L’ouverture du bal en valse.

Bofflens au rythme de la danse

L’ouverture du bal en valse.

L’ouverture du bal en valse.

Parents et enfants se sont vus dédier toute une soirée, vendredi, lors d’un bal organisé par Yamilé Arsenijevic, maîtresse d’école au CIN de Romainmôtier. Après avoir su faire rêver le public l’an dernier à travers les films d’animation entièrement réalisés avec ses élèves, elle a mis la barre haute cette année avec son projet de bal. Mais attention, pas un simple bal comme ceux de jeunesse, non, elle a décidé de mettre en place un véritable bal band avec parents, grands-parents, parrains, marraines, etc…

Tous amateurs, ils se sont entraînés régulièrement dans la salle de Bofflens. Ils ont d’ailleurs remercié la Municipalité de la leur avoir prêtée gratuitement pendant une longue période. Grâce à ce projet ambitieux, dont le but a largement été atteint au regard de l’enthousiasme du public, les enfants n’ont pas seulement appris de nombreuses danses (valse, twist, danse en ligne, et j’en passe) mais aussi l’entraide, le respect, le dépassement de soi et une réelle amitié.

Malgré l’envergure de la tâche, le rêve que Yamilé avait osé imaginer a été un réel succès et au vu de la joie que les enfants nous ont transmise au travers de chansons, danses et mimiques sympathiques. Ils déborderont sûrement de motivation pour la prochaine idée de leur maîtresse! Pour ma part, je retiendrai en premier lieu le «Rap des animaux» chanté/récité par certains élèves, qui était aussi touchant à écouter que drôle à regarder.

Photo Katy Josi

Le gagnant de l’étape Stéphane Heiniger.

L’étape de Chavornay, départ du Tour du Pays de Vaud printanier

Le gagnant de l’étape Stéphane Heiniger.

Le gagnant de l’étape Stéphane Heiniger.

Avec près de 400 participants, jeunes et moins jeunes, la course de Chavornay et ses 8.95 kilomètres d’efforts, sur des routes et chemins forestiers, a tenu ses promesses. C’est en dessous des 30 minutes (29’57’3’’) que Stéphane Heiniger d’Yverdon-les-Bains a remporté la victoire. Suivi de près par Patrick Vonlanthen de Molondin à 43 secondes et d’Antoine Hynes à 2’11’’ du vainqueur. Les lauréats ont pris également la tête du tour.

La première femme à franchir la ligne d’arrivée fut Stéphanie Bourqui de la Sarraz avec un temps de 39’35,7’’, suivie de Céline Monnard de Cheseaux-Noréaz à 8’’ secondes et de Odile Rufener de Vuitboeuf à 1’40’’.

À noter les belles performances de Cédric Delemont d’Orbe qui termine l’étape en 4e place des HSen2, de Domenico Marella de Chavornay 5e des HSen1, de Rima Barzarbachi De Pury d’Orbe 5e des DSen2 et de Dylan Demont de Pompaples, qui se place à la 5e place des Juniors.

Ainsi, cette course de Chavornay, 1ère étape du Tour du Pays de Vaud, a été propice à de bons résultats, d’autant que l’effort des athlètes fut à la mesure du parcours. La prochaine étape de Yens le 6 juin prochain terminera ce mini TPV printanier. C’est le 5 septembre prochain, à Saint-Prex, que la finale permettra de découvrir les résultats de ce tour 2012.

Rendez-vous l’année prochaine.

Charmés d’être ensemble

Au Raisinet Gourmand; une table conviviale, un espace de rencontres

Charmés d’être ensemble

Charmés d’être ensemble

Dans le cadre de l’animation Pro Senectute Vaud, Isabelle Capt accueille chez elle de manière bénévole les aînés, des personnes seules qui cherchent de la compagnie, en proposant de prendre un repas familial dans une cordiale ambiance une fois par mois.

Dans une villa mitoyenne au fond du chemin de Contramont 5, nous trouvons une maison située au cœur de la nature. Une fois passé le pas de la porte, un logement où le bois domine et dégage d’emblée un sentiment chaleureux. Isabelle Capt qui recevait pour une première à sa table d’hôtes, avoue humblement ne pas être une cuisinière émérite, mais a démontré le contraire, avec le service d’un savoureux repas à ses quatre premiers convives.

Le but recherché par la création des tables conviviales est de réunir dans un espace de rencontres des personnes en recherche d’une atmosphère familiale, de favoriser le contact humain dans la simplicité, d’ouvrir la voie du dialogue, d’être à l’écoute de l’autre, où l’on échange les potins du coin et certains souvenirs communs. Cela permet, dans cet espace environné de bois qui rend un effet de relax, une onde de bien-être, de dire les choses de la vie avec de simples mots. Une belle expérience qui mérite d’être vécue!

Afin de permettre une continuation heureuse à ce sympathique engagement, Isabelle Capt a programmé pour les intéressés des rencontres conviviales et gustatives les vendredis 6 juillet, 3 août, 7 septembre. 5 octobre, 2 novembre et 7 décembre à midi. (Inscriptions, dernier délai 24 h. à l’avance, tél. 078 668 07 82)

Comme dit l’adage, un repas à plusieurs a plus de saveur!

Photo Alain Michaud

Les frères Décosterd à l’oeuvre de leur art, en arrière-plan une photographie de Mario del Curto.

100e anniversaire du Musée Romand: un siècle, cela se fête !

Les frères Décosterd à l’oeuvre de leur art,  en arrière-plan une photographie de Mario del Curto.

Les frères Décosterd à l’oeuvre de leur art, en arrière-plan une photographie de Mario del Curto.

Cette année 2012, le Musée Romand logé au château de La Sarraz fête son centenaire d’existence. Pour l’occasion expositions, concerts, animations et projections de films (productions Le Flair et Association Climage) sont mis en place ce début juin pour trois jours de célébrations et rencontres d’artistes aussi fantaisistes que surprenants.

Musée Romand 1912-2012

Légué par le Châtelain Henry de Mandrot à la Société du Musée Romand, cette dernière a depuis pour mission d’assurer l’accès au public, recueillir et conserver au château tout objet présentant un intérêt historique ou artistique et favoriser le développement culturel et artistique en Suisse romande.

Sculptures sonores

Musiciens, compositeurs, plasticiens du son et architectes, les Neuchâtelois André et Michel Décosterd sont incontestablement deux artistes décalés. Ensemble, ils réalisent des performances autour du son, de l’image, de la lumière et d’installations interactives. Leurs œuvres instrumentales intitulées «Résonance» entreposées au château relèvent de l’exploit musical et informatique: «Nous avons tiré plus de 450 mètres de câbles à travers le château et cherché à lier lieu et musique; à faire sortir des sons des pierres du château».

Des instruments extra-terrestres

Bill Holden, Américain d’origine, est à la fois passionné et créatif. Il réalise de stupéfiants instruments de musique en recyclant divers objets du quotidien, comme par exemple balai, cintre métallique, bouteille en plastique, etc.

Il ouvre son espace musical «La Sonorie» de La Chaux-de-Fonds aux écoles, au public et travaille en collaboration avec des puéricultrices dans le but de l’éveil musical chez l’enfant. «Je crée selon l’inspiration qui me vient en regardant un objet» explique M. Holden. Personnage insolite, il encourage l’invention musicale tout en s’amusant.

Cour et Jardin

Deux expositions de sculptures et photographies sont présentées en plein air dans l’enceinte du château.
Etienne Krähenbühl vous propose de découvrir ses impressionnantes sculptures, lesquelles sont exposées dans de nombreux pays dont l’Espagne, la France, la Belgique, le Liban ou les Etats-Unis. L’artiste s’intéressant aux marques du temps dans la matière a suivi l’école des Beaux-Arts de Lausanne et vit actuellement à La Sarraz. Son atelier se trouve cependant dans les locaux Leclanché à Yverdon, où il bénéficie de l’espace suffisant à la création de son art.

Mario del Curto, photographe de renom, expose ses ouvrages colorés sur le thème «Cabanes». Né à Pompaples, il est le photographe attitré du Théâtre Vidy-Lausanne et expose également à travers le monde. Il a reçu le Prix Jeunes Créateurs de la Fondation vaudoise pour la promotion et création artistique et le prix culturel de la Fondation Leenards.

Photo Sarah Gigon

Les chevaux n’avaient pas l’air ennuyés par la pluie.

Orbe: la mobilité sous l’eau

Les chevaux n’avaient pas l’air ennuyés par la pluie.

Les chevaux n’avaient pas l’air ennuyés par la pluie.

Dimanche se tenait, sur la place du Marché à Orbe, la Journée de la Mobilité. Sur le thème plaisir, mobilité et gratuité.

La pluie tombant parfois en trombes n’a pas découragé les familles et les jeunes. Il a fallu pourtant annuler certaines manifestations, le nordic walking et l’initiation au vélo trial par exemple. Cependant, la bourse aux vélos du matin a bien marché. Quelques courageux se sont lancés sur le parcours d’initiation au vélo concocté par la police municipale.

Et les tours en calèche bâchée, proposé par l’association des écuries d’Arnex, ont également rencontré un bon succès. Une soupe aux légumes préparée par Christian Mojonnier a été servie sur la place, sous tente et en a réchauffé plus d’un.

Vélopass bientôt à Orbe?

Pendant toute la journée, un sondage invitait les passants à s’exprimer sur l’installation d’un vélo en libre service à Orbe. Ce sondage est effectué depuis quelques mois déjà et selon les réponses, la Municipalité pourrait installer un tel service à Orbe. Cela serait un atout de plus pour l’obtention du label «Cité de l’énergie».

Un concours invitait les enfants à réfléchir sur la mobilité et ses conséquences. Parrainé par la Maison des Jeunes, sept panneaux d’information avaient été installés à travers la ville. Les gagnants recevront des entrées à Urbakids, aux Mosaïques ou au cinéma d’Orbe.

Photo Natacha Mahaim

Page Twitter

J’aime, j’aime pas, faut que je twitte!

Page Twitter

Page Twitter

Dans la panoplie des outils à disposition de l’homo electronicus du 21e siècle figurent entre autres les fameux réseaux sociaux. Les plus connus et sans doute les plus utilisés d’entre eux sont Facebook et Twitter.

Le premier est devenu un passage obligé pour les jeunes générations, qui semblent ne pas pouvoir résister à cette vie publique en bandes organisées dans laquelle chacun y va de sa propre photo ou de son propre commentaire sur ce qu’il fait, ressent, apprécie ou déteste. Voir et se faire voir, pourvu qu’on «en soit ou y soit», telle est en gros la devise du richissime petit génie qui a mis au point ce fil à la patte envahissant.

Twitter, de son côté, résume tout message aux fameux 140 caractères au maximum, ce qui n’empêche pas ses utilisateurs d’être ministre, pharmacien ou maçon et de découper une actualité qu’ils vivent comme acteur ou comme spectateur en minuscules tranches d’abrégés. Sur l’instant, dans le moment, dans l’immédiateté et finalement sans que la qualité, la nuance ou l’importance de l’information publiée revêtent la moindre importance. Ces deux médias sociaux font peur aux moyens de communication traditionnels, au point qu’ils en usent et abusent, pour ne pas être en reste.

Mais doit-on à tout prix faire connaître au monde la plaidoirie de l’avocat Machin dans le procès X en direct? Publier n’importe quelle réflexion sur autrui de la même manière? A quoi sert-il de crouler sous l’information non hiérarchisée et non maîtrisée au point de ne plus pouvoir ou savoir comment la trier? Est-il important pour le monde de savoir immédiatement que l’utilisateur Y a dégusté une glace verte à l’eau dans une échoppe urbaine?

Au carrefour d'une nouvelle commune?

Fusion sur la rive droite de l’Orbe?

Au carrefour d'une nouvelle commune?

Au carrefour d'une nouvelle commune?

Des informations avaient filtré il y a quelque temps déjà, mais la confirmation officielle date d’une semaine: les exécutifs des six communes de Belmont-sur-Yverdon, Chavornay, Corcelles-sur-Chavornay, Ependes, Essert-Pittet et Suchy ont pris la décision de lancer un processus d’étude et de réalisation de fusion de leurs six communes.

Un processus long et complexe et qui passe en premier lieu par une information aux différents délibérants des communes concernées, puis par la mise au point d’un préavis d’intention, décrivant dans les grandes lignes les formes et conséquences d’une telle opération. Pendant cette période qui précédera un vote sur l’intention de tous les délibérants communaux concernés, le processus restera ouvert, ainsi que l’a précisé à l’Omnibus le syndic de Chavornay Christian Kunze.

Une intention commune

Christian Kunze qui ajoute également que le processus initié «est d’abord parti d’une première réflexion de trois communes plus «petites», Ependes, Belmont-sur-Yverdon et Suchy, qui sont vite arrivées à la conclusion qu’ensemble elles ne résoudraient pas grand chose par une fusion. Pour qu’une telle opération réussisse, il faut qu’une certaine taille critique soit atteinte, un peu comme dans une entreprise.

C’est d’ailleurs aussi ce qui a dicté la décision de l’exécutif de Chavornay, qui constate que la commune se situe actuellement à un palier où elle est parfois trop petite pour engager certaines dépenses ou investissements qui vont s’avérer indispensables dans l’avenir et nécessaires à une croissance maîtrisée».

Nombreuses questions et conséquences

La nouvelle entité, si elle devait voir le jour en 2016 comme les initiants l’imaginent, compterait environ 5500 habitants. Un millier de moins qu’Orbe actuellement, mais pour un territoire beaucoup plus étendu. Parmi les conséquences qui résulteraient d’une telle décision figure la question du passage obligé à la proportionnelle pour la nouvelle entité, selon les nouvelles dispositions en vigueur.

Du côté d’Orbe, on devrait aussi se soucier à nouveau du futur de la police intercommunale. En effet, Orbe participe à ce dispositif grâce, entre autres, à sa liaison territoriale à Yverdon-les-Bains au travers des communes d’Ependes et d’Essert-Pittet. Or il n’est de loin pas certain que la nouvelle entité à bâtir autour de Chavornay choisisse d’adhérer à ce dispositif, alors que Chavornay vient justement de le refuser. Une liaison territoriale qui dès lors pourrait disparaître, avec des conséquences difficiles à préciser actuellement.

Et que dire de Bavois, actuellement non concernée par ce projet? Le processus de fusion de communes en pays de Vaud est bien rodé. Il reste toutefois long et délicat à manœuvrer. En toutes hypothèses, les délibérants communaux et la population ont et auront le dernier mot. Affaire à suivre.

Quelques chiffres

Chavornay: 1 107 ha et 3 800 habitants
Corcelles-sur Chavornay: 546 ha et 343 habitants
Ependes: 483 ha et 330 habitants
Essert-Pittet: 276 ha et 150 habitants
Belmont-sur-Yverdon: 651 ha et 305 habitants
Suchy: 668 ha et 460 habitants
Total: 3 731 ha et 5 388 habitants
Orbe: 1 200 ha et 6 400 habitants