Depuis la gche. MM. Jovanov et Dubey, collaborateurs de HEP, M. et Mme Tombez, M. Martinucci, collaborateur de HEP et Thierry Vidmer, président du centre collecteur.

Valeyres-sous-Rances: nouveau gérant pour le centre collecteur de céréales

Depuis la gche.  MM. Jovanov et Dubey, collaborateurs de HEP, M. et Mme Tombez, M. Martinucci, collaborateur de HEP et Thierry Vidmer, président du centre collecteur.

Depuis la gche. MM. Jovanov et Dubey, collaborateurs de HEP, M. et Mme Tombez, M. Martinucci, collaborateur de HEP et Thierry Vidmer, président du centre collecteur.

Actuellement, le centre collecteur du moulin de Valeyres-sous-Rances est vide et inactif.

Depuis janvier 2012, en raison du manque de rentabilité, la fabrication des aliments pour bétail a cessé sur ce site. A cette même date, le centre s’est séparé de son employé à plein temps, Daniel Weidmann, en place depuis 29 ans.

Dès lors, une solution s’imposait pour la réception et l’apprêt des céréales, pendant les moissons par exemple, soit un travail à la demande d’environ 20% avec des pics d’intensité.

C’est une société de Salavaux, HEP SA (non, pas la haute école pédagogique!), il s’agit de Pierre-André Tombez et de sa femme Heidi, secondés par quelques collaborateurs qui vont reprendre le flambeau. M. et Mme Tombez sont déjà propriétaires, entre autres activités, d’un centre collecteur à Salavaux.

Dès cet été, HEP assurera donc la réception des céréales, leur préparation ainsi que leur revente au moulin de Valeyres-sous-Rances.

Photo Catherine Fiaux

Les filles du MJOR ont obtenu leur première victoire.

Football: galvaudage dans la région

Les filles du MJOR ont obtenu leur première victoire.

Les filles du MJOR ont obtenu leur première victoire.

Orbe II a raté une belle occasion de se maintenir seul en tête du groupe 4 de 4ème ligue. Lors d’un nouveau match au sommet au Puisoir, réservistes urbigènes et chanvannais se sont séparés sur le score de 2-2. Pourtant, les locaux avaient les moyens de distancer l’adversaire. Ils ont à chaque fois pris l’avantage pour se faire rejoindre dans les dernières minutes alors que Champvent II évoluait en infériorité numérique.

Ce remis est bien plus le fruit de la liquéfaction du jeu d’Orbe que de la suprématie des visiteurs. Si la formation de Vietri a bien maîtrisé la première période, au terme de laquelle elle menait 2-1, elle a complètement déjoué par la suite. Cumulant une succession de mauvais choix dans la conduite de la partie, les joueurs ont cru forger leur destin dans l’action individuelle, vouée à l’échec et conduisant à un énervement exaspérant. Comme la défense ne fut pas exempte de tout reproche dans la couverture et la relance, elle a fini par concéder une égalisation que l’on sentait venir tant l’équipe avait perdu la lucidité nécessaire pour acquérir la victoire, peut-être synonyme de promotion.

Rude tâche

Un mot encore au sujet de la première équipe de Champvent, qui a gagné 4-2 à Lausanne contre La Sallaz, et qui jouera sa place en finale de 2ème ligue lors de la réception de Payerne qui a battu le leader Renens par 4-1 et qui est invaincu dans ce deuxième tour. C’est dire l’ampleur de la tâche!
Enfin, Bavois III est assuré de monter en 4e ligue après son succès contre Veyron-Venoge I b (0-2).

Pour leur part, les juniors A inter ne termineront pas en tête de leur groupe après avoir concédé un nouveau match nul 1-1 contre Bas-du-Lac. Ils comptent en effet cinq points de retard sur le Team Gruyère alors qu’il ne reste plus qu’une partie à disputer. Enfin, on notera que les jeunes filles du MJOR ont remporté le premier match de leur carrière, en disposant de Valmont par 2-1 au cours de la douzième journée de championnat. Bravo!

Photo Pierre Mercier

Suzanne Valet, Viviane Desmeules et Denis Candaux préparant l’élection du président du Conseil.

Premier: le futur de l’ancien collège est lancé.

Suzanne Valet, Viviane Desmeules et Denis Candaux préparant l’élection du président du Conseil.

Suzanne Valet, Viviane Desmeules et Denis Candaux préparant l’élection du président du Conseil.

Les comptes 2011 acceptés

Jean Hauner président du Conseil, avait quelques soucis de longévité pour cette séance. La lecture des comptes 2011, par le syndic Etienne Candaux, qui sont équilibrés, dégagent un léger bénéfice, mais laissent une marge de manœuvre restreinte. Le rapport de la commission de gestion soulignait la bonne tenue des comptes de la commune et demandait un éclaircissement sur la gestion de la forêt. Très peu de questions ou remarques émanèrent du Conseil et ceux-ci furent adoptés à l’unanimité.

Le collège sera enfin transformé

Le syndic présentait le projet de réaliser 2 appartements au rez, dans les anciennes classes, de refaire toute la distribution d’eau, l’électricité et inclure le chauffage à distance. La discussion fut très animée, sur les deux versions proposées, soit les appartements seuls, ou avec une terrasse. Sarah et Benoit Breton parlaient en connaissance de cause du manque de confort : la vétusté des installations sanitaires est vraiment limite: l’eau arrive péniblement au 2ème et il ne faut pas que les voisins de palier, prennent une douche en même temps!

La demande d’appartements est réelle. La Commission de gestion était partagée à ce sujet, et demandait de refuser ce projet. Plusieurs conseillers insistèrent pour qu’effectivement quelque chose soit fait, on a trop attendu. La Municipalité est unie pour que ce projet soit réalisé, en soulignant que la totalité du bâtiment était étudiée, ainsi les combles pourraient être transformés plus tard, les infrastructures seront déjà mises en place.

Après votation à main levée, 12 personnes soutenaient le projet avec terrasse; il y avait 2 abstentions.
Le président du Conseil, put avec soulagement, lever la séance, il était 22h18.

Photo Marlène Rézenne

Willy Helfer, mémoire vivante du fort.

Le fort de Pré-Giroud en perte

Willy Helfer, mémoire vivante du fort.

Willy Helfer, mémoire vivante du fort.

Dans son rapport annuel pour l’exercice 2011, le président de la Fondation du Fort de Vallorbe de Pré-Giroud relève une nouvelle fois la difficulté pour le comité d’équilibrer les comptes.

Une infrastructure de cette importance crée des frais d’entretien souvent imprévus. Les installations techniques anciennes sont certes solides, mais s’il y a un problème, les pièces de rechange sont souvent introuvables, Il faut en retrouver les plans et les refabriquer de A à Z. C’est ainsi qu’une panne à priori mineure de l’ascenseur a coûté Fr. 4’500.– de réparations.

Une alarme permanente à été contractée avec une agence de sécurité, suite à un cambriolage commis avec effraction ayant causé des dégâts importants (portes forcées, vitrines d’exposition brisées etc.). Les charges habituelles ont aussi augmenté. Une perte de Fr. 20’495.– pour l’an 2011 a été enregistrée. La fondation ne recevant aucune subvention, des mesures sont à l’étude pour redresser les finances.

La plus probable est la concentration des horaires d’ouverture au public. Et il faudrait attirer aussi 1000 visiteurs supplémentaires annuellement. Une intense campagne publicitaire a été mise en place par l’Office du Tourisme pour tous les sites vallorbiers. Des échanges de panneaux publicitaires ont été faits avec Swiss Vapeur Parc ainsi qu’avec la station de Villars.  Le traditionnel brunch avec visites guidées aura lieu le 10 juillet cette année. Des spécialités typiquement «combières» seront au menu de cette édition. Cette manifestation attire toujours de nombreux amateurs d’art culinaire régional et d’histoire.

Willy Helfer,historien de terrain

L’assemblée a salué la présence de Willy Helfer, vallorbier, qui a participé à la construction du fort. Puis il a ensuite été responsable des installations techniques de tous les ouvrages militaires construits le long de la frontière vaudoise avec la France. Agé maintenant de 93 ans, toujours bon pied bon oeil, ses conseils, son expérience et ses souvenirs sont précieux pour les «bleus». Une exposition de photos d’époque agrandies au format A4 de la compagnie garde-frontière 214 est ouverte au public à la salle baptisée «splendid».

Photo Jean-Louis Löffel

Martine Kirchhofer (secrétaire) - Michèle Charotton (présidente) et Steve Christen (vice-président).

Juriens: 12 éoliennes pour bientôt

Martine Kirchhofer (secrétaire) - Michèle Charotton (présidente)  et Steve Christen (vice-président).

Martine Kirchhofer (secrétaire) - Michèle Charotton (présidente) et Steve Christen (vice-président).

Le Conseil commence par les communications de la Municipalité. Un moment attendu puisque le parc éolien du Mollendruz fera partie
du programme d’énergies renouvela-bles du canton.

C’est grâce à l’intervention du Conseil d’Etat que le site a été retenu malgré les réticences de quelques écologistes. Certes, le Mollendruz, grâ-ce à un lobbying intense, a été retenu en seconde ligne mais le syndic José Paradela est persuadé que les éoliennes prendront place sur les crêtes du Jura même si elles dérangent quelques personnes de la capitale. «On nous demande de réduire l’impact paysager mais on ne nous demande pas ce que l’on pense de la vision de Lausanne depuis Juriens!», nous dit-il le sourire en coin. «En revanche, je ne pense pas que le fait que le projet émane d’une société zurichoise, nous ait pénalisé. Nous allons attendre le résultat de la consultation publique cantonale avant de recevoir le feu vert définitif des autorités et j’imagine que le parc verra le jour en 2014».

Sabine Hautier, elle, a pris la précaution d’avertir ses concitoyens que la taxe au sac ferait bientôt partie du ramassage des ordures, conformément à la volonté fédérale en la matière. Anne-Claude Grandjean a signalé que la Fondation Comtesse s’est associée à une autre fondation, Mont-Riant, pour assurer le maintien de l’EMS de Juriens (26 lits).

Bénéfice doublé

A l’heure d’évoquer le bilan financier 2011, le rapporteur, Michel Baud, a relevé la bonne gestion de la Municipalité, puisque l’exercice se termine sur un bénéfice de Fr. 12 864.– soit le double de ce que le budget prévoyait. Dans les différents rapports, on retiendra que l’AIVN (Association Intercommunale du Vallon du Nozon) s’est équipée d’un bassin de décantation qui permettra de garantir l’évacuation des eaux usées durant les vingt prochaines années.

Le municipal John Golay, également responsable des constructions de la Protection Civile cantonale, a incité la commune à utiliser les fonds à disposition pour s’équiper au mieux en matière d’abris. Le bureau, lui, a été renouvelé à l’unanimité si bien que Michèle Charotton demeure la première citoyenne du village pour une année supplémentaire. Enfin, l’employé communal, Pierre-Yves Kirchhofer a été remercié pour ses 20 ans d’activité accomplis avec enthousiasme dans une commune où la symbiose entre Exécutif et Législatif existe bel et bien.

Photo Pierre Mercier

Il faut viser entre les portes rouges sans faire tomber les boules jaunes placées sur les cônes.

Les attelages se mesurent à Arnex

Il faut viser entre  les portes rouges  sans faire tomber  les boules jaunes  placées sur les cônes.

Il faut viser entre les portes rouges sans faire tomber les boules jaunes placées sur les cônes.

Dimanche passé s’est déroulé à Arnex le désormais traditionnel concours d’attelages, organisé par la Société de l’Ecurie du Nozon.

Une société qui a complètement renouvelé son comité avec, à sa tête comme nouveau président, Sylvain Laurent et comme «grand organisateur de concours» Nuno da Silva. Des organisateurs qui avaient le sourire dimanche, puisque ce sont plus de 70 attelages qui ont pris le départ des différentes manches de la compétition amicale.

Le matin était réservé à l’épreuve de maniabilité, qui regroupait des équipages à un ou à deux chevaux. L’après-midi est traditionnellement réservé au derby, lui aussi couru par les deux types d’attelages. On peut comparer les différents types de compétition à des figures imposées le matin, suivies l’après-midi d’une épreuve de vitesse et de concentration.

Dans chacune des disciplines, le meilleur résultat est attribué à celui qui effectue son parcours dans le temps le plus bas, tout en accumulant si possible aucune faute, ou un minimum de points de pénalités pour avoir par trop « frotté » les portes des obstacles ou simplement oublié de passer telle ou telle porte, une faute éliminatoire.

Les concurrents étaient venus de toute la Suisse romande et se montraient visiblement ravis d’une compétition bien organisée et qui a bénéficié d’une météo des plus favorables.

Tous les résultats et des images sur le site nunodasilva.ch.

Photo Olivier Gfeller

L’Euro mal en point

Plusieurs pays sont dans la tourmente financière. Plus besoin de vous les citer. On manifeste à gauche et à droite pour s’insurger contre les restrictions décidées par Bruxelles. Les autorités grecques craignent que le peuple donne la victoire, lors d’un deuxième tour d’élection, à la gauche radicale qui rejette les mesures imposées à son peuple.

En Espagne, c’est la menace de faillite qui pèse sur de grandes banques, qui pourrait entraîner le pays dans la déroute financière. L’Italie de Mario Monti cherche une solution introuvable comme le Portugal. Oui, l’euro est menacé.

Le rêve d’une unité continentale s’effrite. Rares sont ceux qui sont prêts à se plier aux diktats de l’Union Européenne. On assiste à un repli nationaliste, loin de l’unité préconisée. Le capitalisme dans sa forme actuelle a-t-il atteint ses limites ? Ailleurs, au Canada par exemple, la protestation grossit face au gouvernement qui veut renchérir le coût des études universitaires. Les peuples ne veulent plus se serrer la ceinture à la suite des errements de leurs gouvernements.Un esprit de révolte souffle actuellement sur l’Occident.

L’Euro de football, qui commencera le 8 juin en Pologne et en Ukraine, fera-t-il oublier les misères du moment ? Il étonnerait car même s’il passionne les gens, les soucis quotidiens ne vont pas pour autant s’estomper.

Une victoire de son équipe nationale ne suffira pas à faire oublier les biens mauvais moments à traverser prochainement. Triste perspective ce d’autant plus que des joueurs italiens s’adonnent toujours au truquage de certains matches. Rien ne va plus!