Le 1er Grand roi et roi de l’Abbaye Mathieu Martignier et sa reine.

Abbaye de Mathod: la tradition

Le 1er Grand roi et roi de l’Abbaye Mathieu Martignier et sa reine.

Le 1er Grand roi et roi de l’Abbaye Mathieu Martignier et sa reine.

Si l’on en croit les précis d’histoire, le premier abbé-président de l’Abbaye de Mathod, en 1769, s’appelait Abram Marendaz. Et l’Abbaye elle-même Abbaye des Mousquetaires, ou simplement de Mathod.

Plus de deux siècles après, la confrérie de l’Abbaye des Laboureurs est toujours bien vivante, même si elle a changé de nom. Et à Mathod, on aime faire les choses bien, dans le respect des traditions auquel on adjoint des composantes plus modernes, mais qui restent particulièrement festives.

Samedi après-midi passé, à la fin du premier jour officiel de l’édition 2011, on procédait au traditionnel couronnement des rois, rue de la Forge. Une cérémonie qui a juste échappé à une averse violente et qui aura permis aux stars locales du tir d’être couronnées pour un temps.

Les lauréats de cette édition sont:

1er Grand Roi et Roi de l’Abbaye: Mathieu Martignier, 460
2e roi: Jacky Marendaz, 100/90
3e roi: Michel Brand, 447
4e roi: Germain Favre, 509, roi de la cible Rosset
5e roi: Gabriel Caillet, 100/97/97/95, roi de la Cible Tournante.
Encore bravo à ces tireurs émérites.

Le centre du village.

Vuiteboeuf: Conseil général, menu copieux

Le centre du village.

Le centre du village.

Menu copieux pour le Conseil général de Vuiteboeuf mercredi 15 au soir. Sous la direction dynamique de son jeune président Fabrice Boucher, les conseillères et conseillers se sont mis en bouche en adoptant à l’unanimité et sans discussion un nouveau règlement communal sur la distribution d’eau.

«L’ancien dispositif réglementaire sur cette question datait de 1968, et méritait un sérieux toilettage», a précisé le municipal Laurent Schwab, qui a aussi noté «la nécessité de revoir cette question en raison du nouveau captage communal».

Un exercice 2010 dans les chiffres noirs

A peine sorti de la lecture fastidieuse du texte approuvé, le Conseil s’est emparé de la gestion et des comptes 2010. «Une bonne année, précisera le syndic Georges Karlen. «Nous avions budgété une perte de l’ordre de Fr. 100 000.– et nous nous retrouvons avec un bénéfice de Fr. 1 759.–, après pourtant de sérieux amortissements de nos travaux actuels de captage».

Il apparaît à Vuiteboeuf, contrairement à d’autres communes, que tous les impôts sur le revenu des personnes physiques ou sur le bénéfice des personnes morales sont en hausse, ce qui explique en partie le bon résultat.

La nouvelle eau potable arrive bientôt

La vente des trois dernières parcelles de terrain communal au Motty a été approuvée sans discussion: cette zone est donc vendue et les projets de construction des acquéreurs avancent. Le municipal des eaux, Laurent Schwab, a encore tenu à expliquer que le branchement du réseau d’eau potable sur la nouvelle eau du captage de la Baumine aurait dû avoir lieu.

Sauf qu’au moment de procéder à cette opération, des fuites dans le réseau existant ont été détectées. Elles seront donc repérées et réparées avant le raccordement de la nouvelle source d’eau potable.

Photo Olivier Gfeller

Des reines et des rois.

L’abbaye du Cerf de Lignerolle en réjouissance

Des reines et des rois.

Des reines et des rois.

Un programme de quatre jours, du vendredi 17 juin avec le tir du comité et des cibarres au lundi 20 juin avec un lâcher de ballons, repas et dernier bal. Mais, c’est bien samedi et dimanche que l’essentiel des festivités se déroule.

Samedi, au petit matin, la diane par la Lyre de Ballaigues dans un fond d’air plein de fraîcheur, appelle les membres à l’assemblée et prise des drapeaux. A cette occasion, honneur est rendu à Frédy Poget et Antonio Gregorio, puis l’assemblée accepte quatre nouveaux membres, Etienne Dupuis, Bertrand Mosimann, Alexandre Girard et Michel Surdez qui va arborer un peu plus tard la couronne de 1er roi.

Après les tirs qui vont s’exercer jusqu’à 16 h., place au couronnement des rois qu’une ondée taquine amène au battoir. Comme cité ci-dessus, sont couronnés: 1er roi addition des points, Michel Surdez, avec 464 points, 2e roi coup profond, Jacques Nicolet, 99 appuyé d’un 85, 3e roi addition des points, Vincent Faucherre, avec 428 points et 4e roi coup profond, Serge Aellen, 99 appuyé d’un 76.

Dimanche matin, 10 h. précises

Salut au drapeau et distribution des prix qui récompensent les fins guidons de la fête. En marge de la cible du Cerf (société), les tirs «75e anniversaire» et individuel» ces deux cibles précitées sont gagnées par Denis Rose devant Rémy Gaillard, et le challenge «Languetin» gagné par Jean-Daniel Lambercy devant le Poulidor de la journée, Rémy Gaillard. Concernant le tir des enfants, c’est une fille qui a été couronnée, Jelmira Hoxha avec 44 points devant Benoit Petermann 41 points.

Après banquet et partie officielle, il y avait foule sur le parcours du cortège haut en couleur emmené par la fanfare la Mujonnette, cortège où les enfants étaient omniprésents.
C’est dans un gai mélange, où se lisait la joie sur les visages, que participants au cortège et spectateurs se sont réunis sur la place du village pour un apéritif aux sons des flonflons et dans l’attente de la rentrée des drapeaux.

Une bien belle fête d’Abbaye, occasion de vivre des instants empreints de convivialité.

Photo Alain Michaud

L’Hôtel de Ville de Baulmes.

Baulmes: séance rapide avant le repas rituel

L’Hôtel de Ville de Baulmes.

L’Hôtel de Ville de Baulmes.

Vendredi soir passé se tenait à l’Hôtel de Ville de Baulmes la dernière séance de la législature du Conseil communal. La trentaine de conseillères et conseillers présents avaient l’occasion, pour la dernière fois, de voir leurs débats dirigés par Raymond Dériaz, qui abandonne son perchoir de président, «un poste que j’aime bien» précisait-il, avec un peu de regret, mais avec la conscience du travail bien fait.

 

Comptes 2010 équilibrés
Les comptes de l’exercice 2010 se soldent pas un très léger excédent de charges de quelques milliers de francs, comparé à un total de recettes et dépenses de l’ordre de 5,2 millions de francs. Autant dire qu’il s’agit pour Baulmes d’un bon exercice, ainsi que l’ont relevé aussi bien le syndic Julien Cuérel que le rapporteur de la commission des finances.

«Nous avons d’ailleurs tenu de très près le plan financier que nous avions élaboré en début de législature», a poursuivi le syndic qui a aussi indiqué «que le plan d’investissements avait lui aussi été suivi de près». C’est donc pratiquement sans discussion que les comptes et la gestion 2010 ont été acceptés à l’unanimité. A noter encore que la gestion administrative communale a fait l’objet du traditionnel examen par sondages de la commission de gestion qui a relevé son excellente tenue.

Des footballeuses apprécient le terrain de sport

Les footballeuses de l’équipe nationale du Pays de Galles sont actuellement à l’entraînement à Baulmes. «Contrairement à d’autres qui trouvaient le stade pourri, ces sportives le considèrent comme parfaitement adapté à leurs exigences» a indiqué le syndic dans une communication. Quant à la faillite du FC Baulmes, elle est maintenant définitive. Quelques créanciers pourraient encore faire valoir des droits, s’ils prennent à leur charge les risques et les frais d’un procès contre les prétendus responsables de la débâcle financière du club.

Dans une adresse à ses collègues, le municipal des forêts, Richard Berger, qui siégeait pour la dernière fois dans l’hémicycle a tenu à faire part de sa satisfaction d’avoir œuvré pendant plus de trente années à leurs côtés, dont neuf au sein de l’exécutif communal.

Photo Olivier Gfeller

Claude Recordon conduisait pour la dernière fois l’AG de la CIP.

A.G. de la CIP: la dernière de Claude Recordon

Claude Recordon conduisait pour  la dernière fois l’AG de la CIP.

Claude Recordon conduisait pour la dernière fois l’AG de la CIP.

La salle omnisport a accueilli bon nombre de délégués des communes de tout le canton, affiliés à la Caisse Intercommunale de Pension (CIP), pour une assemblée générale présidée pour la dernière fois par Claude Recordon.

Entré dans le sérail en 1998 à l’instigation du syndic de Grandson, le défunt Pierre Gasser, il est devenu président de la caisse en 2002. Les statuts précisant que l’on ne peut pas accomplir plus de deux législatures, le syndic urbigène a «dû rendre son tablier» après une aventure qu’il qualifie de merveilleuse.

Du rendement pour les retraités

«J’en garde un excellent souvenir car l’entente entre employeurs et employés a toujours été excellente grâce à la vulgarisation des comptes présentés par les Retraites Populaires, organe qui est le gérant des deux milliards de francs capitalisés par la CIP. Pourtant rien n’a été facile car les taux d’intérêt baissant, il a bien fallu faire face pour assurer la retraite de nos affiliés.

C’est un système complexe si bien que le moindre mouvement nécessite un réaménagement de l’ensemble. Nous aimerions pouvoir prêter davantage d’argent aux collectivités locales mais nos taux hypothécaires sont plus élevés que ceux des banques car nous avons un souci de rendement qui nous permet d’assurer le paiement des pensions alors que les établissements bancaires peuvent se satisfaire d’un bénéfice moindre.

Luc Pasquier au comité

En adhérant à ce conseil d’administration, j’ai pu attirer l’attention de mes collègues sur le développement du Nord Vaudois. Ainsi, la CIP a construit l’immeuble de la Migros avec le parking souterrain inhérent. Il se pourrait qu’elle intervienne sur d’autres réalisations futures de la commune. En tous les cas, j’ai pu tisser des liens commerciaux et d’amitié qui seront utiles à l’avenir, j’en suis convaincu», nous dit Claude Recordon qui aura été le deuxième Urbigène a siégé à la CIP, après Louis Viret au milieu des années 70. Précisons encore que le chef du contrôle des habitants d’Orbe, Luc Pasquier, a été nommé au comité en tant que suppléant de la représentation des employés.

Photo Pierre Mercier

De g. à dr. : Etienne Maire, président sortant, Mme Faesch directrice régionale, Bernard Randin, nouveau président.

Comment se porte le tourisme à Orbe et alentours ?

De g. à dr. : Etienne Maire, président sortant, Mme Faesch directrice régionale, Bernard Randin, nouveau président.

De g. à dr. : Etienne Maire, président sortant, Mme Faesch directrice régionale, Bernard Randin, nouveau président.

Promotion

Une quinzaine de personnes avaient fait le déplacement à l’hôtel des Mosaïques pour participer aux délibérations statutaires, portant essentiellement sur la gestion et les comptes 2010. Avec près du quart du budget (Fr. 46 000.– / Fr. 206 000.–) consacré à la promotion, confirmation est faite du dynamisme de l’office.

A signaler dans ce domaine les très attrayantes brochures à la ligne graphique unifiée: randonnées dans les gorges de l’Orbe, carte des chalets d’alpage, balades à travers Orbe et son passé, tout ce matériel de promotion est à votre disposition à l’office du tourisme.

A relever également les efforts consentis en matière de site internet développé en trois langues pour les sept zones de la région (www.orbe-tourisme.ch).

Fréquentation

La fréquentation des principales attractions culturelles et touristiques d’Orbe n’a pas fléchi en 2010, avec 3300 visiteurs aux Mosaïques, 3000 aux moulins Rod et 2200 à la Tour ronde. Le rapport de gestion rappelle les efforts importants consentis par le groupe de travail des Mosaïques, visant, après l’installation du pavillon d’accueil, à véritablement mettre en valeur les lieux par divers marquages au sol qui devront permettre de se représenter les véritables volumes de la villa romaine qui abritait nos fameuses mosaïques.

Situation régionale

Dominique Faesch, directrice régionale, a renseigné ensuite l’assemblée sur les stratégies d’ensemble de la région Yverdon-les-Bains. En matière promotionnelle une action ciblée sur la ville de Berne a permis à nos voisins d’outre-Sarine de s’informer sur les attraits de notre coin de pays. De même une opération menée récemment sur le site du restauroute de Bavois a permis de distribuer du matériel promotionnel aux gens de passage.

Les contacts avec les journalistes étrangers ou d’autres cantons sont également privilégiés, visant à obtenir une couverture médiatique renforcée de notre région: 21 visites de presse impliquant 82 journalistes venant de Russie, Allemagne, France et Italie ont eu lieu l’année dernière et la démarche se développe pour les années à venir.

Passage de témoin

Si la partie opérationnelle des activités touristiques s’est professionnalisée au fil des ans, il n’en demeure pas moins que les comités formés de bénévoles restent des organes de coordination et de contrôle importants pour faire fonctionner la machine touristique. A ce propos, l’assemblée a pris congé de l’estimé président du comité, Etienne Maire, après sept années d’une présidence dynamique et rigoureuse. Il fut à cette occasion officiellement et chaleureusement remercié.

Son successeur bien connu des Urbigènes et voisins , j’ai nommé Bernard Randin, bientôt ex-municipal, fut lui aussi applaudi.

Communications

On cherche encore des guides, bons connaisseurs de la ville et de ses environs. S’adresser au bureau de l’office à Orbe.
M. Russi, gérant du camping d’Orbe, nous rappelle les 50 ans du camping qui seront fêtés le 23 juillet.

Photo Denis-Olivier Maillefer

Un jeune du Trial-Club de Moudon en pleine action.

La Journée de la Mobilité n’a pas déplacé les foules

Un jeune du Trial-Club de Moudon en pleine action.

Un jeune du Trial-Club de Moudon en pleine action.

Peut-être à cause d’une météo capricieuse, passant du chaud au froid et de l’humide au sec très rapidement, il n’y a pas eu une grande foule pour assister aux différentes animations offertes pendant cette journée par la Municipalité.

Le programme était pourtant riche avec différentes démonstrations en skate, rollers, trottinettes. Le Trial-Club de Moudon était venu faire montrer des figures assez spectaculaires avec ses jeunes sur un petit parcours de palettes et poutres. Une promenade en calèche à travers la vieille ville était aussi proposée aux badauds. La bourse aux vélos s’est assez vite terminée, la dizaine de vélos, surtout pour les petits était déjà loin à midi.

Les essais de vélos électriques ont eu pas mal de succès. Sur l’esplanade du château, la police municipale avait conçu un petit parcours avec des panneaux de circulation pour initier les plus jeunes cyclistes à la conduite sur route avec un concours à la clé.

Deux ânes attendaient tranquillement et baladaient les plus petits et eux étaient assez contents qu’il ne fasse pas trop chaud et que la foule ne se presse pas... Pour le repas, une excellente soupe aux légumes concoctée par Christian Mojonnier a été servie sur la place du Marché.

L’après-midi un rallye avait été organisé.

Résultats
Initiation à la conduite
Catégorie 14-16 ans
1.- Dylan Fiaux
2.- Damien Conod
3.- Pedro Chiquita
Catégorie 10-13 ans
1.- Ben Armanno
2.- Lou-Anne Laurent
3.- Julien Giauque
Catégorie 6-9 ans
1.- Stéphane Fernandes
2.- Aurélie Grin
3.- Lisa Dupuis
Rallye
1.- Manuela Teba
2.- Fanny Baechler
3.- Audrey Monnier

A noter que Clara Monnier et Yann Pittet étaient ex aequo pour la 2e place (avec Fanny et Audrey) mais le tirage au sort les a éliminés.
Ils peuvent aller retirer leur prix à la Bourse communale.

Photo Natacha Mahaim

Lolitas et la censure

Le premier ministre anglais, David Cameron, a dit son aversion au phénomène des «lolitas», ce mouvement qui glorifie les fillettes de moins de 10 ans, pour lesquelles on ouvre des boutiques de soins et d’habillement.

Il s’insurge du fait que l’on fasse de ces enfants des petites starlettes que l’on maquille et à qui l’on propose de porter des strings ou des soutien-gorge alors que rien ne le justifie.

Je n’aime pas la censure car elle est souvent le fruit de régimes peu démocratiques. J’avoue toutefois que je ne suis pas en désaccord avec la réaction de Cameron ou de Sarkozy qui se demandent si aujourd’hui on ne se retrouve pas dans un monde débridé dans lequel tout semble autorisé.

Dès lors, ils préconisent de bannir certains programmes TV pour éviter une dérive inquiétante. Il suffit de jeter un coup d’œil sur certaines chaînes de télévision ou sur des sites d’ordinateur pour se rendre compte de ces excès. Au point que la jeunesse ne sait plus où est la limite entre le permis et l’interdit. Il est vrai que les mondes de la politique et de l’économie ne montrent pas non plus l’exemple puisque eux abusent de certaines positions dominantes. Au point que le président français souhaite limiter la spéculation sur les céréales, par exemple, pour lutter contre la faim dans le monde.

Dès lors, on est en droit de s’interroger sur la démocratisation à outrance qui est la nôtre actuellement !