujet et qu’elle maintient sa position. Des conduites privées peuvent être tirées.

Deux autres préavis, l’un portant sur des travaux de remplacement de la conduite d’eau endommagée à la rue du Manoir, l’autre sur le règlement communal sur les émoluments administratifs, sont adoptés.

Quelques communications de la Municipalité

Nathalie Piguet nous informe que l’idée d’une balade annuelle informelle à thème se concrétise, suite à la promenade du 12 mai dans nos bois.
Corinne Tallichet-Blanc communique que le projet des éoliennes est refusé et que par ailleurs, les subventions allouées en cas d’économie d’énergie dans les constructions, victimes de leur succès, vont être revues à la baisse!

Dès 22 h. 30, la Municipalité et Raphaël Berthoud convient l’assemblée à une sympathique collation.

Photo Catherine Fiaux

Bâtiment du centre ancien d’Arnex.

Arnex: de la taxe au sac à POCAMA

Bâtiment du centre ancien d’Arnex.

Bâtiment du centre ancien d’Arnex.

Jeudi soir passé se déroulait à Arnex la traditionnelle séance de printemps-été du Conseil général sous la présidence de Jean-Luc Porchet, par ailleurs brillamment réélu en fin de séance pour une année supplémentaire.

C’était avant tout une soirée destinée à l’examen des comptes et de la gestion annuels 2011. Bien que le président ait rappelé la règle avec insistance en début de séance, se lever à Arnex, pour prendre la parole, semble faire partie des obligations que par principe, l’on n’observe pas. Dommage, la clarté des débats en souffre, car ils prennent rapidement la forme d’une discussion généralisée, de laquelle il est difficile d’extraire la substantifique moelle.

Comptes 2011 dans le noir

Après trois nouvelles assermentations et les opérations d’usage de début de séance, l’examen des comptes de la commune pour 2011 laisse apparaître un excédent de recettes de plus de Fr. 20 000.–Ceci sans compter des attributions confortables aux provisions, pour plusieurs centaines de milliers de francs, sur un total de recettes et dépenses de l’ordre de Fr. 2.4 millions. Le syndic Max Débieux explique ce bon résultat par des recettes supérieures au budget dans plusieurs domaines, que ce soit celui des impôts en général ou des retours de péréquation et de facture sociale en particulier. Pratiquement sans discussion, les comptes et la gestion communale 2011 ont été acceptés à l’unanimité.

POCAMA et déchets

Le Municipal Bernard Bovet a expliqué que la Municipalité, sous l’impulsion très active de Valorsa, avait choisi l’option taxe au sac concernant l’élimination des déchets de la commune. Un projet de règlement est en préparation, vraisemblablement plutôt pour 2014 et non pour 2013 comme le préconise l’entreprise de traitement des déchets. La taxe au poids nécessite à ses yeux des investissements trop lourds, des coûts de fonctionnement trop élevés et une gestion compliquée. Les oreilles des concepteurs de POCAMA, le fameux portail cantonal des manifestations, ont à nouveau dû siffler violemment, au vu des critiques apportées à ce système par plusieurs conseillers. La Municipalité a pu constater le problème concrètement avec une réunion de 400 scouts qui devait avoir lieu au printemps, mais qui a été annulée, les organisateurs ayant perdu patience face aux complications de POCAMA.

La Municipalité étudiera encore la création d’un Jardin du Souvenir, au cimetière, sur une motion de Josette Morel prise en compte par le Conseil.

Photo Olivier Gfeller

Ruth Kuffer avec son érable, avec Michel Besson, président du Conseil sortant et Stéphane Schneider nouveau président.

Pompaples: mené avec doigté

Ruth Kuffer avec son érable, avec Michel Besson, président du Conseil sortant et Stéphane Schneider nouveau président.

Ruth Kuffer avec son érable, avec Michel Besson, président du Conseil sortant et Stéphane Schneider nouveau président.

Des finances saines

Sous la présidence pour une dernière fois de Michel Besson, le Conseil général de Pompaples s’est réuni dernièrement à la salle communale de la Biolle. Après la lecture du préavis municipal par Juan Barca et du rapport de la commission de gestion par Gilles Pittet, les 31 conseillers présents ont adopté sans question et à l’unanimité les comptes de l’exercice 2011, qui présentent aux charges Fr. 2 811 651.– et aux recettes Fr. 2 819 720.–, soit un bénéfice de Fr. 8 068.–.

Protection civile en mutation

Dans le cadre du réaménagement cantonal de la Protection civile, la commune de Pompaples se voit «bousculée» avec le nouveau découpage qui doit ramener le nombre des régions de 21 à 10, cela en regard des nouveaux districts. A cet effet, Pompaples se doit de quitter l’ ORPC de Cossonay pour rejoindre l’ORPC de Morges, qui va compter pas moins de 62 communes dans sa zone. Après lecture du préavis municipal par Pascal Chassay et du rapport de la commission ad hoc par M. Bichsel, l’assemblée accepte unanimement cette nouvelle mouture.

Election du bureau du Conseil

Le président en place, Michel Besson, souhaite se retirer après quatre ans de fonction. A cet effet, il présente en la personne de Stéphane Schneider, établi au village depuis 1998, un membre du Conseil qui consent à le remplacer. Personne dans la salle ne portant intérêt à cette charge, l’organe délibérant a élu ce dernier par 23 voix sur 31 bulletins délivrés.

Dans l’élan, est élu à la vice-présidence, Jean-Claude Desarzens avec 30 voix, et par applaudissements, comme secrétaire, Charly Clerc, et comme scrutateurs, Dominique Leemann et Vincent Studer.

A l’heure des communications, le président fait part du nom des bénéficiaires du montant des jetons de présence des conseillers; ils seront versés pour 2011, au foyer pour enfants en difficulté «La Cigale» et, pour 2012, à l’Association «Les Chapiteaux du cœur», choix approuvé par l’assemblée.

Le syndic, Roland Studer, présente le nouvel employé communal qui va remplacer madame Ruth Kuffer laquelle a fonctionné 16 ans à la conciergerie des bâtiments communaux et qui prend une retraite méritée. Il se fait le devoir et le plaisir à l’occasion de ces départs, de remercier chaleureusement et de remettre le cadeau idoine à Michel Besson pour son entregent. Il remercie aussi Ruth Kuffer pour sa serviabilité et gentillesse, en lui offrant un magnifique plant d’érable du Japon.

Photo Alain Michaud

Une Multipress Eco de ce genre sera installée à Essert-sous-Champvent.

Champvent: chiffres et déchets

Une Multipress Eco de ce genre sera installée  à Essert-sous-Champvent.

Une Multipress Eco de ce genre sera installée
à Essert-sous-Champvent.

Mardi 19 juin, plus de 50 habitants de la nouvelle commune ont transpiré pour adopter les comptes de Villars, d’Essert et de Champvent. En effet, ces trois villages ont présenté leurs comptes communaux pour la dernière fois, vu que 2012, ne verra plus qu’une comptabilité.

Tout d’abord l’assemblée a accepté les comptes, de l’Association Champvent-Essert-Villars pour la gestion de la station d’épuration, qui se bouclent avec une perte nette de Fr. 48 221.15.

Le village de Villars, avec de gros travaux réalisés sur le chemin du Croze, boucle ses comptes 2011 avec un excédent de charges de Fr. 26 838.41.
Essert a remis en état sa place de jeux pour Fr. 17 946.– et l’exercice se termine avec un bénéfice net de Fr. 7 099.25.

Champvent, malgré des frais pour le livre sur le village, les travaux sur le terrain de foot, au battoir, à la déchetterie et à la station de pompage, les comptes présentent un excédent de produits de Fr. 6 070.29. Tous ces comptes ont été acceptés.

Gestion des déchets

Actuellement Champvent facture une taxe au poids, alors que Essert et Villars ont une taxe au sac.

La proposition de la taxe au poids sur toute la commune est âprement discutée, mais finalement acceptée par l’assemblée. Une benne compactante sera installée à Essert et les habitants de Villars devront, à l’avenir, déposer les sacs de déchets ménagers à Essert ou à Champvent. La déchetterie d’Essert reste ouverte, sauf pour les objets encombrants, qui devront être acheminés à Champvent.

Eau, jeux etc.

Le bureau est reconduit et les discussions suivantes tournent autour de l’eau potable du captage du Pré-doux, qui a un goût et une couleur douteux. Elle reste consommable et est analysée 12 x/an. Le captage actuel doit être remplacé rapidement, c’est pourquoi les essais de forage continuent cet été.
Le syndic, Olivier Poncet, a encore signalé la présence dans les villages, de rôdeurs et recommandé à ses concitoyens d’être vigilants, également sur les entreprises itinérantes de «démoussage» des toitures qui utilisent des produits trop toxiques.

Une dernière offre a été faite concernant la création d’une cantine scolaire (lundis et jeudis) dès la rentrée. Les inscriptions sont ouvertes.

Photo Marianne Kurth

La vue depuis Grange-Neuve vendredi soir.

Baulmes: Raiffeisen fustigée au Conseil

La vue depuis Grange-Neuve vendredi soir.

La vue depuis Grange-Neuve vendredi soir.

C’est au chalet d’alpage de Grange-Neuve que le Conseil communal de Baulmes a tenu séance vendredi sous la présidence de Luc Pillevuit. C’est un cadre magnifique et plus récréatif que l’habituelle salle, au point d’ailleurs qu’en réponse à l’appel de début de séance, les membres étaient invités à préciser leur choix de menu pour la suite de la soirée. Ce qui donnait lieu à un dialogue particulier dans lequel le terme «royale» évoquant la grandeur de la croûte au fromage attendue précédait souvent le traditionnel «présent».

Comptes 2011 dans le rouge

Après l’assermentation de Carole Beati remplaçant un collègue démissionnaire, les conseillers se sont penchés sur la santé financière de la commune et plus particulièrement sur son exercice 2011. Les recettes et dépenses de l’an passé ont atteint la somme de 4.9 millions de francs, avec un excédent de dépenses de Fr. 165 000.–. Ce résultat est à mettre au compte de l’absence des militaires, qui en plus n’avaient pas prévenu qu’ils ne viendraient pas au moment de l’établissement du budget.

On y ajoutera différentes dépenses budgétisables, comme par exemple le vol des cartes CFF, survenu en 2012, mais comptabilisé sur l’exercice 2011 pour un total de Fr. 11 000.–. Ces différences n’ont pas empêché le Conseil d’approuver sans réserve les comptes 2011. Ils ont fait de même avec la gestion administrative de la commune, votée après la deuxième lecture du rapport de la commission et la prise de position de l’exécutif sur les remarques formulées.

Une fermeture qui choque la population

Selon Nadine Pérusset, l’agence de la banque Raiffeisen de Baulmes fermera ses portes définitivement à la fin de l’année 2012. «Cette fermeture est contraire aux promesses faites par l’établissement lors du processus de fusion, au cours duquel on nous avait assuré qu’une telle issue ne surviendrait pas» a précisé encore la conseillère, qui a déposé une interpellation soutenue par le Conseil unanime pour qu’une lettre circulaire de protestation soit adressée à la banque concernée, lui demandant de revenir sur sa décision.

«La fermeture de la banque est le début de la gangrène», a encore affirmé la pétitionnaire. «Nous perdons tout pouvoir de décision au village et cette fermeture pourrait être suivie par d’autres, à commencer par la poste. Un véritable problème pour les clients locaux à mobilité réduite, mais aussi une question de principe par rapport à l’histoire de l’établissement».

En fin de séance, le Conseil s’est encore doté d’un nouveau président, en la personne de Marc von Ow, par ailleurs abbé-président de la Société militaire de Baulmes, élu très facilement à cette charge par 37 voix sur 38 bulletins rentrés.

Photo Olivier Gfeller

Didier Zumbach ( à gauche) passe les clefs de la ville à son successeur au perchoir Denis Tschannen.

Orbe: autonomie communale, agonie programmée ?

Didier Zumbach  ( à gauche) passe les clefs de la ville à son successeur au perchoir  Denis Tschannen.

Didier Zumbach
( à gauche) passe les clefs de la ville à son successeur au perchoir
Denis Tschannen.

Dernière séance de l’année politique ce jeudi 21 juin puisque Didier Zumbach a présidé pour l’ultime fois le Conseil communal. Il a ensuite passer les clés du pouvoir et la clé de la Commune à son successeur brillamment élu en la personne de Denis Tschannen, personnalité et personnage sympathiquement connu à Orbe.

Préavis pour les vacances

Quatre préavis ont été déposés, ou annoncés qui ne vont, une fois n’est pas coutume, que peu influencer les comptes communaux. Il s’agit d’une demande de crédit pour la mise en séparatif de la rue de la Poste, la construction d’un nouveau collecteur au chemin des Bouleaux, quelques réfections des berges de l’Orbe et du pont du Puisoir, ainsi qu’une de demande de déterminations sur le schéma directeur Orbe Sud.

Gestion et comptes 2011

Le rapport de gestion et des comptes, fort bien détaillé et commenté, n’a pas généré de bien grandes discussions.
Il apparaît que grâce à la prochaine réception d’une rétrocession, l’exercice 2011, bouclera sur un très léger bénéfice d’un peu plus de Fr. 100 000.–, chiffre pour le moins réjouissant quant on sait que le «ménage communal» a généré le brassage» de plus de 32 millions de francs l’an passé.
L’endettement par habitant, quant à lui, bondit de plus de 1’500.- en un an pour s’inscrire à Fr. 8 513.–.
C’est une réalité moins jubilatoire sur laquelle il va bien falloir veiller dans le futur!

Nouvelle caserne du feu : feue l’autonomie communale!

Si le principe de la construction d’un nouvel immeuble pour nos pompiers n’a soulevé aucune objection, le fait de confier la chose à une entreprise générale sans attaches particulières avec Orbe ni même sa région, a quelque peu interpellé l’auditoire.

Il ressort de la réponse municipale concernant les adjudications que le système désormais en vigueur et relevant de la loi sur les marchés publics, ne permet plus aux autorités locales d’attribuer elles-mêmes les travaux, dès que ceux-ci dépassent certain(s) montant(s).
Il semble bien que l’ultime potentiel décisionnel accordé à nos édiles soit celui de payer! Ici et en l’occurrence il s’agit de 6 millions de francs, dont à déduire la subvention de l’ECA.

Construction de nouvelles salles de classes sur le site de Chantemerle

Le crédit sollicité de Fr. 8 700 000.– en vue de la construction et de l’ouverture de 9 nouvelles salles de classes sur le site de Chantemerle a été accepté à l’unanimité, ceci sans remarques ni objections particulières.

Soirée métaphoriquement «riche en dépenses» qui, en guise de conclusion de cette première année de la nouvelle législature, s’est terminée autour du ou des verres de l’amitié après quelques brefs discours de circonstance.

Photo Pierre Mercier

Echec et match

L’été sera chaud en matière sportive, c’est au moins cela dans cette période climatique maussade. A l’offre estivale habituelle, s’ajoutent heureusement les tournois de tennis de Roland Garros et de Wimbledon, ainsi que les tours cyclistes, l’Euro de football et les Jeux Olympiques d’été de Londres ce qui ravit les amateurs de sport.

L’Ukraine et la Pologne s’apprêtent à mettre la touche finale à une compétition footballistique de bonne tenue. D’abord sur le plan du fair-play puisque les arbitres n’ont pas eu à sévir beaucoup, car la correction a présidé aux débats. Il faut dire que de nombreux joueurs, adversaires d’un jour, mais coéquipiers dans les clubs, se respectent davantage. Cet état d’esprit est à relever. Ceci permet de dire que le football est en train de gagner la bataille contre l’antijeu.

Ensuite, le jeu a été de qualité. Trop parfois au point que l’on a eu le sentiment d’assister à des parties d’échec. On cherche surtout à ne pas perdre le ballon, et cette conservation du cuir peut être ennuyeux si l’on se réfère aux prestations de l’Espagne. A trop vouloir être parfait, on finit par annihiler la folie. Pour qu’une partie soit intéressante, il faut des erreurs et des exploits.

J’ai le sentiment que cela a manqué un peu. En plus, on a mis en évidence l’organisation défensive de plusieurs formations, mais ne fait-on pas l’apologie de systèmes que l’on stigmatisait, il n’y pas si longtemps, comme le catenaccio italien que tout le monde déplorait à l’époque. Il n’empêche que la logique a été parfaitement respectée, si bien que les meilleures équipes se sont retrouvées dans le carré final.