Ambre: une BD née à Ballaigues

Il aura fallu que des amis proches insistent pour que MRB, ou plus exactement Martine Richard Bovay se décide enfin à faire paraître le premier tome d’une bande dessinée qu’elle a réalisée et mise en scène il y a une vingtaine d’années déjà: Ambre, tome 1, «Le Retour dans la tourmente».

L’artiste a vécu toute sa jeunesse à Ballaigues et y revient presque chaque week-end. Elle possède plusieurs cordes à son arc. En effet, après avoir fait les Beaux-Arts, elle a pour première occupation la sculpture. Comme seconde l’écriture de romans et comme troisième, un peu en dilettante de luxe, le dessin et singulièrement la BD.

Un dessin particulièrement fin

Martine Richard Bovay dessine l’entier de ses scènes au crayon. «C’est la technique que je préfère», explique-t-elle, «elle me permet de mieux exprimer ce que je souhaite faire passer. En plus elle permet d’apporter de petites corrections de détail que l’encre ou le feutre ne permettent pas». Le découpage des scènes de ce premier tome n’est pas habituel: on pourrait même dire qu’il avait quelque chose de particulièrement original au moment où l’œuvre a été dessinée.

A l’image d’ailleurs du format global du premier tome, qui comprend plus de 70 planches, alors que la BD commerciale traditionnelle s’arrête souvent à 52 pages. Dans la démarche de Martine Richard Bovay, il y a une volonté de ne pas être figée dans un moule qu’un éditeur pourrait dresser sur sa route. La forme en BD a autant d’importance que le fond. A propos du fond justement, on précisera qu’il s’agit plutôt d’une BD pour grands enfants et adultes, la première partie d’une saga passionnelle qui se déroule au temps de la Guerre de Sécession.

Cette période de l’histoire fait partie des sujets de prédilection de l’auteure, qui n’hésite pas à retourner sur place pour y vérifier certains détails et y respirer l’atmosphère générale, même si cette dernière a changé à travers les siècles. Le tome 2 de la saga doit paraître en fin d’année ou au tout début de l’an 2012.

Ambre, tome 1, «Retour dans la Tourmente», 74 pages, ISBN 978-2-8399-0884-9, en vente en librairie, prix indicatif Fr. 25.- et sur internet www.bd-ambre.com

Baulmes: les Municipaux pas bien rémunérés



Mercredi soir s’est tenue à Baulmes la deuxième séance du Conseil communal de la législature, sous la présidence de Luc Pillevuit. Au chapitre des communications municipales, le syndic Julien Cuérel est revenu sur la conduite d’eau du Stand qui a connu fuite sur fuite et obstructions. Une entreprise est venue l’inspecter au moyen d’une caméra, avec un verdict sans appel: il faudra la changer, probablement durant les vacances d’octobre.

A part la prise de fonction annoncée d’un nouvel employé communal, le syndic a informé les conseillers que le chalet d’alpage de la Jougnenaz avait mis à l’enquête la création de deux chambres d’hôtes. Cette enquête se termine sous peu et normalement la création de ces deux chambres devrait pouvoir se faire sans opposition. Quant à l’expérience réussie menée en collaboration avec l’EVAM, elle sera reconduite pour une durée de trois semaines à partir du 10 octobre, à condition que la météo permette de continuer les travaux forestiers entrepris avec l’aide des requérants.

Pas très cher à l’heure

Après avoir décidé à l’unanimité de diverses délégations de compétences formelles à la Municipalité en matière de défense des droits de la commune et d’acquisitions-aliénations d’actifs de moindre importance, le Conseil a pris connaissance du rapport de la commission chargée de l’étude des rémunérations du syndic et des municipaux pour la législature 2011-2016. Elle a constaté que le syndic n’était pas trop mal loti en comparaison avec d’autres communes, mais que tel n’était pas le cas des municipaux, qui sont nettement moins bien traités que leurs homologues d’autres communes comparables.

Surtout dans une période où les qualités pour exercer la fonction deviennent plus élevées et multidisciplinaires. Alors que l’on s’attendait à une proposition d’amendement du préavis municipal sur ce point, la commission a finalement décidé de suivre simplement la proposition de son exécutif, non sans relever que la rémunération horaire d’un municipal baulméran était de Fr. 34.–, soit «une rémunération d’un jeune débutant dans la vie professionnelle sans qualifications très particulières».

Le Conseil a encore entendu la première lecture du rapport de la commission de gestion sur sa tournée de montagnes. La commission de gestion a émis un certain nombre de remarques visant à accélérer le processus de réfection de différentes installations vétustes ou endommagées dans les chalets d’alpage de la commune.

Photo Olivier Gfeller

La patinoire des 3 Vallons

Vallorbe: patinoire des 3 Vallons, résultats réjouissants

La patinoire des 3 Vallons

La patinoire des 3 Vallons

Les membres de la société coopérative de la patinoire des 3 Vallons se sont réunis pour leur assemblée générale.
Le rapport du comité sur la gestion du site fait état d’une saison 2010-2011 qui s’est déroulée sans incident technique. Sur le plan de la fréquentation, les résultats sont plutôt réjouissants.

Après prise en compte des subventions communales, l’exercice 2010-2011 est équilibré. Les comptes sont approuvés à l’unanimité et la décharge est accordée au comité.
En ce qui concerne les modifications statutaires, la décision de renoncer à la nomination d’un Organe de Révision, en lieu et place des vérificateurs de comptes habituels, a été acceptée par tous les sociétaires, conformément au CO.

Après avoir formulé ses vœux pour la saison qui démarre, le président Philippe Mamie lève l’assemblée et invite les personnes présentes à partager le verre de l’amitié.

Projet d’avenir
Des panneaux photovoltaïques sur le futur toit de la patinoire?

Bien que l’idée de la couverture de la patinoire ne soit pas encore à l’ordre du jour, elle est débattue dans les coulisses. Cette solution peut améliorer sensiblement l’occupation du site tout en réduisant les frais généraux liés aux caprices de la météo.

Photo Denis Tarantola

Albino Bencivenga, un buteur hors pair

L’éternel Bencivenga

Albino Bencivenga, un buteur hors pair

Albino Bencivenga, un buteur hors pair

En recevant Concordia, Champvent jouait un premier match au sommet. Il a profité de l’occasion pour empocher trois points bienvenus avant sa rencontre de ce dimanche contre le leader, Prilly. Si le jeu a été relativement équilibré, l’équipe régionale s’est imposée grâce à Albino Bencivenga qui a réussi le coup du chapeau. Avec ces trois buts, l’attaquant chanvannais porte son total à 14 réussites lors des sept premiers matches de cette saison.

Il faut dire que le citoyen d’Yverdon était très fier de son exploit puisqu’il lui permettait de fêter dignement la naissance de son deuxième fils, Mirko, né dans la nuit de vendredi à samedi. A 33 ans, «Albi» compte une belle carte de visite. A Champvent, il a déjà scoré à 176 reprises après avoir roulé sa bosse pendant 5 ans en Ligue Nationale. Il a joué un peu avec Yverdon alors que ce dernier se trouvait en LNA, club auquel il est resté fidèle pendant trois ans en Ligue B avant d’aller disputer une saison à Winterthour et une autre à Bellinzone.

Il a également passé par la 1ère ligue avec Echallens notamment. Champvent a donc la chance de bénéficier d’un joueur exceptionnel, réalisateur né avec une science du jeu qui fait qu’il sait aussi se montrer altruiste. Deuxième du classement à trois points en ayant disputé un match de moins que les banlieusards lausannois, il pourrait se propulser en tête de son groupe de 2ème ligue s’il s’impose dimanche à Prilly, qui a été fessé 4-0 par le redoutable Renens. Pour sa part, Bavois II s’est extrait de la zone dangereuse en prenant la mesure de Granges Marnand par 2-0.

Valbal et Vaulion à la fête

C’est Vallorbe-Ballaigues qui a fait la bonne affaire du week-end en 3e ligue, en allant gagner 3-1 à Lausanne contre Porto. Comme Champagne a clairement gagné 4-0 contre la Vallée, Montcherand (défaite 1-0 à Valmont) et Croy (battu 5-1 à Chavornay) se trouvent largués au fond du classement. Les Pique-Raisinets ont six points de retard sur l’antépénultième Champagne alors que Croy est à sept longueurs après sa septième défaite consécutive.

En 4ème ligue, la palme revient à Vaulion qui a contraint Rances au match nul 2-2. D’une part, les Vaulienis s’éloignent de la zone de relégation avec 7 points d’avance sur les cancres que sont Suchy et Arnex qui n’ont pas engrangé la moindre unité jusque là. D’autre part, ce remis amenuise un peu plus les chances des Rancignolets de bien figurer. Ils ne sont que cinquièmes, à cinq longueurs de Champvent II qui a remporté le match au sommet du week-end (4-1 contre Nord Gros VD) alors que les autres parties ont été renvoyées.

Dans la dernière division, Valbal II a rétabli la situation après son couac de la semaine précédente. Vaincu d’une manière incompréhensible par Venoge IIb, il a remporté le match au sommet contre la troisième formation de Bavois (0-3) et reprend la tête d’un classement très ouvert. Il ne possède en effet qu’un point d’avance sur Bavois III et sur Donneloye II qui a disposé de Saint-Prex II (4-1) ce dernier retrouve à deux points du leader.

Enfin, les juniors A du MJOR sont assurés de poursuivre leur route dans le groupe interrégional au second tour. Ils demeurent en tête de leur groupe avec trois longueurs d’avance sur Gland avec qui ils ont fait match nul 2-2.

Photo Pierre Mercier

Au refuge de Vaulion, les participants sont accueillis par un froid mordant

2011, année internationale de la forêt

Au refuge de Vaulion, les participants  sont accueillis par un froid mordant

Au refuge de Vaulion, les participants sont accueillis par un froid mordant

A Vaulion, la forêt c’était aussi la nature et du naturel.

Prémices d’un hiver précoce…?

Pour ce dernier rendez-vous à Vaulion de l’année internationale de la forêt, et malgré une drache glaciale, nombre de personnes s’étaient déplacées pour suivre les explications du garde forestier, Philippe Guignard, qui dirige l’association du Triage des Auges (regroupant les communes d’Agiez, de Bretonnières, de Premier et de Vaulion), et qui avait mis sur pied les rencontres de la forêt et du travail des hommes sur le terrain en quatre épisodes et quatre lieux distincts.

Arrivés au Refuge de Vaulion, les participants sont accueillis par un froid mordant. Les bénévoles et les organisateurs offraient de la cuchaule et de la moutarde de bénichon, sans oublier un café bienvenu. A côté du refuge, sous une tente, depuis 7 h. le matin, une soupe aux pois de derrière les fagots mijotait pour célébrer, sur le coup de midi, le retour des sympathisants de l’expédition forestière.

La forêt du Triage des Auges et quelques chiffres

Ph. Guignard présentait l’exploitation et le bilan sur les 34 années de fonctionnement du Triage des Auges, qui est aussi formateur (futurs bûcherons) depuis sa création. A partir de la commune d’Agiez à ~ 500 m. d’altitude, la forêt culmine à 1482 m. au sommet de la Dent et avec une surface de 1 400 hectares. Pour Vaulion, la forêt couvre
625 h. et 3 700 m3 d’arbres dont 2 800 de résineux et 900 de feuillus. Sur le parcours, les bûcherons avaient préparés, sur des bancs en mélèze, la présentation du cycle de la vie des arbres à partir de la graine.

Etonnamment, chaque essence forestière est porteuse de fleurs, mais le simple péquin (y compris votre serviteur) ne va pas les voir. L’exposé des jeunes de l’équipe du triage, David, Alexandre et François, passionna tellement l’auditoire, avec les photos de graines et fleurs minuscules que, sûr, les gens seront attentifs au printemps prochain. Fleurs hermaphrodites (complètes), monoïques (androgynes, les épicéas) ou dioïques (séparées, le saule). Le noisetier qui fleurit déjà en février, étant le plus précoce. Une comparaison amusante: les graines lourdes (chêne) 100 par kg. et les graines légères (bouleau) 1 000 000 par kg.! On comprend que ce dernier est le premier colonisateur de terrains en friche (ancienne gravière).

Après l’explication des soins culturaux et l’apport de lumière pour les résineux, tout le monde se retrouvait au refuge pour déguster la soupe et remercier les membres du triage pour l’enseignement qu’ils ont transmis au cours de cette année.

Photo Marlène Rézenne

Mme Mertenat recueillant les votes pour le président du Conseil.

Premier: premier conseil de la nouvelle législature

Mme Mertenat recueillant les votes pour le président du Conseil.

Mme Mertenat recueillant les votes pour le président du Conseil.

Nominations et arrêté d’imposition, principaux points à l’ordre du jour.

Après l’appel nominal, élection du président du conseil

Madame Desmeules, secrétaire, procédait à l’appel des membres de l’assemblée. Quatorze membres sur les vingt élus étaient présents. Plusieurs personnes avaient demandé à être assermentées ce soir-là, dont Jean Hauner. Ainsi, Denis Candaux, vice-président du Conseil, après la lecture du serment, recueillait les promesses de 8 nouveaux conseillers.

Lors de l’assermentation générale pour l’exercice 2011-2016 des autorités et des conseillers par Madame Voutaz, préfète du district, Jean Hauner était absent. Il se présentait à sa propre succession comme président du Conseil général, lors de ce jeudi 6 octobre à la salle du Tirage. Etant seul candidat, celui-ci se retirait durant la votation. Sur 22 bulletins délivrés, il obtenait 20 suffrages. Il présidait la suite du conseil.

Arrêté d’imposition

Le syndic, Etienne Candaux présentant le nouveau report de 2 points d’impôts sur les communes (ndr: presque un jeu de yo-yo…) totalement indépendant de la volonté de celles-ci. La valeur du point d’impôt passerait de 79 à 81 points. Après lecture du rapport de la commission de gestion, par Bernard Panchaud, l’assemblée accepte à l’unanimité l’arrêté d’imposition pour 2012.

Informations sur le projet de chauffage à distance

Denis Candaux présentait, à la demande de la Municipalité, son projet d’extension de chauffage à bois à distance qui associe trois propriétaires proches de sa propriété. Différentes études concernant la distribution, les fouilles et la chaudière étaient présentées. Une extension pourrait relier l’ancien collège. La base d’une convention, afférents aux diverses démarches et coûts devra être présentée aux intéressés.

Enquête simplifiée

Une bonne nouvelle, émanant des autorités par la voix de son syndic, concernait les panneaux solaires: il s’agit maintenant d’une enquête simple et peu contraignante. Les évènements énergétiques internationaux ont certainement contribué à cet allégement de la part du canton, et au vu de la situation privilégiée du village, il serait dommage de ne pas en profiter.

Photo Marlène Rézenne

Aude Gelin, pasteure, lors de sa présentation, en suivant, Bernard Werly Président du Conseil, Olivier Petermann syndic et Pierre-Alain Gachet municipal.

Lignerolle: premier conseil de la législature

Aude Gelin, pasteure, lors de sa présentation, en suivant,  Bernard Werly Président du Conseil, Olivier Petermann syndic et Pierre-Alain Gachet municipal.

Aude Gelin, pasteure, lors de sa présentation, en suivant, Bernard Werly Président du Conseil, Olivier Petermann syndic et Pierre-Alain Gachet municipal.

A l’appel dicté par la secrétaire suppléante Anne Abruzzi-Petermann, 23 conseillères et conseillers répondent «présent» sur 25. Le Président du Conseil Bernard Werly assermente deux membres absents lors de l’assermentation préfectorale: Marilyn Lambert et Laurent Courtinier.

Nominations aux suppléances de l’AIVM (association intercommunale du vallon du Mujon) par Laurent Courtinier et de l’AISM (association intercommunale de la source Mercier) par Christian Schranz.

Des autorisations de rigueur en début de législature, soit autorisation générale de statuer sur les aliénations et acquisitions immobilières, autorisation générale de plaider pour la législature 2011/2016 et celle d’engager des dépenses imprévisibles et exceptionnelles à concurrence de Fr. 50 000 .– par cas, ont été adoptées à une large majorité après lecture positive des rapports de la commission de gestion par Philippe Ronciere. Dans le dernier cas, seul le principe de convocation de la commission d’équipement a été débattu.

Un retrait surprise

Arrivé au point 7 de l’ordre du jour, le syndic Olivier Petermann demande la parole pour s’exprimer sur le préavis municipal, d’une proposition d’adaptation des salaires et indemnités de la Municipalité et du Conseil communal et adaptation des tarifs communaux. La surprise se situe dans le fait que le syndic au nom de la Municipalité a retiré le point 7 de l’ordre du jour sans autre forme. Suite à cet état de fait, quelques interrogations ont été soulevées, sans suite.

Communications et propositions individuelles fournies

Chaque municipal s’est prononcé sur des points de son dicastère, entre autres, Olivier Petermann, sur la réalisation de la liaison avec la STEP d’Orbe concernant les eaux usées de la commune. Romain Nicole, informe de l’avancement du projet de réfection des accès forestiers ERABLE.

Frédéric Nicod met au courant l’assemblée sur la politique de regroupement intercommunal Vallorbe, Ballaigues et Lignerolle concernant la défense incendie.

Pierre-Alain Gachet éclaire le Conseil sur la mouvance du nombre de points d’impôts qui passe de 85 à 79, puis à 81 en regard de la réforme policière à la charge des communes par la bascule de deux points d’impôts cantonaux. Enfin Jacques Nicolet avise l’assemblée des modifications qu’il y aura à mettre en place concernant l’élimination des ordures dans le cadre de la taxe incitative qui doit représenter le 70% du coût des déchets.

Par la suite, quantité de questions ont été soulevées par le Conseil, les principales concerant le trafic routier au centre du village, la sécurité dans l’ensemble de la localité, ainsi que le bruit autoroutier.

En fin de séance, avant la verrée conviviale, la nouvelle pasteure de la paroisse Ballaigues – Lignerolle, Aude Gelin, a pris la sympathique initiative de se présenter aux autorités exécutives et législatives de la commune.

Photo Alain Michaud

De Baulmes à Sion

Il a annoncé lui-même la nouvelle avec une certaine fierté. Fabien Salvi quitte le FC Baulmes. Il abandonne le gouvernail d’un bateau qui tanguait depuis longtemps. Tout le monde se demandait après tout comment ce club tenait encore l’eau.

Aujourd’hui, tout porte à croire qu’il va chavirer. Car qui aura le courage ou la folie, c’est selon, de reprendre les rênes d’un club qui doit encore de l’argent à beaucoup de monde, avant de se préoccuper de ses problèmes sportifs puisque les Baulmérans sont derniers du classement de 1ère ligue. Personne sans doute, car l’investissement est pour le moins risqué.

Ainsi,  l’aventure du FC Baulmes va se terminer comme il y en a eu d’autres dans le football suisse. La faute à un mégalomane qui a voulu faire d’une société sportive d’une localité de mille habitants l’égal d’un grand club de ville. La société finalement n’avait plus rien de baulmérane.

Plus de stade au village, plus de joueurs de la région, plus de dirigeant local et bientôt plus de spectateurs. Baulmes ne faisait même plus rire. Il faudra repartir de zéro et c’est tant mieux pour les enfants du village qui feront grandir leur FC Baulmes.

Salvi abandonne tout, laissant le soin à ses successeurs d’envisager des solutions qu’il ne trouvait plus. Pour autant que l’on puisse en trouver. Il s’en va renforcer le staff du FC Sion de Christian Constantin qui l’intégrera dans son nouvel organigramme.

Tiens, c’est une drôle de surprise et l’on suivra avec attention son parcours en Valais où le sol n’est pas plus stable, footballistiquement parlant s’entend.